8èmes de finale aller LDC 2015 : l’équipe type Papinade !

equipe type papinade ldc

UEFA Champion’s League oblige, toute l’équipe de Papinade s’est mobilisée pour vous présenter son équipe type de ces huitièmes de finale aller. A peine remis de nos émotions concernant l’incroyable exploit des Monégasques, la belle prestation parisienne ou la surprise du Bayer Leverkusen, nous vous livrons les onze joueurs s’étant le plus illustrés. C’est parti !

Gardien de but : Thibault Courtois

Chelsea doit une fière chandelle à son jeune gardien belge. Après des débuts en demi-teinte Outre Manche, l’ex-Colchonero a en effet livré sa plus belle prestation jusqu’à présent sous le maillot des Blues. Auteur de nombreux arrêts de grande classe au cours de ce match, il aura notamment sortit une incroyable parade en première période sur une tête parfaitement exécutée de Cavani. Décisif, il l’aura également été en toute fin de match devant Zlatan Ibrahimovic. Pas de doute, si les hommes de Mourinho reviennent de Paris avec un seul but encaissé, c’est grâce à Courtois.

Défenseur Droit : Danilo

Encore méconnu du grand public, le jeune brésilien de 23 ans n’en est pas moins l’une des références à son poste. Aligné comme à son habitude sur le côté droit de la défense portuan, il aura confirmé cette réputation face au FC Bâle. Apportant le danger offensivement, nécessaire à faire pression sur le bloc suisse, il n’en aura pas pour autant oublié ses tâches défensives, tenant ainsi parfaitement son couloir tout au long du match. Il sera logiquement récompensé de ses efforts offensives par l’obtention d’un penalty en fin de match, qu’il transformera lui-même. Un match plein, qui permet de comprendre pourquoi le FC Barcelone s’intéresse tant à lui pour remplacer un certain Dani Alves.

Défense centrale : Thiago Silva et Aymen Abdennour

Cocorico, une charnière 100% Ligue 1 ! Rien d’étonnant lorsque l’on jette un œil sur la prestation défensive de nos clubs français. Côté parisien, elle est caractérisée par la mise au silence d’un Diego Costa pourtant dans la forme de sa vie. Ce travail n’est pas étranger à Thiago Silva, qui montre semaine après semaine qu’il revient à son meilleur niveau. Attentif au marquage, et surtout solide dans les duels, il aura jouer un grand rôle dans la maîtrise des airs du Parc des Princes, les parisiens affichant un incroyable pourcentage de 70% de duels aériens gagnés.

Côté monégasque, sans surprise, c’est bien la solidité défensive qui aura été au cœur de l’exploit réalisé à l’Emirates Stadium. Si ce verrou est avant tout d’origine collective, certaines individualités ressortent, parmi lesquels Aymen Abdennour. Le tunisien, encore une fois extrêmement solide hier, que ce soit dans son placement et son impact physique dans les duels, s’impose de plus en plus comme le véritable leader défensif de l’AS Monaco. Ayant su profiter de l’absence de Ricardo Carvalho pour se faire une place de titulaire indiscutable dans cet effectif, il apporte un réel souffle de combattivité à ce groupe, particulièrement visible hier pour le sosie d’Alex.

Défenseur Gauche : Jordi Alba

La “mobylette” du FC Barcelone aura encore une fois fait le boulot, et ça fait maintenant un moment que ça dure. Gérant de mieux en mieux cet équilibre entre défense et attaque propre aux défenseurs latéraux, il s’est avéré aussi utile à contrôler un Nasri totalement éteint qu’à semer le trouble dans la défense des Citizens, déjà perturbée par les numéros de Messi et compagnie. Cet apport offensif aura été primordial dans la mesure où Neymar a semblé ce soir-là en-dessous du niveau de ses deux acolytes du trio offensif. Bénéficiant toujours d’une endurance incroyable tout au long du match, il s’offre par ailleurs une passe décisive pour Suarez sur le second but.

Milieu Défensif : Geoffrey Kondogbia

Sans doute l’homme de ces huitièmes de finale aller. Geoffrey Kondogbia a livré une prestation époustouflante lors de l’exploit des Monégasques à Londres. Phénoménal à la récupération, intelligent dans l’orientation de son jeu vers l’avant, et décisif grâce à ce missile envoyé sous la barre d’Ospina à la 38ème minute. Les superlatifs manquent pour celui qui aura parfaitement suppléer Jeremy Toulalan, dont l’absence était sujet à inquiétude pour le milieu de l’AS Monaco. Hier, Kondogbia c’était un mélange de Vieira, Makélélé et Deschamps. Tout simplement.

Milieux Relayeurs/Récuperateurs : Marco Verrati et Isco

Nos deux numéros 8 ont tout les deux 22 ans. Dur à concevoir au vu des performances de Verrati et Isco lors de ce huitième de final. Si la maitrise technique au-dessus de la moyenne des deux internationaux est compréhensible au vu de leur talent, leur capacité à faire preuve du plus grand calme dans la gestion de la circulation du ballon de leur équipe est insensée. Ajouté à cela un travail monstrueux à la récupération, et vous obtenez les deux patrons du milieu de terrain du PSG et du Real Madrid. Excusez du peu. On salive d’avance en imaginant les soirées européennes avec ces deux joueurs dans 5 ans.

Meneur de jeu : Hakan Calhanoglu

Lui aussi très jeune du haut de ses 21 ans, lui aussi auteur d’un grand match. Hakan Calhanoglu aura été un poison constant pour la défense de l’Atletico Madrid, au cours de la victoire 1-0 du Bayer Leverkusen. Fondamental à la construction, le turc aura été également redoutable dans la surface de réparation, comme le montre sa frappe surpuissante envoyée dans la niche de Moya, et qui permet aux allemands de rêver d’un exploit à Vicente Calderon.

Attaquants : Edinson Cavani et Luis Suarez

Après la charnière centrale Made In Ligue 1, le duo d’attaque 100% uruguayen. Souvent critiqué au PSG, Edinson Cavani tient peut être enfin son match référence sous les couleurs du club de la capitale. Auteur de nombreux appels de balles, efficace dans sa conduite de balle, il aura fait passer une sale soirée à Gary Cahill et John Terry. Egalement omniprésent dans le jeu aérien, il aurait dû ouvrir le score dès la minute si Thibault Courtois ne sortait pas une parade venue d’ailleurs. Pas de quoi décourager celui qui égalisera d’une tête sur laquelle le gardien belge ne pourra cette fois rien. Pour compléter son récital, il effectuera un raid solitaire de toute beauté dans la surface des Blues, mais devra une nouvelle fois s’incliner devant le génie de Courtois. Le tout avec un apport défensif encore irréprochable.

Son compère Luis Suarez aura également fait taire les critiques. Bien que s’intégrant peu à peu dans le collectif de la “MSN”, à base d’appels de balles judicieux et de remises de balle en une touche, il était critiqué en raison de son manque de buts. C’est pourquoi El Pistolero décida d’inscrire un doublé. Ouvrant tout d’abord le score d’un formidable coup de canon alors qu’il était excentré au but de Joe Hart, il récidivera un quart d’heure plus tard, tuant le match sur un but de buteur opportuniste. Bien que le Barça aura été ultra-dominateur face à Manchester City, c’est au final grâce à son buteur sud-américain que les blaugranas peuvent légitimement nourrir de sérieux espoirs de qualifications.

Coach : Leonardo Jardim

Parce qu’on aime également mettre en valeur le travail des coachs lorsqu’ils le méritent, voilà une petite place réservés aux entraîneurs de la Champion’s League. Cette semaine c’est logiquement Jardim qui remporte le titre, lui qui aura réussi à faire de l’effectif limité de Monaco une machine défensif capable de n’encaisser que très peu de buts en Ligue des Champions, mais surtout hier une formidable équipe de contre-attaque ayant donné une leçon de football aux Gunners. Après toutes les critiques sur son jeu défensif, quelle belle réponse !

Equipe type huitièmes finale aller LDC 2015
L’équipe type des 8èmes de finale aller en image

La rédaction de Papinade tient également à signaler les belles performances de Leno, auteur d’un match très solide dans les cages, et permettant à Leverkusen d’aborder le match retour à Madrid sans avoir encaissé de buts à domicile. Grosse performance également pour les défenseurs Piqué et Marcelo, l’espagnol confirmant son retour au niveau de jeu qu’il affichait avant 2010, le brésilien réalisant lui un match plein offensivement, conclut par un but. Au milieu de terrain, Joao Moutinho est lui aussi l’un des grands artisans du succès monégasque, notamment par sa qualité de passe qui aura parfaitement lancée les contres-attaques de Monaco. Enfin, Lionel Messi, bien qu’ayant loupé le penalty du break en fin de match, aura livré un match dans la lignée de ses performances récentes, étant une nouvelle fois un poison pour la défense des Citizens. Alvaro Morata, auteur d’un match complet avec un but et une  passe décisive face à Dortmund, tient peut être lui son match référence sous les couleurs de la Vieille Dame.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire