Paul Bohec

Encore en vacances aux Etats-Unis après une saison chargée, Paul Pogba n’avait besoin de personne pour rappeler qu’il était bien la grande star de ce mercato. Des articles à la pelle dans tous les médias, des déclarations à tout va, la folie l’entourant est déjà immense alors même que rien n’a été officialisé. Entouré d’un agent qu’il n’est plus besoin de présenter et d’un équipementier désireux de surfer sur la vague du buzz, le milieu de terrain français se retrouve pris au piège d’une communication qui en finit par devenir plus qu’agaçante.

Rappel des faits : le transfert semblait sur le point d’être bouclé il y a une semaine et Pogba devait passer sa visite médicale avant de rallier officiellement Manchester United mais son agent, Mino Raiola, change d’avis au dernier moment à cause d’un désaccord concernant le paiement de sa commission qu’aucun des deux clubs ne veut prendre en charge. L’agent nie mais le mal est fait et la machine s’emballe. Si l’on passera sur le rôle de Mino Raiola dans ce transfert, la communication de celui qui gère la carrière du joueur de la Juve fait que ce dernier se retrouve coincé.

Paul Pogba et Mino Raiola à Miami

La semaine dernière, Paul Pogba rencontre son agent à Miami – sûrement pour négocier une prolongation avec la Juventus où le joueur est sous contrat jusqu’en 2019 comme l’avait suggéré Mino Raiola à peine l’Euro fini. Ces deux derniers jours, l’accord semblait plus proche que jamais selon les médias anglais et italiens mais aussi l’Equipe. Et tout s’emballe. Raiola se fend d’un tweet à peine une semaine après un « Aucun accord concernant Paul Pogba, beaucoup de bla bla ».

La veille, Adidas avait sorti un clip où le joueur français faisait office d’acteur principal. Rappelons qu’Adidas est l’équipementier de Paul Pogba, de la Juventus et… de Manchester United. La publicité est assez parlante. Et tout aussi insupportable. On y voit notamment l’international tricolore tenir un journal avant de soupirer et lâcher un « Il ne faut pas toujours écouter les journaux ». #FirstNeverFollows paraît-il.

Et toute cette pièce de théâtre a atteint son paroxysme quand le joueur, ou plutôt sa communication, s’y est mise aussi. Après avoir dédicacé un maillot de Manchester United floqué à son nom à un fan, le français s’est affiché sur les réseaux sociaux en démolissant le quotidien sportif français l’Equipe qui n’était pas à l’origine de l’information selon laquelle le joueur s’apprêtait à passer sa visite médicale. Imblairable au plus haut point.

Le drôle de jeu d’Adidas et Mino Raiola

Le mal est fait et si Paul Pogba jouissait jusqu’alors d’une côte de popularité légitime, sa communication estivale a démoli son image auprès des fans de foot et surtout des tifosi de la Juve. S’il ne fait aucun doute que Manchester United va bien signer le français, plus que l’issue de l’histoire, c’est la façon dont elle s’est déroulée qui nuit à l’image de Pogba. Et même si le transfert ne devait pas se faire, on peut se poser la question de l’intérêt de tout ce déballage médiatique à part pour nourrir un esprit de revanche vis à vis de la presse que le français a égratigné pendant l’Euro. Mais bon… Difficile de croire à un retournement de situation. Ce jeu de poker menteur fera peut-être sourire certains de même que les trolls du joueur sur Instagram, en attendant, c’est plus un sentiment d’exaspération qui habite chez les tifosi italiens, les supporters anglais et tout ceux qui sont fatigués de voir cette inarrêtable machine à buzz. Raiola et Adidas ont fait de Pogba un pion. Utilisé, le joueur français a perdu une partie du crédit qu’il pouvait avoir, son image en prend un coup terrible : il apparaît médiatiquement comme un joueur avec le melon, obnubilé par son transfert, bien loin de ce que l’on peut pourtant entendre sur la personne qu’il serait réellement. Sa comm’ est désastreuse et quand son arrivée à Manchester se concrétisera – ou non – il aura fort à faire pour retrouver une aura un peu plus appréciable.