Diego Rolan, la révélation bordelaise de cette saison ?

Diego Rolan.

Il pourrait bien être l’un de ceux qui sauront tirer leur épingle du jeu à l’issue de cet épisode 2014/2015 de Ligue 1. Diego Rolan, 21 ans, s’est superbement mis en valeur hier soir avec un doublé lors de la fessée infligée par les Girondins de Bordeaux à Monaco (4-1). Présent devant le but pour égaliser à 1-1 suite à une déviation de la tête de Contento (48′), il a aggravé la marque en prolongeant (bien qu’hors-jeu) une tête de Lamine Sané dans la cage de Subasic (65′). Deux buts pour Rolan, c’est déjà, en un match, autant que pendant les 18 mois qu’il a passé sur les berges de la Garonne. Un début tonitruant qui montre que Rolan veut confirmer les espoirs placés en lui.

Né en mars 1993 à Montevideo, le jeune droitier est formé au Defensor SC, en Uruguay, en tant qu’attaquant axial droit. La formation uruguayenne mettant l’accent sur le rôle des espaces, Diego Rolan apprend donc ce qui deviendra sa qualité principale : savoir profiter des espaces en se montrant mobile. Et cela, il sait le faire à merveille. Dès l’âge de 18 ans, il est régulièrement sur la feuille de match du Defensor en tant que joker de luxe sur le banc, ce qui lui vaut l’intérêt de nombreux clubs parmi lesquels Arsenal ou encore Villarreal. Mais finalement, c’est à Bordeaux que le garçon, soucieux de ne pas se brûler les ailes, atterrit, à l’hiver 2013. Le choc est rude. Exit les palmiers et la vida loca sud-américaine, place au froid glacial et rude de l’Europe.

Diego Rolan.
Diego Rolan.

Les six premiers mois sont difficiles pour le garçon qui, à 19 ans, doit s’intégrer dans un nouveau groupe, apprendre une nouvelle langue et s’insérer dans le dispositif tactique. Remplaçant, il ne baisse pourtant pas les bras et acquiert du temps de jeu avec les moins de 20 ans uruguayens, finalistes malheureux de la Coupe du monde U20 contre la France (0-0, 1-4 t.a.b). La saison 2013/2014, qui suit l’aventure du Mondial U20, est un peu plus favorable à Rolan. Très en verve après la trêve hivernale, malgré un retard à la reprise de l’entraînement qui provoqua le courroux de Francis Gillot, il marque deux buts face à Rennes (sur penalty) et Guingamp, mais surtout délivre quatre passes décisives face à Sochaux (2), Rennes et l’OM. Cela découle essentiellement du repositionnement du joueur qui, passé milieu droit, a pu ainsi se servir de ses appels et de sa vitesse sur l’aile pour faire du dégât. Gillot l’installe comme titulaire à ce poste, et il est ainsi l’une des réelles satisfactions de l’effectif bordelais après une saison très décevante du club girondin.

Avec le changement de coach et l’arrivée sur le banc de Willy Sagnol, qui instaure un 4-2-3-1, le rôle de Rolan sur le côté droit va s’accroître. Il va davantage participer à la construction du jeu girondin, aux côtés de Grégory Sertic, Jaroslav Plasil et son entente avec l’arrière latéral droit, poste disputé entre Julien Faubert et Mariano, sera capitale. Même si son doublé va susciter des attentes en terme de buts, c’est plutôt au classement des passeurs décisifs qu’il faudra attendre l’Uruguayen, qui s’entend plutôt bien avec Cheick Diabaté, le serial buteur malien des Girondins. Il pourrait ainsi devenir l’une des révélations de la saison. Et peut-être même être convoqué avec l’équipe nationale aux côtés des Suarez, Cavani et consorts. Il faudra être patient. Diego Rolan a montré qu’il l’était.

© Facebook – Diego Rolan

A propos de Benjamin Mondon 236 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire