Bernardo Silva, enfin l’explosion ?

Le milieu offensif portugais Bernardo Silva va devoir être performant face à Villareal.

Arrivé à l’été 2014 sur le rocher, le virevoltant milieu offensif portugais peine à s’installer dans le XI de départ de Leonardo Jardim. Alors qu’il va avoir 22 ans, et qu’il n’a pas été retenu dans le groupe des 23 champions d’Europe portugais, il est temps pour Bernardo Silva de confirmer les espoirs que le Benfica et Monaco ont placé en lui. 

Il est arrivé en conférence de presse avec la même élégance que sur le terrain. Détendu, Bernardo Silva a tranquillement répondu aux questions des journalistes présents en Espagne. Il faut dire que les difficultés et les épreuves ne lui font pas peur. Vendredi dernier, son équipe perd 2-0 lorsque Jardim décide de le faire rentrer. Il ne lui a fallu que 20 minutes pour retourner le match. 1 but et 1 passe décisive plus tard, Monaco arrache le nul et s’évite une première journée catastrophique. Mais alors que le portugais a changé le visage de son équipe, pourquoi Jardim ne lui a pas fait confiance dès le coup d’envoi ? Son Monaco était pourtant privé de Falcao, Germain et Vagner Love, autant de talent offensif que pouvait compenser le meneur de jeu portugais. Ce soir Bernardo sera titulaire, et compte bien (enfin) faire son trou dans le dispositif monégasque.

“On connaît les qualités de Bernardo Silva” 

“On connaît les qualités de Bernardo Silva. Il revient bien. Bernardo n’a pas débuté, il s’est blessé en fin de saison. On n’a pas voulu reproduire les erreurs de l’an dernier. Il est très proche de la bonne condition physique pour être titulaire.” Hier en conférence de presse, Léonardo Jardim n’a pas tari d’éloges concernant son numéro 10. Il faut dire qu’en l’absence de ses trois avant-centres, Bernardo est l’atout offensif numéro 1 du club de la principauté. Dans un barrage aller-retour pour accéder à la Ligue des Champions, l’ex joueur du Benfica va devoir montrer que son adaptation à Monaco est terminée, et qu’il est prêt à assumer son talent évident.

Après ses deux premières saisons sur le rocher, Bernardo affiche des statistiques plus qu’honorable, 65 matchs en Ligue 1, 16 buts. Seulement, ses prestations sont globalement trop lisses, trop gentilles pour le faire passer pour un leader dans cette équipe. Il lui manque ce comportement de leader, technique et mental, pour lui faire passer un cap. Hier en conférence de presse, il a pris ses responsabilités au moment d’évoquer son ressenti sur la situation : “C’est toujours très particulier d’être ici, de sentir l’ambiance de la Ligue des Champions. C’est très différent de jouer cette compétition par rapport à Ligue Europa. On va tout faire pour nous qualifier et retrouver la C1. C’est l’objectif de tous les joueurs de vivre pour ces matchs à haute pression. C’est d’ailleurs mieux quand tu ressens cette pression, car ça veut dire que tu joues à un haut niveau.”

La peur du haut niveau

Depuis sa formation au Benfica, le petit Bernardo est promis à un bel avenir dans le monde professionnel. Il est destiné d’ailleurs à prendre sa place dans le XI de la Selecao lors des années à venir. Seulement, il faut constater aujourd’hui que le natif de Lisbonne n’a encore jamais réussi à s’imposer en Coupe d’Europe. Lors des deux dernières saisons, il a disputé 845 minutes de jeu que ce soit en Ligue des Champions ou en Europa League, pour ne marquer aucun but. Une inefficacité qui pose problème pour un joueur censé faire la différence. Pourtant en conférence de presse, Bernardo Silva s’est montré confiant concernant sa faculté : “C’est l’objectif de tous les grands joueurs (de jouer la Ligue des Champions). On est contents d’avoir la pression.” Content d’avoir la pression, c’est bien, ne pas être submergé par cette dernière, c’est mieux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire