Bilan des éliminatoires de l’Euro

On y est ! Dans un an, on sera en plein Euro, la France sera un pays de foot pour un mois et 24 nations vont en découdre pour succéder à l’Espagne, double tenante du titre. Alors après une journée de qualification passée inaperçue, où en sont les différents favoris, les outsiders et ceux sur lesquels on aurait pas misé. 

Groupe A

Premier favori en difficulté, les Pays Bas sont en position de barragiste. Habitués à survoler les phases de qualification, les Oranje ne sont que 3ème d’un groupe dominé par l’Islande et la République Tchèque, avec 10 points. Ces deux équipes se sont d’ailleurs affrontées ce week-end, avec un succès de l’Islande 2-1 face aux tchèques, ce qui donne l’Islande avec 15 points et la République tchèque 13 points. Derrière les hollandais, la Turquie pourrait jouer les troubles fêtes puisqu’ils n’ont que 2 points de retard sur la bande à Sneijder. En fin de peloton, la Lettonie et le Kazakhstan n’ont plus aucun espoir, et vont servir d’arbitres dans la course à la qualification directe.

Groupe B

Certainement le groupe le plus intéressant à suivre d’ici la fin des éliminatoires. Premier de son groupe le Pays de Galles compte, avec 14 points, seulement 6 points d’avance sur la Bosnie 5ème. Entre eux, la Belgique, Israël et Chypre sont intercalés. La Belgique, encore une fois en manque de réalisme, s’est faite surprendre par Gareth Bale, et laisse sa première place aux Gallois qui ne devraient plus rien lâcher jusqu’à la fin et valider ainsi une première participation à une compétition internationale depuis des lustres. Pour la deuxième place directe, et celle de barragiste, 3 points seulement séparent la Belgique, de la Bosnie, autant dire qu’ils seront 4 à se battre jusqu’au bout. La dernière équipe du groupe, Andorre, ne compte aucune victoire, et engrange de l’expérience.

Groupe C

Le double tenant du titre espagnol n’a pas convaincu face à la Biélorussie : une victoire 1-0, sur un but de Silva, qui confirme que le passage de témoin entre deux générations sera plus long que prévu. Cependant, l’Espagne dispose d’un groupe déjà joué. La Slovaquie première avec 18 points, la Roja avec 15 points et l’Ukraine et ses 12 points vont se disputer les places directes. Même si les héritiers de Schevchenko ont de grande chance de passer une nouvelle fois par la case barrage, ils ne retrouveront pas la France, ni Mamadou Sakho. Derrière les 3 gros, le Belarus, la Macédoine et le Luxembourg sont à la lutte pour gagner plus de deux matchs dans la campagne de qualification.

Groupe D

Le titre de champion du Monde est difficile à digérer pour les hommes de Joachim Low, même si, sans tremblement de terre, ils devraient se qualifier pour la phase finale, les prestations ne sont pas au top. La large victoire contre Gibraltar ne devra pas cacher les matchs contre l’Ecosse, la Pologne ou l’Irlande. La Pologne justement, vainqueur 4-0 de la Géorgie, est toujours en pôle du groupe de qualification, avec le meilleur buteur de ces éliminatoires, un certain Robert Lewandoski. Derrière la Pologne et l’Allemagne, l’Ecosse et l’Irlande vont se disputer la 3ème place pour aller en barrage, même si, avec 2 points de retard sur la bande à Neuer, il est possible de penser que l’Allemagne aille en barrage. A la fin du groupe, la Georgie et Gibraltar n’ont plus rien à jouer.

Groupe E

Première campagne de qualification entièrement dominée par l’Angleterre depuis un bon moment. Avec un carton plein, du jeu et des éclosions au niveau international, tous les voyants sont au vert pour les coéquipiers de Wayne Rooney. Rooney qui, avec 48 buts, est à une longueur d’égaler le record de Bobby Charlton. Pour la deuxième place la Suisse semble tenir la corde avec 3 points d’avance sur la Slovénie. Une Slovénie qui devra se méfier de l’Estonie et de la Lituanie, en embuscade pour accéder au barrage. La dernière place est occupée par Saint Marin, qui a déjà grappiller un point dans ces éliminatoires, ce qui est une victoire pour eux.

Groupe F

La surprise de ces éliminatoires vient de ce groupe. Tête de série du groupe, la Grèce se retrouve à la dernière place, et vient de concéder son deuxième revers face aux Iles Féroé, son 4ème en 6 matchs depuis le début de la campagne de qualification. L’Euro ne réussit donc pas aux grecs. Au sommet du groupe, 3 points séparent la Roumanie, l’Irlande du Nord et la Hongrie. 3 équipes sur qui on aurait pas misé des fortunes mais qui ont eu la chance de tomber dans un groupe ouvert. Avec 5 points d’avance sur les Féroé, le suspens pour la qualification est parti. Reste la Finlande, qui a encore raté sa campagne de qualification, mais qui est quand même devant la Grèce.

Groupe G

Un deuxième Euro est largement envisageable pour l’Autriche. Après avoir co-organisé l’édition de 2012, les autrichiens vont se qualifier en Septembre, eux qui ont réalisé un quasi sans faute avec 5 victoires et 1 nul en 6 matchs. Pour la seconde place, Zlatan emmènera sa Suède en France, pour sa tournée d’adieu. Pour les barrages, la Russie de Capello tient le bon bout, malgré un revers face à l’Autriche à domicile. La préparation pour sa coupe du Monde n’est pas fameuse mais une qualification pour l’Euro pourrait leur permettre d’engranger de l’expérience. Derrière les russes, le Monténégro, et le Liechtenstein espèrent un faux pas de ces derniers pour pouvoir retrouver l’ambition d’être barragiste. Enfin, la Moldavie n’a plus rien à jouer, sauf le fait de gagner un match.

Groupe H

Antonio Conte devra cravacher jusqu’au bout pour pouvoir valider le billet de la squadra. Dans le choc de cette journée d’éliminatoire, les Italiens sont allez chercher un nul mérité sur la pelouse de Zagreb. Buffon a encore fait un gros match, en détournant le pénalty de Mandzukic. El Shaarawy a réussi son retour en marquant, même si son but a était refusé pour un hors jeu inexistant. Sauf faux pas inattendu, ces deux nations seront de la partie en juin prochain. Pour la place de barragiste, la Norvège dispose de deux points d’avance sur la Bulgarie. A la fin du groupe, l’Azerbaïdjan et Malte luttent pour ne pas finir dernier.

Groupe I

Cristiano a encore frappé. Le Portugal était malmené face à l’Arménie, du coup il a voulu rappeler qu’il était encore l’un des meilleurs. 3 buts, dont un dernier monumental où son contrôle du gauche est un modèle du genre. Grâce à lui, le Portugal n’ira pas en barrage cette année, et pourrait même valider son ticket en Septembre lors des prochains matchs. Le Danemark qui vient d’éliminer la Serbie en s’imposant 2-0 à domicile va lutter jusqu’au bout avec l’Albanie, pour éviter des barrages toujours difficile à négocier. En fin de groupe, la Serbie paye ses débordements en tribune tandis que l’Arménie devra encore attendre pour participer à une compétition internationale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire