À couteaux tirés

À trois journées de la fin du championnat de Ligue 2, l’indécision est encore totale quant aux trois équipes qui valideront leur ticket pour l’élite du football français. Si Monaco semble certain de monter puisqu’il ne reste plus qu’au club du rocher qu’à ramener 2 points – un seul si l’on considère la différence de buts largement en faveur des hommes de Ranieri – pour assurer leur place sur le podium, et qu’il semble désormais inenvisageable que les Canaris puissent se retrouver au delà de la troisième place, cette dernière est encore à la portée de trois équipes. L’En Avant Guingamp, le SCO d’Angers et le Stade Malherbe de Caen ont encore trois matchs chacun pour se départager et réussir à accrocher cette place pour la Ligue 1 tant convoitée.

Absent de la Ligue 1 depuis 1994, Angers est encore à la lutte pour récupérer sa place dans l’élite. Depuis sa montée en National en 2007, l’équipe de Stéphane Moulin a toujours fini en première partie de tableau (sauf une 11e place l’an passé) et cette saison peut parachever le projet de l’équipe angevine qui retrouverait la Ligue 1 avec le voisin nantais. Il faudra cependant compter sur l’EAG, actuel 3e de Ligue 2, que l’on attendait pas à ce niveau dès cette saison. Menés par Jocelyn Gourvennec, les bretons sont en passe de réaliser un véritable exploit, eux que personne n’attendait à un tel niveau depuis leur remontée en National il y a deux saisons de cela. Enfin, le Stade Malherbe de Caen oscille toujours depuis 2004 entre la première et la deuxième division, et cette année verra encore les Malherbistes se mêler à la montée en Ligue 1.

Guingamp, le candidat inattendu : 

Douniama et Yatabaré, artilleurs de l'En avant Guingamp qui va peut-être monter en Ligue 1.

Jocelyn Gourvennec symbolise toute la réussite guingampaise cette saison. Le coach qui a pris la succession de Zvunka en National a véritablement réussi à faire de cette saison une véritable réussite collective. Les guingampais peuvent ainsi s’appuyer sur un collectif équilibré et très bien géré par le technicien breton. L’effectif est concerné dans sa globalité avec le turn-over et les changements effectués par le coach à l’image de Douniama,  ce qui permet à Guingamp d’avoir encore toutes les cartes en main pour cette fin de saison et réussir à amorcer une inespérée remontée en Ligue 1. Deuxième meilleur attaque du championnat, derrière l’AS Monaco, les Guingampais sont portés par leur serial buteur en la personne de Mustapha Yatabaré (ndlr : 19 buts) qui est pourtant “arrivé à Guingamp pour donner tout ce qu’il avait à donner et personne ne lui a mis la pression pour devenir le nouveau Drogba de l’EAG et marquer 20 buts”. Cet esprit combatif se ressent dans le temps additionnel, celui-là même qui leur aura permis de remporter 8 points grâce à 4 buts marqués dans les arrêts de jeu comme celui de Christophe Kerbrat qui permettait à son club de remporter une victoire cruciale face à Caen (ndlr : 29e journée). Deuxième équipe à domicile derrière Dijon, Guingamp peut s’appuyer sur un fervent public et un kop animé dans un environnement où il est difficile pour les joueurs de se déconcentrer : “Guingamp, ce n’est pas trop ça, c’est la campagne. Le groupe aurait bien aimé trouver des animations, se promener mais on sait qu’on est là pour travailler” avoue Mustapha Yatabaré dans une interview. Le club, entouré par les préjugés du fait de ses différentes descentes, reste un “vrai club professionnel, un club de Ligue 1”, ce qui a agréablement surpris le buteur armoricain. L’EAG pourrait donc devenir la surprise de cette saison 2012-2013 en Ligue 2 mais si la montée en Ligue 1 se révèle être réalité, le club breton se devra de recruter des joueurs plus expérimentés et à même de maintenir le club durablement dans l’élite du football français.

Angers, l’inconnue :

Keseru et El Jadeyaoui, les deux grands artisans de la belle saison du SCO d'AngersSouvent placé, jamais sur le podium depuis la remontée en Ligue 2 en 2007, Angers bénéficie cette année de la chance de faire partie du bon wagon, ou plutôt d’un groupe qui souhaite forcer son destin. Avec 9 buts marqués dans le temps additionnel, et 10 points de gagnés comme lors de la confrontation contre Châteauroux qui avait encaissé deux buts dans les derniers instants du match. Angers est une constante : 4e attaque du championnat, 4e défense, 5e à domicile et 4e à l’extérieur, il ne manque rien aux coéquipiers de Grégory Malicki pour accrocher le podium. La complicité entre Claudio Keseru, le buteur angevin, et Alharbi El Jadeyaoui (ndlr : arrivé l’été dernier de Guingamp) témoigne du succès non seulement de ces individualités mais aussi de celui du groupe angevin. Deux fois vainqueur du trophée de meilleur joueur du mois, le buteur roumain ne souhaite néanmoins pas s’attribuer ce titre grâce à ses performances individuelles, mais préfère le considérer comme une considération du travail collectif : “sans les autres joueurs, je n’aurai pas pu y arriver, c’est grâce à l’équipe que j’ai eu cette récompense”. Néanmoins, à l’instar de Guingamp, le SCO d’Angers a besoin de monter pour parvenir à conserver ses meilleurs éléments sous peine de ne pas pouvoir se mêler la saison prochaine à la lutte pour la montée.

Caen, la certitude :

Le Stade Malherbe de Caen n’a de cesse de monter et descendre et les voir encore une fois si près du podium relève d’une évidenceCaen va encore essayer de retrouver la Ligue 1 grâce à son effectif expérimenté. incontestable. Cependant, si cela peut témoigner des grandes qualités d’adaptation des joueurs, c’est aussi tout un groupe qui est à renouveler chaque saison. Ainsi, avec la descente, les Caennais ont vu partir leurs meilleurs joueurs comme le défenseur Thomas Heurtaux, excellent avec l’Udinese cette saison, Benjamin Nivet, meilleur buteur troyen avec 9 réalisations, M’Baye Niang, la pépite de l’AC Milan, Romain Hamouma et Alexis Thébaux, auteurs eux aussi d’une très bonne saison. Ces départs et difficultés du club n’empêchent pourtant pas le public de venir en masse à Michel D’Ornano puisque le SM Caen est la troisième affluence de Ligue 2. Dans le jeu, les Normands ne sont pas les plus excitants de la Ligue 2 et éprouvent ainsi de grosses difficultés offensives puisqu’ils ne sont que la 9e attaque du championnat, et leur meilleur buteur, Mathieu Duhamel est assez loin des 19 buts marqués par Yatabaré. Cependant, les caennais peuvent s’appuyer sur tout leur effectif à l’image de Romain Poyet, arrivé cet été en provenance de Brest, qui a marqué le but de la victoire face aux monégasques lors de la dernière journée. Les Malherbistes sont néanmoins la meilleure défense du championnat et peuvent s’appuyer sur un Damien Perquis comme solide rempart avec seulement 23 buts encaissés. Leur défense est également très expérimentée avec un Jean Calvé par exemple qui a passé l’essentiel de sa carrière en Ligue 1.

 

Les trois équipes ont donc des profils très différents mais sont toutes engagées dans la dernière ligne droite pour accrocher ce Saint-Graal qu’est la Ligue 1. Cependant, il faudra aussi compter sur Dijon et Nîmes, qui n’hésiteront pas à profiter du moindre faux pas du trio devant eux pour essayer de tirer leur épingle du jeu. Dans 3 journées, l’un de ces clubs arrachera, après une âpre lutte, sa place dans l’élite.

2 Comments

  1. Pas d’accord avec Angers “l’inconnue” ça fait plusieurs années qu’Angers est bien calé dans la première moitié de classement. Elle possède des joueurs très talentueux comme Ayuri ou El-Jadeyaouhi, des joueurs expérimentés comme Auriac ou encore des joueurs qui en veulent comme Doré ou Socrier

    • Sans nul doute, Angers mérite sa place parmi le wagon de tête, néanmoins, avec les équipes qui sont descendues (Caen, Auxerre), les Nantes et surtout Monaco, peu de personnes auraient mis une pièce sur Angers qui reste une équipe peu connue par rapport aux précédentes citées. La saison dernière, ils finissent 11e, et s’ils ont été proches du podium en 2009-2010, ils ne sont néanmoins pas un candidat affiché de début de saison !

Laisser un commentaire