Le Barça, une faiblesse inhabituelle

C’était l’été de tous les dangers pour le Barça. Et le club catalan n’a pas su satisfaire les socios, particulièrement en colère. Depuis plusieurs mois, le FC Barcelone affiche des limites inhabituelles.

Il en faut peu pour être heureux, dit-on. Ce dicton ne s’applique pas au Barça. Les socios, et la presse, sont exigeants. Ils souhaitent avoir la meilleure équipe du monde, chaque année. Voir le rival madrilène double-vainqueur de la C1 et champion d’Espagne n’est pas du goût des Catalans. Depuis le début de saison dernière, le FC Barcelone a multiplié les aveux de faiblesse.

Le départ de Neymar, un symbole

En NBA, Kevin Durant est critiqué pour avoir rejoint l’équipe ayant battu la sienne la saison précédente. Neymar, lui, a choisi de faire l’inverse. Si le Barça a finalement éliminé le PSG la saison dernière, il le doit plus à la fébrilité psychologique des Parisiens qu’à son talent. Le club catalan affichait la plus belle attaque d’Europe, peut-être de l’Histoire, avec ses trois sud-américains. Mais Neymar est allé voir si l’herbe est plus verte au Parc des Princes et Ousmane Dembélé l’a remplacé. Le Français est un excellent joueur, un talent très précoce. Mais il reste un investissement sur l’avenir et le Barça sera forcément moins fort offensivement. Perdre un joueur qui fait partie des trois meilleurs au monde, au profit d’une équipe que vous battez chaque saison, quel meilleur aveu de faiblesse ?

Des flops à répétition

Le mercato du Barça a été agité. En plus d’Ousmane Dembélé, Paulinho, Nelson Semedo et Marlon, directement prêté à Nice, sont venus renforcer l’effectif catalan. Il faut aussi ajouter le retour au bercail, contre 12M€, de Gérard Deulofeu (voir plus bas). Combien réussiront à s’imposer au FC Barcelone ? Et combien verront leur nom s’afficher dans la colonne “flops” des livres d’histoire ? Ces dernières saisons, les dirigeants catalans ont multiplié les mauvais choix. A croire qu’ils sabotent volontairement le navire. Prenons les recrues du dernier exercice. André Gomes a été catastrophique toute la saison, à tel point que les supporters le sifflaient chaque fois que le Portugais foulait la pelouse du Camp Nou. Triste pour un joueur acheté 35M€.  Autre arrivée importante : celle du prometteur attaquant international, Paco Alcacer. Nouveau flop à 30M€. 27 rencontres disputées sous le maillot catalan, pour 8 petits buts, mais la plupart sont des entrées en jeu. Impossible pour lui de faire son trou derrière les trois attaquants titulaires et il n’a plus revêtit le maillot de la sélection depuis. Un poil cher pour un remplaçant. Lucas Digne a rejoint le Barça la saison dernière sans, pour l’instant, arriver à se mettre au niveau. Enfin, le Barça a lâché 13M€ pour Jasper Cillessen, alors gardien de l’Ajax Amsterdam, qui a compilé… 10 matches, dont 8 en Copa del Rey.

Pour les saisons précédentes, on ne citera que les plus marquants : Arda Turan, un incroyable gâchis, Aleix Vidal dont Luis Enrique ne voulait pas, Thomas Vermaelen et son addiction à l’infirmerie ou encore Alex Song, pas du tout dans l’ADN Barça.

Une politique plus que douteuse

Josep Maria Bartomeu, le président du club catalan, a eu tout faux cet été. Il pensait chiper Marco Verratti au PSG mais Nasser Al-Khelaïfi a posé son veto. Et, pour se venger, il lui a piqué Neymar. Il pensait ensuite recruter facilement Philippe Coutinho. Nouveau stop de la part de Liverpool. Il déclare à qui veut l’entendre que Lionel Messi a prolongé son contrat, courant jusqu’en 2018, alors que rien n’est signé. Et l’ancien candidat à la présidence du Barça, Agustí Benedito, a déposé une motion de censure contre lui.

Voilà le résultat d’années d’errements. Autrefois loué pour la qualité de son centre de formation, le FC Barcelone ne fait plus confiance aux jeunes joueurs. Gérard Deulofeu a été vendu à Everton avant d’être racheté deux fois plus cher. Sergi Roberto a fait son trou, oui, mais il n’évolue pas à son poste et comble juste l’incroyable vide laissé par le départ de Dani Alvès. Le Barça a la fièvre acheteuse et préfère recruter, à grands coups de millions, des joueurs ne correspondant pas au profil nécessaire au FC Barcelone. Il était légitime de penser que le règne catalan allait durer encore longtemps. Comme quoi, dans le football, il faut s’attendre à tout.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire