Justin Teste

Depuis l’arrivée sur le territoire de Bein Sport en 2012, une guerre est déclarée entre la chaîne cryptée et la chaîne présidée par le président du PSG Nasser Al Khelaifi. Si l’animosité a été très grande entre les deux groupes, aujourd’hui un rapprochement semble inéluctable, et voici les raisons. 

26 Novembre 2015. Le groupe Canal, propriété de Vivendi, prend une nouvelle claque. En effet, les droits de la Premier League, propriété de Canal+ depuis la création de la Premier League en 1992 sont désormais propriété du groupe Altice (SFR, Numéricable ..) présidé par Patrick Drahi. C’est donc un 3ème pôle qui vient s’immiscer dans une lutte qui se déroulait entre Canal+ et le groupe Bein Sport. Depuis 2012, la chaîne qatarie a littéralement dépouillé son adversaire en s’offrant les droits de plusieurs championnats européens de football (Espagne, Italie, Allemagne, Portugal), 8 matchs par journée de Ligue 1, l’intégralité des compétitions internationales (Champions League, Europa League, Euro, Coupe du Monde), mais également la NBA, le Cyclisme, le Tennis, le Rugby, et une multitude d’autres sports (boxe, pétanque …). Dans cette lutte, il ne reste à Canal+, que les « chocs » de Ligue 1, un match de Ligue des champions, le Top 14 et la Formule 1 pour exister. On comprend alors la somme dépensée pour acheter les droits TV de la Coupe de la Ligue.

Négociation en interne et économie qatarie

Depuis cette date la, Vincent Bolloré, nouveau président du groupe Vivendi s’active en coulisse pour redonner une dimension à sa chaîne, notamment au niveau du sport. C’est pourquoi dès le mois de Décembre, des approches sont faites par Canal au comité exécutif de la chaîne qatarie. La raison principale de ce rapprochement est de mettre fin au départ des abonnés de la chaîne cryptée. Selon Libération, c’est 88 000 abonnés perdus pour Canal+ sur la dernière année, de quoi justifier un rapprochement tant ce chiffre risque d’augmenter. Aujourd’hui Canal+ est menacé de tout perdre, menacé par Netflix pour le cinéma et Bein Sport pour le sport, la chaîne cryptée doit vite réagir, et son président Vincent Bolloré a une idée pour s’en sortir.  

En augmentant considérablement tout les appels d’offres pour le Sport en France, Bein sport pensait faire craquer Canal+ pour avoir le monopole. Seulement aujourd’hui, avec tout de même 2,5 millions d’abonnés, Bein Sport accuse un déficit avoisinant les 250 millions d’Euros par an, une situation qui se justifie en partie par le prix très bas des abonnements (13€ par mois). A titre indicatif, il faudrait que la chaîne qatarie dispose de 6 millions d’abonnés pour rentrer dans ses frais. Des frais trop élevés qui ont poussé la chaîne qatarie a commencé un rapprochement avec le groupe Vivendi. Durant les appels d’offres pour la Premier League en France, Bein Sport n’aurait tout simplement pas fait d’offres pour laisser le champ libre à Canal+ (c’était sans compter sur le groupe Altice). De plus, les offres pour la Ligue 1 ainsi que le Top 14 ont été très similaire la saison dernière, ce qui laisse entendre qu’un rapprochement était dans les tuyaux depuis quelques temps déjà.

Ce rapprochement est devenu primordial pour Bein Sport puisque l’économie de son pays est aujourd’hui en pleine crise. Le Qatar est aujourd’hui dans une crise rare dû à la chute vertigineuse du prix du pétrole. Le baril de pétrole est évalué aujourd’hui à 33,73$, soit moins chère que le prix du baril … vide (l’acier coûtant aujourd’hui plus cher que le pétrole). De plus, le Qatar dispose d’actions dans de nombreuses entreprises, dont par exemple les 15% dans le groupe Volkswagen, qui est aussi en grande difficulté à la suite du scandale qui a touché la marque allemande. C’est pourquoi Vivendi et Vincent Bolloré en tête auront sans doute de nombreuses possibilités de trouver un accord avec la chaîne qatarie.

La politique s’en mêle

Si on ne sait pas quel serait la forme d’un accord entre les deux groupes (rachat, fusion, ou simplement accord de diffusion), les prix eux sont déjà entrain d’être établis pour chacune des options à venir. Aujourd’hui Bein Sport souhaiterait un accord exclusif de diffusion pour les abonnés de Canal+ et Canal Sat. Ainsi il faudrait être obligatoirement abonnés à la chaîne cryptée pour pouvoir accéder à Bein Sport. Une situation que Canal réalise déjà avec Eurosport. Seulement Bein Sport demanderait 100 millions d’Euros pour avoir à céder ses droits, soit le double de ce que paye déjà Canal pour avoir l’exclusivité d’Eurosport.

Dans le cas contraire, le groupe Vivendi souhaiterait tout simplement racheté Bein Sport. Évalué à plus de 500 millions d’Euros (soit 2 fois son chiffre d’affaire), la chaîne qatarie ne serait pas contre cette option puisqu’elle perd trop d’argent en France (plus que dans tout les autres pays européen sur lequel elle est implantée). Une situation qui n’interpelle pas uniquement les fans de sport, mais également nos politiques. En effet, Nicolas Sarkozy, ami proche de Vincent Bolloré et fin connaisseur du Qatar suivrait de très près les négociations entre les deux parties. De même que François Hollande, qui a déclaré au Parisien, « voir à terme une fusion entre Canal+ et Bein Sport ». Une chose est sûre, quoi qu’il arrive, la décision sera rendue publique fin février – début mars, date limite fixée par les deux groupes pour rendre le verdict des négociations.