Coupe du Monde : nos pronostics

Nous vous présentions hier de manière décalée les pronostics d’Achille le chat, successeur de Paul le poulpe. Aujourd’hui place aux choses sérieuses avec les paris de notre équipe de rédacteurs. Attention, des réputations sont en jeu au cours de cette Coupe du monde.

Le vainqueur

Antoine : Le Brésil est mon favori. Depuis sa reprise par Tite, la Seleção ne compte qu’une défaite en vingt matchs. Dans le jeu elle apparaît solide, avec un milieu de terrain qui protège bien la défense : preuve en est des cinq buts encaissés seulement depuis l’arrivée du nouveau sélectionneur. Enfin, Neymar est typiquement le joueur à même de faire basculer un match à enjeu. Pour ces raisons je vois le Brésil l’emporter, pourquoi pas en prenant une revanche sur l’Allemagne en finale…

Paul : Après la désillusion de 2014, le Brésil, loin de la pression populaire, a toutes les armes pour remporter cette coupe du monde. Son principal obstacle avant la finale ? La France en demie. On signe pour que les Bleus réussissent, une fois de plus, à éliminer Neymar et ses coéquipiers, mais la nation aux cinq titres me parait supérieur. En tout cas, l’équipe qui sortira de cette demie-finale sera pour moi le vainqueur de la CDM.

L’équipe surprise

Antoine : L’Uruguay, bien qu’elle soit une grande nation de football, n’est pas citée parmi les équipes pouvant aller loin dans ce tournoi. Or ce groupe semble arriver à maturité, possédant une colonne vertébrale solide composée de la charnière de l’Atletico Madrid ou du redoutable duo Cavani-Suarez devant. Longtemps jugée pour sa solidité et son caractère rugueux, la Celeste peut compter cette année sur un milieu plus technique avec des joueurs tels que Vecino, Torreira ou Betancur. Ils ont ainsi malheureusement le profil idéal pour sortir la France en quart de finale…Le Pérou devrait également s’illustrer et sortir des poules.

Paul : L’Angleterre ne pourra, quoi qu’il arrive, pas décevoir davantage que lors de ses précédentes compétitions. Avec des joueurs talentueux à toutes les lignes et des leaders qui s’affirment, la sélection anglaise peut surprendre son monde cette année ! Attention au Sénégal également, très mésestimé, qui, dans le groupe le plus ouvert de la compétition, peut largement arriver jusqu’en 8e de finale.

La déception

Antoine : La France. Malgré le potentiel incroyable de notre effectif, il n’y a toujours pas un fond de jeu clair en possession du ballon. De plus, le manque de patrons dans une équipe jeune est problématique. Ainsi, bien que la France soit capable de sortir presque n’importe qui lorsqu’elle évolue en contre-attaque, elle peut être en grande difficulté dans le cas inverse. Sortir des poules ne sera pas une partie de plaisir, et si c’est le cas, les éventuels matchs face à la Croatie ou l’Uruguay pourraient nous causer une élimination prématurée.

Paul : Malgré son record de buts lors de la phase éliminatoire, je ne crois pas que Robert Lewandowski sera capable de porter la sélection polonaise au-delà des phases de poule. Malgré un groupe équilibré (Colombie, Japon et Sénégal), l’attaquant du Bayern me semble un peu seul au sein de son équipe.

Le meilleur joueur

Antoine : Neymar. Le meilleur joueur au monde en sélection est enfin entouré de coéquipiers dignes de son standing en sélection. Après une saison frustrante, il va briller lors de ce mondial et montrer qu’il fait partie des plus grands.

Paul : Messi. Ce sera probablement sa dernière opportunité de briller sur la scène internationale. Il pourrait retrouver sur sa route, en quart de finale, l’Espagne avec des adversaires qu’il connait très bien pour évoluer en Liga. Avant une possible revanche de la finale de 2014 contre l’Allemagne. Un parcours compliqué, certes, mais la Pulga sait qu’il n’a plus le choix : s’il veut marquer un peu plus de son empreinte l’histoire du football mondial, il doit réussir une immense coupe du monde.

Le meilleur gardien

Antoine : De Gea. Il fait partie des meilleurs gardiens d’Europe depuis plusieurs saisons avec Manchester United. Le parcours européen déçevant des Red Devils l’empêche d’être mis en avant, ainsi ce mondial peut être son heure de gloire. Au sein d’une sélection espagnole dont le jeu de position peut l’exposer aux contre-attaques, il sera essentiel à la Roja pour aller loin.

Paul : Manuel Neuer aurait pu ne pas faire partie du groupe allemand à cause de sa blessure qui lui a coûté une longue indisponibilité. Mais il est revenu. Et sans surprise, le portier de la Mannschaft fait toujours partie des meilleurs à son poste. En 2014, il avait dégoûté la France et Karim Benzema. Heureusement, les Bleus ne devrait pas croiser sa route avant la finale.

La révélation

Antoine : Au sein des nations majeures je ne vois pas de joueurs qui ne soient pas déjà apprécié à sa juste valeur. Ainsi, la révélation du mondial viendra des nations moins attendues à la manière de James Rodriguez en 2014. L’uruguayen Giorgian De Arrascaeta, qui devrait s’engager avec l’AS Monaco, peut briller en soutien de Suarez et Cavani. Si le Maroc parvient à sortir des poules, Hakim Zyech ne devrait pas être étranger à ce parcours, lui qui régale avec l’Ajax Amsterdam.

Paul : Il a énormément à prouver sur cette coupe du monde : après son excellente saison à la Lazio Rome, tous les regards se porteront sur Sergej Milinkovic-Savic. Courtisé par de grandes écuries européennes, le milieu de terrain serbe devra probablement faire étalage de son talent pour espérer rejoindre les 8e de finale. Il affrontera notamment le Brésil en phase de poules : une belle occasion de se montrer !

 

 

1 Trackback / Pingback

  1. Angleterre: Harry Kane et les Three Lions prêts à rugir ? - Papinade

Laisser un commentaire