Domenico Berardi, poker gagnant

Domenico Berardi célèbre son quadruplé face au Milan AC, le 12 janvier 2014.

Il y a des matchs qui rentrent dans la légende en créant des héros. Dimanche soir, Domenico Berardi, le jeune attaquant de l’US Sassuolo, connut son heure de gloire en Serie A face au Milan AC. Alors que le club lombard menait 2-0 au quart d’heure de jeu chez le promu, grâce à Robinho et Balotelli, Berardi inscrit un but. Puis deux. Puis trois. Puis quatre. Résultat final : Sassuolo humilie le Milan (4-3) dont le coach Massimiliano Allegri est remercié sur-le-champ. Et surtout, Domenico Berardi devient le premier joueur à inscrire un quadruplé (“poker”, disent nos amis italiens) face aux Rossoneri, à 19 ans qui plus est, et le plus jeune joueur à mettre quatre buts dans le même match en Serie A.

Domenico Berardi célèbre son quadruplé face au Milan AC, le 12 janvier 2014.
Domenico Berardi célèbre son quadruplé face au Milan AC, le 12 janvier 2014.

Berardi était jusque là un illustre inconnu, excepté pour les experts du Calcio et les habitants de Sassuolo, petite ville de 40 000 habitants proche de Bologne. C’est son premier coup d’éclat et, au vu du parcours du joueur, il est permis de penser que ça ne sera pas le dernier. Repéré par les recruteurs de l’US Sassuolo alors qu’il jouait au foot dans la rue, le jeune attaquant italien débute au club à l’âge de 16 ans. Il fait des ravages sur l’aile droite et est un des artisans du sacre de Sassuolo en Serie B, l’an dernier, avec 11 buts dont, comme le souligne calciomio.fr, 4 inscrits sur coup franc !

Il ne passe pas inaperçu, si bien que la Juventus de Turin obtient l’été dernier la copropriété (ce qui se fait souvent dans les clubs transalpins) de Berardi. Avec ses 11 buts depuis le début de la saison en Serie A, soit autant que Carlos Tévez, sa venue définitive à Turin dès le mercato estival semble inéluctable.

Le jeune attaquant, rapide et très opportuniste, connaît cependant une réputation d’enfant terrible du football italien. Il a cumulé les suspensions en début de saison, tout d’abord à cause d’un carton rouge reçu en fin de saison dernière, puis d’un refus de sa sélection pour l’Euro U19. Ce qui lui a valu une radiation de toute sélection nationale italienne, qui durera jusqu’en mars prochain. Berardi serait-il alors un potentiel sélectionnable pour la Coupe du monde au Brésil, en juin prochain ? Oui. Il fait partie d’une jeune génération d’attaquants italiens (Balotelli, El Shaarawy, Borini, Insigne) à qui tout semble réussir. Il est prêt à tout pour se faire pardonner ses erreurs, bien sévèrement punies. Même si l’attaque italienne est sujette à une forte concurrence, il ne semble pas hors concours. En tout cas, qu’il aille ou non au Brésil, Domenico Berardi est promis à un bel avenir. Daniele Bonera, le défenseur milanais mystifié à de multiples reprises dimanche soir, ne dira certainement pas le contraire.

© Photo à la une : Reuters

A propos de Benjamin Mondon 275 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

2 Comments

  1. Ce n’est pas vraiment son premier coup d’éclat puisque il avait déjà mis un triplé contre la Sampdoria ;)

    Et ce n’était pas un illustre inconnu non plus puisque la Juve avait déboursé 4M pour acheter 50% des droits du joueur.

    Et concernant son absence en qualification U19 c’est en fait le club qui l’aurait retenu car il y avait un match crucial à jouer pour le maintien.

    Ce qui est sur c’est qu’il a marqué tout le foot italien et que Prandelli ne peut pas l’ignorer, il avait deja ammener Borini 20 ans à l’Euro 2012, Berardi pourra très bien faire le voyage, et pourquoi pas réussir à s’imposer pour former un duo avec Balotelli ? Compte tenu de l’absence de Rossi, c’est fort possible.

    • Salut Léo!

      Effectivement, c’est loin d’être son premier fait d’armes. Mais si, pour un jeune de 19 ans, inscrire un triplé est déjà loin d’être commun, mettre un quadruplé reste exceptionnel, et inédit dans le cas de Domenico Berardi. Qui plus est, face au Milan.

      Berardi restait quand même un inconnu avant samedi soir pour le reste de l’Europe. Hormis un ami qui est mordu de Calcio et qui connaissait (de nom uniquement) le joueur, aucun des internautes avec lesquels j’ai pu discuter ne le connaissait auparavant. Pas même moi d’ailleurs. Sassuolo, c’est pas le genre d’équipes qui soit vraiment dans la lumière des projecteurs, et c’est bien dommage car le bas de tableau italien regorge de pépites. C’est pour ça que je parle de coup d’éclat: il s’est mis d’un coup dans une lumière mondiale.

      Ce que j’observe chez Berardi, c’est une capacité à tuer le match qui manque énormément à des joueurs comme Balotelli. C’est pour ça que je suis persuadé que Berardi peut être sélectionné pour le Brésil. Prandelli, comme tu l’as souligné, fait confiance à la jeunesse (il a sélectionné Borini pour l’Euro 2012). Et vu que Rossi est absent, que la concurrence est pas insurmontable (j’entends plus trop parler de Borini depuis son prêt à Sunderland), ça peut le faire.

      En tout cas, je te dis à bientôt puisqu’on aura l’occasion de reparler ensemble de Domenico Berardi! ;)

Laisser un commentaire