Bastia, le parcours agité du promu

Le SC Bastia est sur le point, à quatre journées de la fin, d’entériner son maintien en Ligue 1 après un parcours pour le moins chaotique. Les corses ont en effet prouvé tout au long de la saison leur inconstance, certes, mais aussi une capacité à sortir plus forts des moments difficiles. Si son parcours en coupe n’a pas été des plus réussi avec une élimination peu glorieuse contre l’autre club bastiais de National (ndlr : défaite 2 – 0) en 32e de finale de la Coupe de France, et une défaite précoce en Coupe de la Ligue face au LOSC (ndlr : élimination en Quart de finale après une défaite douloureuse : 3 – 0), le SCB peu toutefois se targuer de réussir sa saison en championnat puisque l’objectif initial du maintien semble presque acquis. Néanmoins, cette réussite n’a pas été régulière et l’année à Bastia n’a pas été sans heurts à l’image de ces lourdes et nombreuses sanctions qui se sont abattues plus ou moins justement sur le club corse. Le 13 Décembre dernier, la Commission de discipline de la Ligue de Football Professionnelle a ainsi décidé de suspendre à titre provisoire le stade de Furiani, ce qui avait conduit le Sporting à jouer contre Nancy son dernier match de la phase aller (ndlr : victoire 4 – 2). Pour les incidents qui ont émaillés le match Bastia – OM (17ème journée), qui se jouait pourtant à huis-clos, et le jet d’un projectile envers un arbitre assistant lors d’un match de Coupe de la Ligue, Furiani s’est vu suspendre une nouvelle fois pour trois matchs et Bastia s’est vu infligé d’un retrait de deux points avec sursis. La note est salée pour ce club “atypique, populaire avant tout, mais surtout uni” dixit Jean-Marie Prescelti, porte-parole du collectif des supporters bastiais. Les corses et notamment les Bastiais ont ainsi l’impression de voir l’équité sportive bafouée par ces sanctions, et un certain désamour du “continent” pour leur cause. Pas aussi glamour que des clubs comme Lens, Nantes, Le Havre ou Monaco qui sont en Ligue 2, le SC Bastia peut toutefois s’appuyer sur la ferveur populaire – plus que sur ses finances – et son effectif talentueux pour faire une saison très honorable en championnat.

Mickaël Landreau, nouveau portier du SC Bastia

Si Bastia n’a jamais fait partie de la première moitié de tableau – hormis lors des quatre premières journées – le club corse n’a jamais non plus été en position de relégable au cours de la saison et a ainsi navigué entre la 11ème et la 17ème place avec des périodes de doute et d’autres moments de sérénité. 17e au crépuscule de la 13e journée après une défaire amère face à concurrent dans la lutte pour le maintien (ndlr : 3 – 0 contre le Stade Brestois 29 au stade Francis le Blé),  le club corse n’a jamais clairement semblé être au dessus de ses autres adversaires en première partie de saison. Cela s’explique notamment par les énormes difficultés rencontrées par la défense de Bastia qui a encaissé 41 buts lors de la phase aller, soit plus de 2 buts encaissés par match en moyenne ; ce qui est souvent rédhibitoire. L’arrivée d’un gardien de la trempe de Mickaël Landreau, en provenance de Lille, lors du mercato hivernal a semblé raffermir la défense corse à la peine jusque là et cela s’en est ressenti dans les résultats du club qui a encaissé deux fois moins de buts jusqu’à présent (ndlr : 21). Cependant, si la défense s’est reprise, l’attaque bastiaise a, à son tour, connu une période compliquée avec 6 matchs sans victoire et un unique but marqué entre la 21e et la 26e journée, ce qui a fait redescendre le club dans les profondeurs du classement jusqu’à la 16e place.

Une bagarre éclate entre le Sporting Club de Bastia et l'AC Ajaccio lors du derby corse pour le compte de la 27e journée de Ligue 1Pourtant, le derby corse du 2 Mars dernier, s’il a été le témoin d’une bagarre générale et d’incidents entre supporters et a privé le SC Bastia de son maître à jouer, Jérôme Rothen, a aussi eu le mérite de relancer le Sporting avec une victoire par la plus petite des marges (ndlr : 1 – 0, but de Toifilou Maoulida). Lors des 29e, 30e et 31e journées, Bastia a ainsi fait carton plein et a enchaîné trois spectaculaires victoires, emmené par un secteur offensif impressionnant, rayonnant de talent et de réussite à l’image du splendide but que s’est offert le jeune Florian Thauvin au terme d’un raid solitaire de près de 40 mètres. Auteur de trois doublés, le jeune joueur de l’équipe de France des moins de 20 ans, recruté par le LOSC cet hiver mais prêté dans la foulée au Sporting jusqu’à la fin de la saison, a été parfaitement suppléé par Anthony Modeste, Wahbi Khazri et Toifilou Maoulida, tous auteurs de deux buts lors de cette belle série de victoires. Avec 12 buts marqués en trois matchs, le SC Bastia a trouvé une attaque digne du haut de tableau.

Bastia a eu tous les ingrédients pour faire de son année dans l’élite, une saison agitée. Avec la 9e attaque du championnat mais la défense la moins solide, et une dernière place au classement du fair-play avec 75 avertissements et 7 expulsions, l’on peut dire que le Sporting ne laisse pas indifférent. Marqué par un public “uni pour vaincre” (ndlr : Uniti Vinceremu) et une histoire – puisque le club a déjà passé 30 saisons parmi l’élite du football français, Bastia se rend ce samedi 4 Mai au Vélodrome de Marseille, près de 21 ans jour pour jour, après la catastrophe de Furiani (ndlr : En demi-finale de la Coupe de France 1992, Bastia accueille Marseille à domicile. Une tribune provisoire d’une capacité de 10 000 places s’effondre, conduisant à la mort de 18 personnes).

Uniti Vinceremu, la devise du SC Bastia

 

1 Trackback / Pingback

  1. La Ligue 1 pour Slimani

Laisser un commentaire