Bilan : Quelle équipe de Ligue 1 a réalisé le meilleur mercato ?

Avec les arrivées de Neymar et Mbappé, le PSG a réussi un mercato comme nul ne l'attendait. Mais qu'en est-il des autres clubs de Ligue 1 ? © Twitter PSG
Avec les arrivées de Neymar et Mbappé, le PSG a réussi un mercato comme nul ne l'attendait. Mais qu'en est-il des autres clubs de Ligue 1 ? © Twitter PSG

Après trois mois de transactions, d’offres acceptées, d’autres repoussées, le marché des transferts a enfin fermé ses portes hier soir en France et dans la majorité des grands championnats européens. L’heure de dresser un bilan de ce qui a été réalisé par les clubs de Ligue 1.

Paris

Il est évident qu’il est plus facile de faire un bon mercato quand on a de l’argent à dépenser. Mais au vu des nombreuses critiques du début d’été sur le mercato parisien à venir, il est plaisant de voir quelques bouches être fermées.

Loin d’être supporter parisien, on peut pour autant être un grand amateur de football et saluer le recrutement du PSG. Oui, les sommes mises sur la table sont absolument extravagantes mais qui aurait pu imaginer avant cet été qu’un Neymar, dans le top 5 (allez, ne soyons pas trop gourmands) des meilleurs joueurs du monde jouerait un jour en Ligue 1 contre Guingamp ? Qui aurait pu imaginer le club de la capitale réussir à rafler la mise d’un attaquant de 18 ans courtisé par Manchester City ou le Real Madrid ? Faire venir des joueurs de cet acabit à un coût. Peut-être pas celui payé par Paris, mais on n’en est probablement pas loin.

En plus de ces deux arrivées XXL, le PSG a également fait venir Yuri Berchiche pour être le remplaçant de Kurzawa à gauche et a surtout réussi à faire partir du club les éléments sur lequel il ne comptait plus : Aurier et Matuidi pour 25 millions d’€ chacun, Krychowiak et Jesé en prêt.

Le seul point noir reste ce fameux numéro 6 tant désiré par le club parisien qu’il n’a jamais réussi à trouver malgré des tentatives de dernière minute et le fait de ne pas avoir réussi à se débarrasser d’un Ben Arfa plus encombrant que jamais.

Monaco

Alors oui, les Monégasques ont perdu Kylian Mbappé. Certes, Bernardo Silva est parti en Angleterre avec Mendy et Bakayoko. Germain a quitté le rocher pour le voisin marseillais. Mais déjà, Fabinho et Lemar, malgré des offres considérables, sont toujours là et ce n’est pas négligeable, loin de là.

Et malgré ces nombreuses pertes, l’ASM reste le seul club aujourd’hui capable de rivaliser avec le PSG. D’abord parce que Leonardo Jardim. Mais aussi parce que le club de la principauté n’a pas raté son mercato, loin s’en faut. Devant, Jovetic et Keita Baldé font figure d’excellentes pioches avec Diakhaby et Ghezzal qui vont venir renforcer un banc déjà bien fourni. Au milieu, le départ de Bakayoko a été largement compensé par l’arrivée de Tielemans, pour moins cher. Derrière, la perte de Mendy sera assurément importante mais Jorge tient largement la corde pour l’instant et Kongolo apporte lui aussi un profil différent très intéressant.

Dans son style, Monaco a donc su parfaitement gérer cette période très délicate de mercato pour continuer à faire tourner sa cellule de recrutement à plein régime et sera toujours aussi séduisante à suivre cette saison encore.

Bordeaux

C’est la belle surprise de ce mercato. Malgré le départ d’Adam Ounas pour Naples, les Girondins ont réalisé un excellent mercato très prometteur. Exit aussi Rolan, en prêt avec option d’achat à Malaga, et Pallois (Nantes) tout comme Touré et Crivelli, à Angers tous les deux.

Bordeaux a surtout résisté pour conserver sa pépite Malcom, très demandée, devant et a réalisé de très bonnes pioches. Costil, pour commencer dans les buts, est arrivé libre pour remplacer Carrasso. Toulalan a reculé en défense centrale avec Jovanovic que Gourvennec voulait faire revenir. Youssouf Sabaly, prêté l’an passé lui aussi, a été cette fois définitivement acheté par le FCGB.

Au milieu, le Danois Lukas Lerager (ex Zulte-Waregem) fait figure d’excellente recrue et surnage en ce début de saison. Il est plus difficile en revanche de juger des arrivées des trois Brésiliens : Cafu (Ludogorets), Otavio (Paranaense) et Matheus Pereira (prêté par la Juve) mais les trois viennent apporter une profondeur de banc et une concurrence certaine à leur poste.

Enfin devant, l’arrivée de De Préville le dernier jour, inattendue, est là aussi révélatrice de l’ambition des Girondins. Ce n’est finalement qu’au poste de latéral gauche, dégarni, que le seul point négatif est à relever.

Lyon

Comme Monaco, Lyon a perdu beaucoup de ses cadres avec Lacazette, Gonalons et Tolisso. Mais tout comme l’ASM, les Gones ont procédé à un recrutement plutôt ambitieux aux postes qui le nécessitaient. Sur les côtés, Marçal et Ferland Mendy sont arrivés à gauche, Kenny Tete dans le couloir droit, et Marcelo a renforcé une défense centrale en grande peine l’année dernière.

Devant, Bertrand Traoré et Mariano Diaz sont pour le moment en grande forme et si leur entente reste à peaufiner, l’on pourrait assurément voir de belles choses du côté de l’OL cette année.

Le bât blesse en revanche quand on parle du milieu de terrain. Difficile de savoir ce que valent Pape Diop (Celta Vigo) et Ndombele (Amiens) mais ce que l’on sait, c’est qu’ils auront surtout fort à faire pour compenser les nombreux départs dans l’entrejeu… et notamment, celui étonnant de Darder. Ce dernier, pourtant très bon joueur de ballon n’a jamais semblé rentrer dans les plans – contestables – de Genesio, comme Mammana parti au Zénith, et laissera de nombreux regrets du côté de Lyon où il avait pourtant fait preuve de qualités certaines.

Saint-Étienne

Sans faire de bruit, l’ASSE a pourtant fait de bons coups cet été. Les Stéphanois ont vu quitter des éléments devenus indésirables comme Roux, Lemoine, Clément, Corgnet… Leur recrutement est assez exotique mais leur début de saison donne raison à leur coach Oscar Garcia. Au milieu, Dioussé a fait preuve de beaucoup de qualité comme Gabriel Silva et Janko derrière, même s’ils ont été pris à défaut contre le PSG lors du dernier match. Katranis et Hernani ne donnent pas beaucoup de certitudes mais sont des profils intéressants.

Devant, l’ASSE n’a finalement pas conclu l’affaire avec Salibur mais Cabella est arrivé en prêt et Diony a réussi une belle saison avec Dijon en 2016/2017. Pas de grands noms, mais des départs bien sentis et des recrues prometteuses et surtout des cadres qui sont restés comme Ruffier, Perrin et Hamouma. Et ça, c’est aussi la marque d’un mercato réussi.

Marseille

Il pourrait être étonnant de voir Marseille à cette place, il a d’ailleurs été difficile de se décider et l’OM semble, en ce qui concerne la réussite de son mercato, un cran en dessous des équipes ci-dessus. Mais il faut regarder la réalité en face et aujourd’hui Marseille n’est clairement pas un grand d’Europe et n’est peut-être même plus un grand de France – en terme de qualité de jeu, d’attractivité sportive en tout cas.

Mais les Olympiens pourraient rapidement le redevenir au vu de leur mercato, loin d’être parfait mais pas si mauvais que certains ne le prétendent. Devant, Gomis devait partir. Tout le monde n’est pas d’accord avec ça, mais à 32 ans, qu’aurait-il vraiment pu apporter de différent à un club qui veut voir plus haut ? Germain n’est pas une recrue bling-bling, mais à 8 millions, il vaut largement le coût. Il sera épaulé par Mitroglou, le Grec du Benfica, dont on attend avec impatience les premières prestations mais qui a scoré à de multiples reprises en Liga Sagres.

Derrière, la défense a été changée. Et elle se devait de l’être. Les incertitudes résident toujours autour de Abdennour et Rami mais ces deux-là, à leur meilleur niveau, peuvent former une excellente charnière. À gauche, Jordan Amavi aura assurément du temps de jeu pour se relancer après sa blessure. Il ne faut pas oublier non plus le retour de l’un des tous meilleurs gardiens français : Mandanda, dans les cages.

Enfin, au milieu, Luiz Gustavo apportera, et a déjà apporté, une expérience certaine, son sens du jeu et l’habitude du haut niveau. Il est d’ailleurs déjà omniprésent dans l’entrejeu olympien. Alors que son retour a été évoqué fut un temps, William Vainqueur – à sa plus grande frustration – n’évoluera pas à Marseille cette saison alors qu’il n’aurait pourtant pas été de trop, loin de là.

https://twitter.com/WillVainqueur/status/903384049686913024

Ainsi, un autre milieu de terrain au profil différent, aurait été intéressant dans la rotation car c’est un secteur où Marseille n’est pas aussi flamboyant que l’on pourrait le croire. Et puis surtout, l’OM n’a pas su se lester de ses – trop – nombreux poids morts avec lesquels le club va devoir composer pendant un moment.

Toulouse

Beaucoup de prêts mais aussi des paris intéressants tentés par Toulouse. Imbula et Gradel notamment sont venus renforcer l’équipe de Pascal Dupraz et viennent se relancer dans un championnat qu’ils connaissent tous les deux bien. Devant, Braithwaite est parti mais Sanogo et Jean sont arrivés, tout comme Cahuzac et Machach dans l’entrejeu pour compenser le départ de Doumbia.

Le gros point fort du mercato toulousain est d’avoir su conserver Lafont et Diop, très sollicités, et qui auront à coeur de faire tous deux une grande saison avant de s’envoler très probablement pour des équipes plus huppées. Un marché des transferts somme toute très bien géré par le Téfécé qui va désormais devoir le prouver sur le terrain.

Nice

Jusqu’au dernier jour, le recrutement de l’OGC Nice a pu laisser perplexe. Certes Sneijder, un grand monsieur du football, a débarqué sur la côté d’azur, mais les autres recrues n’étaient pas forcément du standing d’un club troisième du championnat. Makengo, Tameze et Jallet semblent plus là pour la rotation – avec l’Europa League et les coupes, il en faudra – et Lees-Meslou et Saint-Maximin sont encore en rodage. Sur les côtés, Souquet a percé mais le côté gauche, orphelin de Dalbert, n’avait pas trouvé preneur jusqu’à l’arrivée du très prometteur Racine Coly, en provenance de Brescia.

Au milieu, le cas Seri pose problème : le milieu ivoirien va-t-il digérer son départ avorté au FC Barcelone ? En tout cas, le retour de Nampalys “Papy” Mendy va faire du bien à Nice tout comme l’arrivée de Marlon, défenseur central en provenance du… Barça justement.

La grande interrogation maintenant reste de savoir si tout ce petit monde réussira à bien s’adapter ensemble et si Sneijder montrera enfin son meilleur visage.

Lille

Des questions, beaucoup de questions entourent le mercato lillois. La nouvelle direction a voulu donner à Marcelo Bielsa ce que le technicien voulait : et il l’a eu. De nombreuses recrues sont arrivées, la plupart inconnues du grand public, comme Thiago Maia, Ezequiel Ponce, Thiago Mendes, Luiz Araujo ou Edgar Ié. Toutes semblent avoir un potentiel certain et une aisance technique qui peut faire mal en Ligue 1. Mais pour l’instant les Lillois ont du mal en cette entame de championnat.

Lille ne s’est pas encombré et a résilié de nombreux contrats : ceux de Palmieri, Basa ou Nangis notamment. Côté départs, Eder, Martin, Sliti et Corchia sont partis logiquement. En revanche, ceux de De Préville, décisif, et Xeka le dernier jour sont étonnants. Gageons que Marcelo sait ce qu’il fait et donnons donc une chance à ce mercato lillois.

Rennes

On attendait avec impatience du côté de la Piverdière ce que pourrait enfin donner une équipe avec Christian Gourcuff qui aurait la main sur le recrutement. Le Stade Rennais a beaucoup dépensé cet été mais la sauce peine à prendre. Maouassa est arrivé pour 7 millions d’euros, Ismaïla Sarr pour 16, deux arrivées qui n’ont pour l’instant pas été à la hauteur sur le terrain. Amalfitano et Bourigeaud sont venus renforcer le milieu de terrain et à la fin du mercato, Khazri prêté par Sunderland et le gardien tchèque Koubek ont posé leurs valises en Bretagne.

Le dégraissage a été fait avec les départs de Chantôme, Pedro Mendes, Giovanni Sio et Wesley Saïd, mais il manque un vrai numéro 9 à cette équipe. Il aurait pu être Diafra Sakho qui avait passé sa visite médicale le dernier jour avant que son club refuse finalement de le transférer. Premier échec. Autre échec, celui du défenseur central grec Retsos alors que Rennes était prêt à mettre le prix qu’il fallait pour le faire venir. Sur le papier, le recrutement est intéressant mais ça peine à se concrétiser sur le pré et surtout, en interne, tout n’est pas rose loin de là.

Angers

La filière Bordeaux – Angers marche bien pour le SCO qui a fait venir Crivelli et Thomas Touré et a su renouveler avec pertinence le départ de ses cadres. Lassana Coulibaly arrivé de Bastia est venu compenser le départ attendu de N’Doye, parti libre. Diedhiou et Pepe ont également quitté Angers alors que Fulgini est arrivé en provenance de Valenciennes et apporte beaucoup de fraîcheur depuis le début de la saison. Malgré les offres pour son capitaine Mangani, le SCO a résisté et souhaite s’affirmer comme un club qui joue désormais plus que le maintien.

Caen

Alors qu’ils ont frôlé la relégation l’an passé, les Caennais ont souhaité se renouveler, notamment dans le secteur défensif que Ben Youssef et Yahia ont quitté. Le Bastiais Djiku, très bon, fait du bien, tout comme Aït-Benasser et Adama Mbengue à gauche. On attend désormais avec impatience l’association de Jan Repas, arrivé récemment, et Ivan Santini, resté du côté de Malherbe, pour avoir une meilleure idée de ce qu’il faudra retirer de cette période de transferts pour Caen. Mais les départs de Makengo et Karamoh semblent en tout cas avoir été facilement digérés.

Guingamp

On mise sur la stabilité à l’EAG ! Peu de recrues de renom et surtout des jeunes comme Blas et Coco qui restent. Le Portugais Pedro Rebocho est venu remplacer le départ de Marçal alors que Tabanou et Thuram sont venus apporter de la concurrence à Guingamp où est finalement resté Salibur. Pas de prise de risque donc dans les Côtes d’Armor où l’on tentera encore de bouleverser la hiérarchie établie.

Strasbourg

Pour le promu strasbourgeois qui retrouvait enfin l’élite du football français, on a cherché à recruter malin avec des valeurs sûres de la Ligue 2 et quelques revenants. La défense risque d’être le gros point faible du RCS mais le reste est plutôt prometteur. Devant, l’ancien Stéphanois Saadi est arrivé, au milieu c’est l’ex-Montpelliérain Jonas Martin qui est venu poser ses valises du côté de l’Alsace.

Dans le secteur défensif, Dimitri Foulquier, Bakary Koné et Pablo Martinez sont des habitués de la Ligue 1 alors que Strasbourg a aussi recruté le très bon Lensois Kenny Lala. Des interrogations donc mais un recrutement plutôt intéressant pour un promu.

Dijon

Le DFCO aura perdu les deux joueurs qui auront contribué au maintien des hommes de Dall’Oglio dans l’élite : Pierre Lees-Meslou (Nice) et Loïs Diony (Saint-Étienne). Les Dijonnais ont cependant essayé de réinvestir intelligemment les sommes reçues en faisant venir Jeannot (Lorient), Sliti (Lille) et Saïd (Rennes) pour renforcer leur attaque. Cedric Yambéré, le Bordelais est arrivé libre alors que Papy Djilobodji a été prêté par Sunderland pour le dernier jour du mercato. Tout comme Xeka, le Lillois. Deux arrivées qui donnent une autre tournure à un marché des transferts plutôt calme finalement pour les Bourguignons.

Amiens

Difficile de savoir quoi penser du mercato amiénois. Les pensionnaires du stade de la Licorne ont tenté beaucoup de choses à moindre coût : Bodmer, Gakpé, Cissokho connaissent bien la Ligue 1. Konaté, à Sion, était excellent et semble être une bonne pioche vu ses premières prestations. Mais que penser de ce dernier jour qui ressemble un peu à un “panic buy” de dernière minute puisque sont arrivés Lacina Traoré (Monaco), Nathan (Chelsea), Danilo Avelar (Torino) et Bongani Zungu (Vitoria Guimaraes). À part le grand Monégasque, les autres font figure de véritables paris.

Nantes

L’arrivée de Claudio Ranieri à Nantes a fait souffler un vent d’optimisme… rapidement éteint au vu du mercato nantais. Le départ de la pépite Amine Harit acté, les Canaris ont réussi quelques beaux coups comme le portier roumain Tatarusanu (Fiorentina). El Ghanassy et Coulibaly performaient en Belgique et semblent aussi être des recrues qui peuvent réussir en Ligue 1. Mais Girotto (Chapecoense) et Krhin (Grenade) sont deux grands points d’interrogation. En défense, on connaît les qualités… et les défauts de Pallois, arrivé en provenance de Bordeaux. En tout cas, on s’attendait peut-être à – beaucoup – mieux du côté de la Loire-Atlantique.

Troyes

Mercato digne d’un promu, et d’un club aux petits moyens, pour Troyes qui a préféré conserver ses cadres et joueurs important pour miser sur la dynamique de la montée en procédant à de petites retouches. Vizcarrondo (Nantes) et Deplagne (Montpellier), notamment, pour renforcer un axe central où Jimmy Giraudon manquait d’expérience au plus haut niveau (une seule saison en pro). Khaoui, Bellugou et Pelé apportent aussi de la concurrence aux Darbion, Azamoum, Nivet et Niane alors qu’on attend l’apport de Hyun-Jun Suk, le Coréen prêté par Porto le dernier jour, auteur d’un but en 23 matchs de championnat à Debrecen et Trabzonspor.

Montpellier

13 millions pour Steve Mounié parti en Angleterre, 7 millions pour Boudebouz, parti en Espagne et… pas grand chose pour les remplacer. Les Montpelliérains semblent régresser d’année en année et les arrivées de Pedro Mendes et Sio (Rennes) et Bérigaud ne sont pas pour rassurer. Lecomte dans les cages est en revanche un excellent suppléant à Geoffrey Jourdren mais où va le MHSC ? Vraie question au vu de ce mercato au rabais mené par le club de la Paillade à qui il manque une attaque.

Metz

Comme Montpellier, on se demande où est passé l’argent à Metz qui a perdu ses meilleurs joueurs (Sarr et Falette, 20 millions au total pour les deux joueurs) et dont le recrutement n’est pas vraiment flamboyant. Wollscheid, très bon en Allemagne, beaucoup moins en Angleterre, a été recruté pour 2,5 millions d’€.

Emmanuel Rivière et Nolan Roux veulent relancer leurs carrières un peu au ralenti du côté de la Moselle. Mais ni le milieu de terrain de Lorient, Cafu, ni les Argentins Poblete et Fernandez ne viennent rassurer sur les ambitions messines.

Évidemment, ce bilan exhaustif ne pourra être confirmé que par les prestations des uns et des autres sur le terrain et si une arrivée peut sembler prometteuse au départ, elle peut vite être transformée en flop. Ainsi, la seule vérité sera celle de la pelouse qui confirmera ou infirmera notre avis. Donnez-nous le votre en commentaire : Paris a-t-il réussi le meilleur mercato ? Quel club vous a déçu cet été ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire