C’est quoi ce bordel en Bundesliga ?!

Le Bayern qui se fait voler la vedette par le rafraîchissant promu du RB Leipzig, Dortmund qui galère à monter sur le podium… La Bundesliga, cette année, c’est un joyeux bordel.

bayern ancelotti

Il y a des saisons, comme ça, où rien ne se passe comme prévu. Le Bayern Munich et le Borussia Dortmund devaient se disputer le titre de champion d’Allemagne ? Leipzig, Cologne, l’Eintracht Francfort ou encore Hoffenheim ne l’entendent pas de cette oreille.  Mais on vous avait prévenu que la Bundesliga était le championnat à suivre

Leipzig for the win !

En début de saison, nous vous présentions cet étonnant promu, un peu à l’image de l’AS Monaco, qui a de grandes ambitions en Bundesliga. Les dirigeants du Rasen Ballsport (pour ne pas dire Red Bull) espéraient accrocher une qualification européenne dès cette saison avant de lutter pour le titre. Après 12 journées, le club d’Allemagne de l’Est est confortablement installé en tête de la Bundesliga, avec trois points d’avance sur le Bayern. Toujours invaincus, Hoffenheim est également dans ce cas, les hommes de Ralph Hasenhüttl pratiquent un football offensif et attrayant, imposé par le propriétaire de la marque aux taureaux. A l’image d’un mode carrière sur FIFA 17, interdit de recruter un joueur de plus de 24 ans pour Leipzig. 7 victoires de suite pour le RB Leipzig.

Hoffenheim, Cologne et Francfort c’est la Champion’s League

En voilà deux que l’on n’attendait pas forcément dans les cinq premiers du championnat allemand. Pour Hoffenheim, cela est moins choquant mais rappelons que l’Eintracht Francfort a sauvé ses fesses lors du barrage de descente en deuxième division face à Nuremberg. Autrement dit, Alex Meier et ses copains ont terminé seizièmes du dernier exercice. Autant dire que la progression est énorme, alors que “Mainhattan” se classe troisième. L’Eintracht réussit bien contre les gros : victoire face à Dortmund, Cologne et Leverkusen, matchs nuls contre le Bayern Munich, Mönchengladbach et le Hertha Berlin.

Du côté de Hoffenheim, la statue de Julian Nagelsmann se fait attendre. Depuis son arrivée à la tête du club, en février dernier, il a engrangé 45 points en 25 matchs, a sauvé le TSG de la relégation et est comparé à tous les plus grands entraîneurs de la planète. Malgré la perte de leur arme principale, Kevin Volland (parti à Leverkusen), ses joueurs n’ont pas perdu un match en Bundesliga cette saison. Ils proposent même la quatrième attaque d’Allemagne avec 21 buts inscrits et un jeu agréable à voir. Bon, allez, on va leur trouver un défaut : 7 matchs nuls en 12 journées, ça fait beaucoup.

Pour Cologne, comment ne pas parler de l’incroyable Anthony Modeste ? Le Français est sur un nuage cette saison avec 12 buts à son actif. Les Boucs surfent sur la dynamique de leur bonne saison dernière, terminée dans le haut du tableau. Ils commencent, cependant, à caler un peu. Deux défaites et un match nul sur leurs cinq derniers matches : attention à la panne.

Dortmund et le Bayern en difficulté

A Munich, la fin de la – courte – ère Guardiola est un peu compliquée. En même temps, les joueurs doivent réapprendre à jouer un football plus conventionnel, les latéraux redevenant, par exemple, de vrais latéraux. Le Bayern Munich traverse une période difficile avec deux défaites de suite, contre Dortmund puis Rostov en Ligue des champions, mais a, heureusement, gagné contre le Bayer Leverkusen dans un match accroché. Pas grand-chose à dire sur les Bavarois si ce n’est que la machine n’est pas grippée mais subit l’incroyable début de saison de Leipzig.

A Dortmund, l’après-Hummels est, en revanche, plus compliquée. Un exemple ? Encaisser quatre buts en Ligue des champions, à domicile, contre le Legia Varsovie. La défense est fébrile du côté des Jaune et Noir, Marc Bartra n’ayant pas encore totalement pris ses marques. Offensivement, c’est moins costaud que l’an dernier. Pierre-Emerick Aubameyang et ses 13 buts en Bundesliga se sentent un peu seuls sans l’apport d’Henrik Mkhitaryan, déserteur parti à Manchester United, ou de Marco Reus tout juste de retour de blessure (avec un triplé contre le Legia). Toujours dominateur dans le jeu, le Borussia Dortmund subit les effets de sa politique de jeunisme.

Leverkusen, Schalke, Mönchengladbach, Wolfsburg à la ramasse

 Surprenant et beau deuxième il y a deux ans, Wolfsburg est complètement à la rue depuis. Pas qualifiés pour une compétition européenne, les Loups devaient tout miser sur le championnat. C’est réussi : 10 points, une quatorzième place, un Dieter Hecking viré et un Valérian Ismaël qui ne fait pas mieux. Le Borussia Mönchengladbach patine également. Treizièmes, les hommes d’André Schubert peinent à retrouver leur football et, surtout, à trouver le chemin des filets. 12 buts en autant de journées, c’est trop peu pour espérer mieux.

Schalke 04 ne brille pas non plus. Les Köenigsbleuen pointent à la onzième place et ont enregistré le pire départ de l’histoire du club avec cinq défaites lors des cinq premières journées. La mayonnaise commence à prendre sous l’impulsion de joueurs comme Kolasinac, Max Meyer ou Nabil Bentaleb, mais rien n’est gagné. Pour résumer la saison de Leverkusen, on ne dira qu’une chose : six défaites. En 12 journées. Contre Hoffenheim, le Bayern Munich, le RB Leipzig, l’Eintracht Francfort, le Werder Brême et le Borussia Mönchengladbach.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire