Analyse d’une finale

Cérémonie d'ouverture de la finale de la Ligue des Champions - Borussia Dortmund et Bayern Munich

Après la demi-finale entre le Bayern et le Barça, puis celle entre Chelsea et Bâle, l’équipe de la Papinade a décidé de se pencher sur la finale de la Ligue des Champions entre le Borussia Dortmund et le Bayern Munich donc, les deux équipes allemandes, pour vous livrer une analyse tactico-tactique. Cette finale a tenu toutes ses promesses grâce à deux superbes équipes qui n’ont pas fermé le jeu contrairement aux précédentes saisons où certaines équipes privilégiaient la défense avant tout – suivez mon regard. Pourtant, le BVB et le Bayern ont joué le jeu pour offrir un spectacle de très grande qualité.

Arrêt réflexe de Manuel Neuer (Bayern Munich) face au Borussia DortmundNéanmoins, si la première demi-heure a été clairement à l’avantage des jaunes et noirs, ceux-ci ont eu plus de mal par la suite avec une baisse de régime en fin de match qui a coïncidé avec un Bayern qui a pris l’ascendant physique au fur et à mesure des minutes. La lumière doit toutefois également revenir aux gardiens des deux formations qui ont été exceptionnels. Malgré 17 tirs cadrés (ndlr : Sur 29, soit un ratio élevé de 58% de tirs cadrés), Neuer et Weidenfeller sont longtemps parvenus à garder leurs cages inviolées. Malheureusement pour eux, il n’est pas possible de lutter éternellement face à des armadas offensives telles que celles vues samedi dernier. Longtemps indécis, le match a connu de nombreux rebondissements. Après de nombreuses parades de grandes classes des deux goals, c’est sur le côté gauche du Bayern qu’est venu le premier but avec – encore – un Ribéry qui est parvenu à faire la différence. Mandzukic exécute un contrôle orienté de la poitrine pour Robben qui décale Ribéry. Ce dernier parvient à délivrer une merveille de passe entre trois défenseurs pour le Néerlandais qui profite de l’espace libéré par les joueurs de Dortmund (cf : photo ci-dessous) pour aller défier Weidenfeller.

But Mario Mandzukic en finale de la Ligue des Champions
Pénalty et but de Ilkay Gündogan contre le Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions

Rapidement, les jaune et noirs reviendront au score après un pénalty sifflé logiquement par l’arbitre de la rencontre après une faute de Dante sur Reus. Surprise plus ou moins logique, ce n’est pas Robert Lewandowski qui se présente devant Neuer mais… Ilkay Gündogan. Comment expliquer ce choix ? Et bien l’attaquant polonais de Dortmund avait manqué son pénalty lors de la rencontre entre les deux équipes en Budesliga. On peut se poser la question de savoir si Dortmund ne s’est pas entraîné à tirer quelques pénaltys et notamment Ilkay Gündogan. En effet, c’est ce dernier qui a tiré –  et marqué – un pénalty on ne peut plus important… Alors qu’il n’en a frappé aucun cette saison ! Il prend Neuer – pourtant excellent dans ce domaine – à défaut en l’ajustant avec un contre-pied parfait sans lui laisser la moindre chance (cf : image).

Arjen Robben va marquer le but de la victoire pour le Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions

Cependant, la machine offensive du Bayern s’est mise en marche, et sur une nouvelle balle dans la surface, Franck Ribéry va combiner avec le néerlandais qui parviendra avec talent – et de la chance – à se défaire du marquage des défenseurs avant de glisser le ballon à la gauche d’un Weidenfeller, totalement impuissant. Les joueurs du Bayern peuvent laisser éclater leur joie car ce but allait leur permettre de remporter cette finale et la Coupe aux grandes oreilles qui leur tendait les bras depuis 4 ans. Après avoir cédé l’an passé à la 88e minute contre Chelsea sur une tête de Didier Drogba, cette année, le Bayern a marqué à la 89e minute, dans les tous derniers instants du match grâce au Hollandais maudit, Arjen Robben, l’homme aux mille finales perdues. Malheureux en Coupe du Monde et en Ligue des Champions, l’international allait parvenir à inverser la vapeur et donner à son équipe une cinquième Ligue des Champions – soit autant que Liverpool.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire