Aleksandr Golovin, l’héritier de Dzagoev

Face à l’Arabie Saoudite, Aleksandr Golovin a déjà dévoilé toute l’étendue de son talent. Un but et deux passes décisives plus tard, le milieu du CSKA Moscou s’élève déjà en héritier d’Alan Dzagoev… qui s’est blessé à la cuisse lors du match d’ouverture. Tiens, tiens.

Seulement 22 minutes ont été jouées dans le match d’ouverture de cette Coupe du Monde 2018 lorsqu’Alan Dzagoev, patron de la Sbornaja, s’écroule dans la moitié de terrain saoudienne. La main sur l’arrière de la cuisse gauche, le milieu offensif du CSKA Moscou montre qu’il s’est claqué et emporte tous les espoirs, déjà minces, russes de bien figurer lors de ce Mondial. Mais Aleksandr Golovin n’allait pas laisser tomber si facilement. Lui, du haut de ses 22 ans et de son statut de future star du football russe, est appelé à prendre la place d’Alan Dzagoev. Et il n’a pas attendu la blessure de son aîné pour se montrer aux yeux de la planète football.

Lyon s’en souvient

Avec sa patte droite exquise, il aura crucifié les Saoudiens en délivrant deux passes décisives millimétrées (pour Gazinskiy, 12ème, et Dzyuba, 71ème) avant de déposer un coup franc dans la lucarne gauche du pauvre Al-Mayouf (90ème). Pour le plus grand bonheur de Vladimir Poutine. Au-delà de son apport au tableau d’affichage, c’est l’importance qu’il a eue sur le jeu de la Sbornaja qui a impressionné. Auteur de cinq passes clés, record du match, Aleksandr Golovin a dicté le jeu offensif des Russes.

Sur cette heatmap, on peut voir que le numéro 13 russe a touché la majorité de ses ballons dans la moitié de terrain adverse. Avec une petite préférence pour les côtés. Il était d’ailleurs aligné en tant que milieu offensif gauche avant la sortie de Dzagoev, avant de se recentrer. Aleksandr Golovin a donné ses deux passes décisives depuis les ailes, la première dans le coin gauche de la surface et la seconde à l’exact opposé. Il est le joueur russe ayant touché le plus de ballons, lors du match d’ouverture, preuve de sa disponibilité et de la confiance qu’ont ses coéquipiers en lui.

Mais il n’est pas totalement inconnu pour les yeux français. Cette saison, le CSKA Moscou a éliminé l’Olympique lyonnais en huitièmes de finale d’Europa League grâce, notamment, à une merveille de frappe enroulée d’Aleksandr Golovin dont tout le Groupama Stadium se souvient. Déjà dans le club de la capitale, il a pris le jeu à son compte à certaines reprises. Sans Alan Dzagoev, il est prêt à le faire sous le maillot de la sélection. Répondra-t-il aux sirènes des clubs d’Europe de l’Ouest ou, comme son aîné après un Euro 2012 réussi, restera-t-il fidèle au maillot du CSKA ? Avec des performances face à l’Egypte (ce soir, 20h) et à l’Uruguay (25 juin, 16h) semblables à celle délivrée face aux Saoudiens, les offres arriveront forcément sur le bureau de son président. C’est ça, aussi, la force de la Coupe du Monde.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire