Sylvain Le Flanchec

Après avoir surclassé les Colombiennes pour leur premier match olympique (4-0), les Tricolores étaient cette fois opposées aux Américaines, triples championnes olympiques en titre. Pour cette deuxième partie dans la compétition, les Françaises devaient composer sans une de leurs buteuses du match aller, Eugénie Le Sommer. Cette dernière s’étant blessé peu avant ce match crucial, elle a été remplacée par la Parisienne Marie-Laure Delie.Ce changement entraîne également un nouveau schéma tactique : exit le 4-2-3-1, place à un 4-3-3 avec Bouhaddi dans les buts, une défense Houara – Renard – Mbock – Majri, Abily, Henry et Bussaglia au milieu, Diani, Delie et Nécib devant.

Comme lors de leur premier match, les Françaises vont vite prendre le contrôle du cuir, en dominant les dix premières minutes de jeu sans toutefois parvenir à inquiéter les protégées de Jillian Elis. Le début de match est surtout marqué par les sifflets qui descendent des tribunes à l’encontre de la gardienne américaine Hope Solo. Les Brésiliens reprochent à celle qui jouait son 200e match avec les Etats-Unis ses propos sur le virus zika sur les réseaux sociaux. Chacun de ses dégagements est suivi d’un « Zika » entonné par tout une partie du stade.

Côté terrain, les joueuses de l’équipe de France vont se montrer de plus en plus dangereuses : sur un coup franc indirect, la capitaine Wendy Renard voit Hope Solo dévier sa tête sur la barre transversale (17′). Sur le corner, la portière américaine va complètement manquer sa sortie, mais aucune Bleue ne parvient à profiter du cafouillage pour mettre le ballon au fond. Quelques minutes plus tard, Nécib trouve Marie-Laure Delie dans le dos de la défense américaine avec une superbe passe en profondeur. Delie tire au premier poteau et voit sa frappe repoussée des deux poings par Solo en corner.

Il faut attendre la 29e minute pour voir les Américaines se procurer une réelle occasion de but. Heath, suite à une faute de Nécib, se charge d’un coup franc plein axe aux vingt mètres, détourné en corner par Bouhaddi mais l’arbitre redonne la balle à la gardienne française. À quatre minutes de la mi-temps, Delie (encore elle) se retrouve seule face à Hope Solo, mais son tir de l’intérieur du pied échoue dans les bras de la gardienne américaine, excellente en première période. 0-0 à la pause, les Bleues auraient pu (dû) ouvrir le score mais ont manqué de réalisme…

Les Américaines rentrent des vestiaires avec de meilleures intentions. Elles empêchent vite les tricolores de construire leur jeu, et de sortir de leur moitié de terrain sans toute de fois parvenir à les inquiéter.  À la 56e, les Bleues connaissent une première alerte lorsqu’une passe en profondeur prend toute la défense de court. Heureusement, Sarah Bouhaddi est restée sur ses gardes et tacle le ballon dans les pieds de Brian. Quatre minutes plus tard, la gardienne va encore se distinguer, cette fois en manquant sa sortie : Morgan ne parvient pas à profiter de la situation. Et ce qui devait arriver arriva, puisque Heath, esseulée à gauche de la surface de réparation des Bleues, voit sa frappe déviée par Bouhaddi sur le poteau. Le cuir revient dans les pieds de la capitaine Lloyd qui marque dans la cage vide. La France est punie (1-0, 62e).

Après un moment de flottement consécutif au but, Philippe Bergeroo procède à son premier changement et Nécib (dont le maillot est désormais floqué Cadamuro suite à son mariage) cède sa place à Elodie Thomis. Les Bleues repartent de l’avant. Sur un coup franc indirect, Renard effleure légèrement le ballon, qui finit sa course à quelques centimètres du poteau droit (73′). Delie est à la réception d’un centre mais sa tête, pas assez croisée, est repoussée par Solo (76′). Quelques secondes plus tard, sur un centre de Thomis, Krieger est toute proche de marquer contre son camp : les Françaises ont cru un instant avoir égalisé… Les remplacements d’Abily et de Delie par respectivement Hamraoui et Lavogez ne changent rien à l’issue du match.

Les Américaines l’emportent sur la plus petite des marges et signent ainsi une treizième victoire olympique consécutive (dernière défaite le 6 août 2008 contre la Norvège aux J.O de Pékin). Côté français, une nouvelle fois, les protégées de Bergeroo peuvent nourrir de nombreux regrets, tant elles ont eu d’occasions de faire trembler les filets de l’Estadio Mineirao (14 frappes pour 6 tirs cadrés, contre 5 dont 2 cadrées pour les Américaines). La différence est là et tient en un mot : le réalisme.

Dans l’autre rencontre de la poule G, la Nouvelle-Zélande a disposé des Colombiennes (1-0). Dans les matches de la poule E, le Brésil a de nouveau déroulé et a écrasé les Suédoises (5-1) ; de leur côté, les Chinoises du Français Bruno Bini ont battu 2-0 les Sud-Africaines. Dans le groupe F, la surprise est venue des Australiennes qui ont plus que tenu tête aux Allemandes, mais ces dernières ont égalisé dans les toutes dernières minutes du match (2-2). Pendant ce temps, les Canadiennes se défaisaient aisément des Zimbabwéennes (3-1).

Prochain match des Bleues dans la nuit de mardi à mercredi à 0h00 (heure française), contre la Nouvelle-Zélande. Même si quatorze places séparent ces deux équipes au classement FIFA (NDLR : la France est 3e et la Nouvelle-Zélande 17e), il faudra faire attention à ne pas prendre l’adversaire à la légère. Les Néo-Zélandaises ont montré de belles choses contre les Américaines et ont encore toutes les cartes en main avec leur victoire contre la Colombie. À l’issue de ce match, les partenaires de Wendy Renard connaîtront leur adversaire pour le quart de finale. Sauf surprise, les Américaines devraient finir à la première place du groupe. Un match nul ou une victoire des Françaises les classerait deuxièmes, et elles affronteraient vraisemblablement les Canadiennes si celles-ci ne perdent pas contre les Allemandes. En revanche, si les protégées de Bergeroo perdent leur match contre les Néo-Zélandaises, elles finiront la compétition à la troisième place du groupe. Elles joueraient alors les Brésiliennes, ou quitteraient la compétition par la petite porte. Réponse mardi soir…