Justin Teste

On la connait cette sélection croate. Elle est séduisante, belle à voir jouer, et possède des atouts que de nombreuses autres sélections peuvent envier, seulement à force d’être trop gentille, la Croatie ne se fait pas respecter. Cette année, la fédération Croate fête ses 25 ans, l’âge de la raison qui va permettre à cet enfant timide de s’affirmer comme un adulte responsable et à la hauteur de son talent. 

On pourrait l’apparenter à un enfant héritier plus talentueux que ses frères, mais qui ne veut pas en profiter. La Croatie est sans aucun doute le plus bel héritier de l’ex-Yougoslavie. En 25 ans, les Croates ont réussi à finir troisième d’une Coupe du Monde, et se qualifier pour tous les Euro (à l’exception de 2000). Une performance de taille pour un pays qui n’a connu son indépendance qu’en 1991 et qui ne cesse de progresser dans le football européen. Seulement, une fois dans la compétition, la Croatie est cet enfant qui ne veut pas aller manger au buffet lors d’un mariage, trop timide pour s’affirmer, trop jeune pour s’avancer seul vers son objectif. Face à l’Espagne en 2012, la Croatie doit gagner pour passer en quarts de finale et envoyer par la même occasion les Espagnols chez eux pour les vacances. Le match fût long et intense, l’Espagne a dominé mais s’est heurté à un très bon Pletikosa. En face, les Croates répondent par Modric et Rakitic, les deux stars de l’effectif rivalisent avec le milieu de terrain ibérique à tel point qu’ils vont se créer l’opportunité de tuer le match à l’heure de jeu. L’extérieur de Modric pour la tête de Rakitic au second poteau. Le joueur de Séville, à l’époque, ne smash pas sa tête, et laisse apparaître les vieux démons de cette sélection trop gentille au moment de conclure. Casillas s’interpose, Jesus Navas marquera en fin de match pour éliminer la Croatie. Parce que le sacre espagnol de 2012 est mérité, mais la Croatie est bien l’équipe qui les a fait le plus douter.

25 ans, l’âge de raison

La fédération croate de football va fêter cette année ses 25 ans, l’occasion de passer un cap. Comme un joueur dont on attend que le potentiel explose, la Croatie est une nation qui nous a fait miroiter des belles choses lors de sa jeunesse, des résultats qui attendent confirmation. Un quart de finale en 96 perdu face aux futurs vainqueurs allemands, une demi-finale perdue face à la France en 98, un quart de finale perdu face à la Turquie en 2008, alors que la Croatie avait toutes les cartes en main pour s’imposer. Autant d’erreurs de jeunesse qui font qu’aujourd’hui la sélection croate est prête à passer ce cap, et enfin devenir une nation à la hauteur de son talent. Lorsque l’on demande à Darijo Srna ce qu’il pense de son équipe, la veille du premier match de la compétition, le capitaine croate est très clair : « Je crois en mes coéquipiers, en mon équipe. Comme dans chaque grand tournoi, il y a des favoris. Je pense que nous avons une très bonne équipe, peut-être une des meilleures de notre histoire mais nous n’avons rien accompli pour l’instant. On est concentrés sur le match de demain et si on le reste, on peut battre n’importe quelle équipe. On verra étape après étape. »

Des étapes qui s’apparentent à celle de montagne lors du Tour de France, puisque les Croates ont hérité, comme depuis trois éditions d’un des groupes les plus compliqués de la compétition (Espagne, République Tchèque, Turquie). Cependant c’est par là que doivent passer les grandes équipes pour se hisser au plus haut de la compétition. On attend donc cet après-midi pour le premier match de sa compétition, que la Croatie s’affirme, et confirme le potentiel de son équipe. En attendant de la voir sûrement plus loin dans la compétition.