Arsenal et la peur d’une nouvelle saison blanche

Ce soir pour le compte des 1/4 de finale de la FA Cup, les hommes de Wenger se déplaceront à Old Trafford pour aller défier la bande à Rooney. Dans le théâtre des rêves, les gunners n’auront pas le droit à l’erreur sous peine de voir leurs derniers espoirs d’un titre cette saison s’envoler. Une saison sans titre qui pourrait peser contre Arsène Wenger au vu des moyens mis en place et de l’effectif dont dispose le technicien alsacien.

Une finale avant l’heure

Tenant du titre, les Gunners vont devoir sortir l’une des équipes les plus en forme depuis le début de l’année, une équipe qui est revenu à seulement un point de la troisième place du podium, celle qu’occupe actuellement Arsenal. Cela aurait dû être la finale, mais le tirage au sort en a voulu autrement. Le vainqueur de ce match, se verra attribuer un chemin plus que confortable au vu des forces encore en présence à ce stade de la compétition, ainsi Aston Villa s’est qualifié, tandis que les matchs Liverpool – Blackburn et Bradford – Reading seront à rejouer. Un tableau loin d’être insurmontable pour Alexis et consorts. Seulement Manchester fait office d’épouvantail, 3 défaites depuis début octobre toutes compétitions confondues et un jeu qui commence à se mettre en place. Manchester était venu s’imposer courant octobre à l’Emirates en réalisant un hold-up parfait, le genre de scénario qui pèse dans les têtes au moment de préparer le match de ce soir. Alors avant de se livrer une lutte sans merci pour accrocher la Ligue des Champions, les deux clubs seraient bien inspirés de s’imposer ce soir, afin de prendre un avantage psychologique non négligeable à l’approche du sprint final.

Wenger sur la mauvaise pente

En cas d’élimination ce soir, le “Wenger-bashing” reprendra de plus belles et pour cause, contesté dans un stade et au sein d’un club dans lequel il a été un héros, l’alsacien entend de plus en plus descendre des tribunes de l’Emirates un vent de rébellion de la part des fans, énervés de voir leur équipe faire chaque année la même saison (4ème place et élimination en 1/8ème de finale de la Ligue des champions) : seule une Cup arrachée face à Hull l’année dernière avait servi de bouclier pour rempiler une saison de plus. Les arrivées de Sanchez, Chambers, Welbeck laissaient même penser que Wenger allait ramener son équipe sur le devant de la scène. Peine perdue. À la mi-mars et avant le sprint final, Arsenal compte 9 points de retard sur Chelsea, leader et seulement 4 points d’avance sur l’ennemi juré Tottenham, 6ème. Autant dire qu’en cas de faux pas en championnat, la ligue des champions peut vite s’envoler. Une Ligue des Champions maudite pour les pensionnaires du nord de Londres puisqu’en ayant bénéficié d’un tirage heureux (Monaco, c’est mignon, mais ça vaut pas trop le Bayern, le Barça ou le Réal), ils ont quand même su trouver les moyens de se faire avoir, de perdre 3-1 à domicile et de quasiment hypothéquer toutes chances de prolonger l’aventure européenne cette saison. Alors pour éviter de vivre la dernière saison d’Arsène Wenger sur le banc d’Arsenal, ses joueurs auraient plutôt intérêt à battre United ce soir, et d’ainsi plonger les diables rouges dans une deuxième saison blanche consécutive.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire