Antoine

Salut Didier, si tu me lis je vais te donner un vade-mecum (le mot latin, pas le médicament) afin que tu nous emmènes sur le toit du monde, et pas sur le toit de l’avion du retour. Vous y croyiez en 2006 vous ? Hé ben pas moi ! Tous les espoirs sont donc permis.

1. Laisser les clés à Franck Ribéry

Il a certes pas gagné le Ballon d’Or, mais il va vite avaler cette déception et nous sortir une coupe du monde de feu. Car ça reste notre meilleur joueur, et un des meilleurs joueurs offensifs de la planète. S’il prend ses responsabilités et qu’il devient un leader dans le jeu, ça peut donner du très bon (tout en évitant de parler, si possible).

2. Sortir du bus

C’est quand même plus pratique pour s’entraîner. Sinon, ils seront complètement à court de forme pour leurs matchs de poule, et ce serait con qu’Evra contracte une blessure terrible qui mette fin à sa carrière (non je rigole vas-y Patrice surtout t’échauffe pas ça sert à rien) !

3. Avoir un vrai état d’esprit

En 2006, c’était « On vit ensemble, on meurt ensemble ». Plus qu’un slogan, une doctrine collective que les joueurs français ont appliqué pour se transcender et atteindre la finale. On remerciera jamais assez Trézéguet pour avoir tout foutu en l’air en balançant le ballon sur la barre.

4. Rappeler Zidane

Au lieu de passer l’été à Madrid à faire griller des merguez avec Carlo, il pourrait venir nous donner un coup de main pour quelques matchs. Même pour un coup franc ou pour assommer un joueur adverse, on prend !

5. Sortir de la poule

Statistique : dans l’histoire de la coupe du monde, aucune équipe n’a gagné la compétition en étant éliminée au premier tour.

6. Demander un coup de main au Qatar

Entre la France et le Qatar c’est une histoire d’amour : PSG, BeIn SPORTS, entreprises du CAC 40… les Qatariens n’en finissent plus d’investir en France. Si deux, trois mallettes pouvaient circuler direction Suisse ou Honduras, ça nous aiderait bien.

7. Prendre Anelka

Non j’déconne.

8. Donner leur chance aux jeunes

Pogba, Griezmann, Varane : ces jeunes joueurs aux dents longues peuvent amener la fraîcheur et l’envie dont l’équipe de France a besoin.

9. Faire sauter le bus de l’Espagne

Et ceux du Brésil, de l’Argentine, de l’Allemagne, des Pays-Bas et de l’Italie si possible.

10. Être nuls

La France est jamais aussi bonne que quand elle est au pied du mur après avoir enchaîné les mauvaises performances. Une phase de poule de merde, quelques matchs couperets avant lesquels L’Equipe et RMC vont chier sur les joueurs, et à nous la finale !