Aduriz, l’âge de la raison

En France, on a découvert son nom lors de la venue de Bilbao au vélodrome, pour le compte des seizièmes de finale d’Europa League. Avec une volée de 30 mètres, le buteur espagnol a permis aux siens de s’imposer sur la canebière et d’ainsi se faciliter la tâche en vue du match retour. Si ce but n’a éveillé que les Français, c’est parce que en Espagne, le vétéran basque est aujourd’hui considéré comme le numéro 1 à son poste, et vient d’être appelé par Vicente Del Bosque pour les prochains matchs amicaux.

Aritz Aduriz lors de sa volée victorieuse contre l'OM
Aritz Aduriz lors de sa volée victorieuse contre l’OM.

Cela fait désormais plus de 4 ans que l’Espagne se cherche un vrai numéro 9. Depuis la blessure de David Villa, et la très net baisse de forme de Fernando Torres, Vicente Del Bosque et les siens tâtonnent à un poste clé du jeu. Si l’Euro 2012 a été remporté sans réel avant-centre (Fabregas était aligné en “faux” numéro 9), le déclin de la Roja passe inévitablement par ce manque de tueur devant les buts. Villa et Torres n’ont pas eu de successeur désigné, et le mondial 2014 avec Diego Costa a été un fiasco total. L’hispano-brésilien est d’ailleurs forfait pour les deux matchs amicaux de l’Italie, et ce n’est pas pour déplaire. De l’autre côté des Pyrénées, l’avant-centre de Chelsea est loin de faire l’unanimité, que ce soit pour le public, pour la presse, ainsi que pour les joueurs qui composent la sélection. Loin d’être apprécié dans le groupe, il peine à se fondre dans le groupe, et n’a pas la confiance des cadres comme Sergio Ramos ou Iniesta. Alors la solution va peut-être venir d’un homme de 35 ans, qui se trouve dans la forme de sa vie.

L’efficacité prime sur l’esthétisme 

Le jeu de l’Espagne est souvent associé à celui du redoublement de passes, ainsi que de la possession époque Guardiola. Les joueurs de petite taille, vif sur les appuis qui sont capables de beaucoup permuter et proposer dans les pieds sont ainsi privilégiés. Seulement, l’Espagne a dû effectuer un renouvellement dans son approche du jeu pour surprendre son adversaire, et la présence d’un numéro 9 va dans ce sens. Si le cas Diego Costa se résume à un échec pour l’instant, (1 but en 10 sélections), Vicente Del Bosque s’est tourné vers un joueur à la trentaine révolue qui n’a connu que 13 minutes sous le maillot rouge de la sélection, Aritz Aduriz. C’est en 2010 que le joueur de Bilbao a connu sa seule sélection face à la Lituanie (3-1) lors des éliminatoires pour l’Euro 2012. Jamais rappelé jusqu’à la semaine dernière, Aduriz a essayé de faire dans la sobriété lorsqu’il a fallu évoquer cette sélection à moins de 100 jours de l’Euro, “Je suis très reconnaissant d’être ici. J’ai toujours tenté de faire le mieux possible avec mon club et je suis conscient de la difficulté d’atteindre la sélection. Ce n’est pas habituel de revenir en sélection à mon âge, c’est pour ça que je me sens très reconnaissant et chanceux.” disait-il avant de rajouter “L’âge n’est qu’un nombre, je vais essayer de faire ce que je fais de mieux, et apporter un maximum à l’équipe. Pour l’Euro, c’est le sélectionneur qui fait ses choix.”

Des choix, Del Bosque va devoir en faire, mais comment se priver d’un buteur qui est dans une forme incroyable cette saison (31 buts en 47 matchs), mais également depuis 4 ans (93 buts depuis la saison 2012-2013), dans une équipe qui ne joue jamais le titre dans son championnat. Si son physique (1m82, 78 kilos) change des derniers joueurs présents au poste d’attaquant de l’équipe d’Espagne, Aduriz possède une technique largement suffisante pour lui permettre de jouer dans les petits espaces. De plus, il possède un atout majeur, à savoir son jeu de tête. Un registre qui avait disparu du jeu espagnol, mais qui pourrait leur être bien utile, que ce soit sur coups de pied arrêtés, ainsi que dans le développement de leur jeu. Le sélectionneur espagnol voit en lui, une nouvelle cartouche offensive pour sa sélection, “Il vient un peu par acclamation populaire, il faut le dire, mais aussi parce qu’il le mérite. Il joue bien, il marque beaucoup de buts et de belle manière et c’est un avant-centre qui plaît à tous.” Ce n’est pas les supporteurs de San Mamès qui diront le contraire. Avec cette sélection, Aduriz prouve qu’il n’y a pas d’âge pour être bon dans le sport, en espérant que la Roja profite de ses talents.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire