Eckner : “Le RB Leipzig n’appartient pas à Red Bull”

Le journaliste Constantin Eckner connaît bien le RB Leipzig. Club encore méconnu en France, il nous éclaire sur la nouvelle puissance du football allemand.

RB Leipzig - Bundesliga

La Bundesliga est en pleine expansion. Les nouveaux droits TV laissent espérer un avenir radieux pour le football allemand. Dans cette sphère, un petit nouveau fait son apparition : le RB Leipzig. Avant même d’avoir jouer un seul match de Bundesliga, il est déjà le club le plus détesté d’Allemagne. Le journaliste Constantin Eckner nous éclaire sur cette nouvelle entité de la Bundesliga et les règles de ce championnat.

La Fédération allemande doit savoir que le RB Leipzig est contrôlé par Red Bull. Pourquoi ne font-ils rien ?

Constantin Eckner : “Le RB Leipzig n’appartient pas à Red Bull. Donc, légalement, la Fédération ne peut rien faire. Il y a deux ans, la Fédération allemande a fixé des conditions obligeant Leipzig à faire des changements organisationnels. L’une de ces conditions était de changer la composition du corps de l’organisation. L’équipe managériale et les membres honoraires sont des employés ou agents de Red Bull. Cela vient à l’encontre de la règle des 50+1. Comme compromis, le club a été obligé de garantir que l’équipe managériale est composée par une majorité de personnes indépendantes de Red Bull.” 

Pourquoi les clubs allemands refusent-ils que des entreprises les contrôlent ?

À l’époque, les clubs étaient des associations à but non lucratif, appartenant exclusivement à des associations de membres. Cela a changé à la fin des années 90 quand la DFB (la Fédération allemande, ndlr) a autorisé les clubs à convertir les équipes en entreprises publiques ou société à responsabilité limitée. Toutefois, la règle appelée “des 50+1” requiert que le club contrôle au moins 50% plus une part additionnelle, garantissant que les membres du club détiennent toujours une majorité de votes. L’idée est que les entreprises ne doivent pas prendre le pouvoir sur les clubs et mettre leurs intérêts avant ceux des membres du club. D’un autre côté, on pourrait dire que cette règle est une violation de la loi européenne sur la concurrence.

Le modèle économique créé par le RB Leipzig va-t-il se développer en Bundesliga ?

Beaucoup de clubs dépendent déjà du support financier de magnats ou de sponsors. Dietmar Hopp a investi beaucoup d’argent à Hoffenheim. Walther Seinsch est grandement responsable de l’ascension d’Augsburg. Gazprom a été très important pour Schalke. Le Bayer Leverkusen et le VfL Wolfsburg sont des équipes d’entreprises (Bayer et Volkswagen, ndlr) et n’ont pas à suivre les mêmes règles. Allianz et Audi ont des parts au Bayern Munich. Le Borussia Dortmund est une entreprise publiquement échangé sur le marché financier allemand. Donc, même si une entreprise ou une personne n’est, normalement, pas autorisé à détenir un club, il existe plusieurs façons de gagner de l’influence dans les activités commerciales.

Le RB Leipzig peut-il être une bonne chose pour l’Allemagne de l’Est ?

La plupart des clubs d’Allemagne de l’Est n’aiment pas ce club, pour être poli. Le club a dû faire face à des protestations depuis sa création. L’an dernier, les fans de Erzgebirge Que sont allés très loin jusqu’à comparer l’actionnaire minoritaire de Red Bull, Dietrich Mateschitz, à Adolf Hitler et les supporters du RB Leipzig à des nazis. C’est difficile de dire si le football d’Allemagne de l’Est bénéficie réellement de l’ascension du RB Leipzig. Depuis 1990, beaucoup de talents de la région ont rejoint des clubs de l’Ouest à un jeune âge. Cela pourrait changer avec Leipzig qui recrutera des talents de la région et leur offrira une chance de jouer en Bundesliga. Mais le club prospecte dans toute l’Allemagne.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire