Espagne : vers la fin de la domination du duo Barça – Real

Diego Godin égalise et offre le titre à l'Atlético chez des Barcelonais K.O. debout (1-1).

Si l’on regarde les neuf saisons de championnat espagnol qui ont eu lieu entre 2004/2005 et 2012/2013, force est de constater que les Barcelonais et les Merengue du Real Madrid trustaient le titre sans faire une seule concession. En 2005, 2006, 2009, 2010, 2011 et 2013, c’est le Barça qui a remporté le titre. En 2007, 2008 et 2012, le championnat est revenu dans les mains du Real Madrid. Une seule fois, durant ces neuf années, le dauphin n’a pas été l’une ou l’autre de ces deux équipes (Villarreal en 2008).

Inutile de préciser qu’en remportant le titre cette année, l’Atlético a provoqué un véritable séisme de l’autre côté des Pyrénées. Le club coaché par Diego Simeone a bousculé les hiérarchies, a profité de la fin de cycle connue actuellement par le Barça, des vélléités européennes du Real, et du regain d’intérêt du duo pour la Coupe du Roi ces dernières années pour remporter un championnat qui échappait à son palmarès depuis 1996. Mais, au vu du parcours européen des Colchoneros, qui disputeront samedi la finale de la Ligue des Champions face aux… Merengue, cela ne résulte pas que des faiblesses du Real et du Barça. L’Atlético Madrid est une équipe suffisamment forte pour garder durablement le statut de prétendant au titre au cours des saisons à venir. Et pour faire imploser le tandem Barça – Real.

Diego Godin égalise et offre le titre à l'Atlético chez des Barcelonais K.O. debout (1-1).
Diego Godin égalise et offre le titre à l’Atlético chez des Barcelonais K.O. debout (1-1).

Néanmoins, l’Atlético n’est pas la seule formation capable d’être sacrée championne d’Espagne à l’issue des saisons prochaines. Le traditionnel duo de tête ne devrait pas se métamorphoser en trio.

Huitième à l’issue de la saison 2013/2014, demi-finaliste malheureux d’Europa League, dernière équipe (2004) à avoir arraché le titre au traditionnel tandem de tête avant l’Atlético, le Valence CF constituera un adversaire coriace, avec l’arrivée du milliardaire singapourien Peter Lim au sein du capital du club et les transferts de prestige que l’équipe devrait réaliser lors du prochain mercato. Son bourreau du FC Séville, vainqueur de l’Europa League aux dépens des Valencians puis de Benfica en finale (0-0 a.p., 4-2 t.a.b.), a également montré, avec sa cinquième place et son équipe prometteuse (Bacca ou Kévin Gameiro ont le profil pour devenir de futurs pichichis), qu’il pouvait, à long terme, redevenir un sérieux concurrent dans la course au titre.

Ivan Rakitic et le FC Séville remportent la Ligue Europa.
Ivan Rakitic et le FC Séville remportent l’Europa League.

D’autres équipes ont les qualités requises pour déranger le Barça et le Real, à défaut de pouvoir prétendre au titre dans l’immédiat. La Real Sociedad et l’Athletic Bilbao, avec la qualité de leur formation, ont tout pour jouer les trouble-fêtes. Villarreal, qui fait un retour en fanfare cette année en première division, possède une équipe jeune qui, avec plus d’expérience, a les moyens de prétendre à la Ligue des Champions. Avec l’orientation européenne du Real Madrid qui délaisse peu à peu la Liga BBVA pour la Ligue des Champions, et la reconstruction du Barça dont la charge est donnée à Luis Enrique, toutes les cartes vont être rebattues. Une grande victoire pour le suspense en Espagne.

© Reuters (toutes les images)

A propos de Benjamin Mondon 276 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire