Everton, enfin paré à jouer le Top 4 ?

Wayne Rooney et Everton seront à nouveau de sérieux prétendants aux places européennes cette saison en Premier League © Twitter Wayne Rooney
Wayne Rooney et Everton seront à nouveau de sérieux prétendants aux places européennes cette saison en Premier League © Twitter Wayne Rooney

Le retour de Wayne Rooney, l’enfant chéri des Toffeesson club formateur, après treize saisons passées du coté de Manchester United, est l’un des symboles du recrutement d’Everton. Un mercato ambitieux pour leur permettre d’enfin terminer de nouveau devant leur éternel rival le Liverpool Football Club, et d’accrocher une des quatre premières places du championnat synonyme de qualification pour la prestigieuse Ligue des Champions ? 

Pour trouver trace du dernier trophée remporté par les hommes en bleus de Liverpool, il faut remonter à 1995 et une FA Cup gagnée aux dépens de Manchester United. Même David Moyes, l’homme qui a remis Everton sur le devant de la scène anglaise en accrochant notamment une belle quatrième place lors de la saison 2004-2005 et ne terminant au-delà du top 10 qu’à deux reprises entre 2002-2013, (alors qu’Everton n’avait jamais fait mieux que treizième entre 1996 et 2002) n’a jamais soulevé de trophées. Si son successeur Roberto Martinez en provenance de Wigan, a connu une première saison prometteuse en terminant cinquième, il a par la suite été remercié par ses dirigeants peu avant la fin de sa troisième saison sur le banc des Blues. Cette année, le néerlandais Ronald Koeman entame donc lui sa deuxième saison et peut espérer créer la surprise en intégrant le top 4.

Un mercato à double tranchant

C’est peu dire que le mercato des Toffees a été agité cet été. Du côté des départs, nombre de joueurs ont été libérés à l’image du jeune gardien Jack Bainbridge. De plus, dès le 1er juillet, les fans d’Everton ont vu Arouna Koné, Tom Cleverley et Gerard Deulofeu quitter les bords de la Mersey. Ces trois joueurs qui ont respectivement rejoints Sivasspor, Watford et le FC Barcelone, n’ont jamais été à la hauteur des attentes placées en eux à leurs arrivées à Everton. Ainsi le club de la ville de Liverpool tourne la page des précédents mercatos ratés. Le défenseur Gareth Barry a quant à lui rejoint West Bromwich. Mais le principal départ est celui de Romelu Lukaku, le Belge qui a fait trembler les filets à 68 reprises en 141 apparitions en Premier League sous le maillot des Blues a rejoint les Reds Devils pour un montant avoisinant les 85 millions d’euros, deuxième achat le plus cher de l’histoire de Manchester United.

Pour pallier ces départs, les dirigeants d’Everton ont recruté une pléiade de joueurs, et l’arrivée la plus retentissante est le retour au club du natif de la ville : Wayne Rooney. Qui plus est, ce dernier est arrivé libre et ce transfert permet d’atténuer la déception du départ de Lukaku, et d’apporter de l’expérience au club pour viser le haut du classement. Ce retour est bien le symbole d’un recrutement ambitieux qui se retrouve dans le recrutement du gardien de l’équipe d’Angleterre U21, Jordan Pickford, en provenance de Sunderland pour 28,5 millions d’euros. À cela, s’ajoute l’arrivée du prometteur défenseur central de Burnley, Michael Keane, également international anglais ainsi que de l’arrière droit Cuco Martina.

L’autre gros coup de ce mercato, à mettre au compteur des Toffees est la signature pour 27 millions d’euros du milieu offensif néerlandais, David Klaassen, récent finaliste de la Ligue Europa avec l’Ajax Amsterdam, lui qui avait éclaboussé la compétition de son talent. De plus, Everton, avec l’arrivée de l’Islandais Gylfi Sigurdsson vient de réaliser l’achat le plus cher de son histoire pour la somme de 50 millions d’euros. Et malgré ces dépenses importantes, le club ne semble pas vouloir s’arrêter là et souhaite encore recruter un attaquant pour concurrencer la recrue Sandro Ramirez avant la fin du mercato. À ce titre les dernières rumeurs font état d’un intérêt pour Jamie Vardy, ou encore pour Diego Costa de la part de Koeman.

L’Europe en ligne de mire…

Fort de ce recrutement, Everton a commencé sa saison par le troisième tour de qualification de la Ligue Europa face aux Slovaques de Ruzomberok, où ils ont gagné sans briller le match aller et retour sur le même score de 1 à 0. Ils se sont par la suite défaits en barrages du club croate de l’Hadjuk Split en gagnant 2 à 0 à Goodison Park et réalisant un match nul 1 à 1 à l’extérieur avec un sublime but de la recrue Sigurdsson. Cependant, le tirage au sort des phases de groupe effectué vendredi dernier ne leur a pas été favorable, en effet il se retrouve dans le groupe de la “mort” avec l’Olympique Lyonnais, les Italiens de l’Atalanta Bergame et les chypriotes de l’Apollon Limassol. Ce groupe va être un véritable test pour les protégés de Ronald Koeman et s’ils veulent passer cette phase et se qualifier pour les seizièmes de finales, ils vont devoir élever leur niveau de jeu et vite trouver leurs marques afin d’éviter une élimination qui serait une désillusion tant leur recrutement a créé de nombreuses attentes.

 …. Et l’espoir d’un top 4

Une douzième place et quatre points pris en trois matchs tel est le début de saison des joueurs d’Everton. Si cela semble aux premiers apports un mauvais début, cela peut dans une moindre mesure être relativisé. En effet, sur leurs trois matchs les Toffees ont déjà joué à l’extérieur Manchester City (match nul, 1 à 1) et Chelsea (défaite, 2 à 0), deux prétendants au titre. D’autant que le club doit faire face à de nombreuses absences comme Klaassen, Ross Barkley ou encore Bolasie. De plus, l’arrivée d’un attaquant semble indéniable à la réussite de leur saison, parier sur une bonne saison de Sandro Ramirez étant un trop gros risque, ce qui ne semble pas être le cas pour l’instant. Et si un homme crève l’écran pour le moment, c’est bien “l’infernal” Wayne Rooney qui est devenu, contre Manchester City, seulement le deuxième joueur depuis la création de la Premier League en 1992 à franchir la barre des 200 buts (le premier étant Shearer avec 260 buts). Il faudra également suivre au cours de la saison l’évolution du jeune attaquant anglais Dominic Calvert-Lewin qui pourrait bien être une des révélations de l’année.

Cependant même si les résultats d’Everton n’ont rien d’alarmant pour le moment il leur faudra enfin venir à bout d’équipes comme Chelsea, les deux Manchester ou encore Tottenham pour espérer réaliser une magnifique saison et jouer le top 4. Au vu de leur effectif et de la profondeur d’un banc qui commence à se dessiner, ce rêve ne semble pas impossible. Pour cela, les joueurs vont vite devoir prendre leurs repères et apprendre rapidement à se trouver sur le terrain tant cela est leur principal problème depuis le début de saison et bien sûr ils devront aussi jouer de chance en évitant les blessures de leurs cadres. Désormais, Koeman a toutes les cartes en main pour faire rêver les supporters d’Everton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire