Allemagne – France (0-0) : les notes des Bleus

La France solide face à la Mannschaft

C’est la rentrée, même pour les champions du monde ! Après le rêve russe, l’heure était à la Ligue des Nations, la nouvelle compétition de l’UEFA, avec un premier match à l’Allianz Arena de Munich contre l’ogre allemand. Un choc de titans sans vainqueur, un tableau d’affichage qu’aucune des deux équipes n’aura réussi à faire bouger, et des enseignements multiples : avec nos notes, on vous résume la soirée des Bleus au cas par cas.

Les notes :

Alphonse Aréola (8) : le portier du PSG honorait sa première sélection en équipe de France, et quel début ! S’il a eu peu de pain sur la planche en première mi-temps, il a dû effectuer quelques détentes spectaculaires en seconde. Timo Werner (57′), Marco Reus (65′), Mats Hummels (72′), Thomas Müller puis Matthias Ginter (75′) n’ont pu tromper la vigilance du gardien français. Sa prestation pourra servir de référence tout au long de sa carrière.

Benjamin Pavard (4,5) : d’entrée de jeu, le latéral de Stuttgart a pris les crampons d’Antonio Rüdiger sur le cou. “Herzlich Willkommen”, comme on dit au pays de Goethe. Régulièrement charcuté par ce même Rüdiger, malmené par la fougue de Werner, Pavard a souffert sur la pelouse de l’Allianz Arena, malgré des efforts notables pour aller de l’avant.

Raphaël Varane (7) : dans la lignée de sa Coupe du Monde, une partie très propre et appliquée. Le Madrilène, solide dans les duels, s’est attelé à couper les trajectoires.

Samuel Umtiti (7) : une association avec Varane qui fait toujours des étincelles. Et, comme pour son compère, une solidité à toute épreuve. Une charnière qui porte l’équipe de France.

Lucas Hernandez (5,5) : parfois fébrile sur ses retours, le latéral de l’Atlético a eu un apport offensif intéressant. Comme à son habitude, il n’a jamais refusé d’aller au charbon lorsqu’il le fallait. Et le danger n’est pas souvent venu de son côté.

N’Golo Kanté (5) : un match correct, malgré une certaine approximation dans ses gestes techniques. Kanté nous a habitué à mieux.

Paul Pogba (4) : on lui demande de créer, de créer, et encore de créer, en utilisant l’étendue de sa palette technique. Malgré cela, la qualité de passe du Mancunien, ainsi que son inspiration, étaient portées disparues ce soir à Munich. La (petite) déception de la soirée venait de lui.

Kylian Mbappé (5,5) : il a tendance à en faire trop, c’est vrai, et ça pourrait vite devenir agaçant. Pourtant, Mbappé, au centre de la polémique après son expulsion à Nîmes le week-end dernier, crée toujours des différences sur ses dribbles, éliminant successivement un ou deux vis-à-vis. S’il arrive à lâcher sa balle au moment opportun, il retrouvera vite son niveau du Mondial.

Antoine Griezmann (5,5) : Griezmann fonctionne par à-coups, distillant de rares éclairs de génie avec parcimonie. Le public munichois l’a peu vu sur le front de l’attaque, mais plutôt au milieu de terrain où il a dû aller chercher les ballons. Sa frappe cadrée, trop tendue, n’a pas inquiété Neuer (64′). Remplacé à la 81ème par Nabil Fekir (non noté).

Blaise Matuidi (4) : dans ce genre de matchs où la qualité technique est reine, le Juventino s’avère être très en difficulté. Il a contribué à préserver Hernandez en isolant Leon Goretzka, mais n’a rien pu faire offensivement. Remplacé à la 85ème par Corentin Tolisso (non noté), qui a pu jouer quelques minutes dans son stade.

Olivier Giroud (5,5) : côté France, l’attaquant le plus intéressant en première période. Sa tête, sur un centre de Kanté, aurait pu faire mouche (35′) ; idem sur une talonnade devant le but juste avant la pause. Remplacé à la 65ème par Ousmane Dembélé (5), qui n’a sans doute pas eu assez de temps et de ballons pour se mettre en valeur.

A propos de Benjamin Mondon 182 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire