Fin de cycle à Manchester City ?

Manchester City est dans une sacrée panade. Troisièmes de Premier League à 14 points du leader Liverpool (qui compte un match en moins), les Skyblues ont dit adieu aux espoirs de conserver leur titre de champion d’Angleterre. Même leur coach Pep Guardiola a cessé d’y croire.

Il faut dire que les Citizens ont multiplié les contre-performances au cours de la saison. Dernièrement, les défaites dans le derby face à United (1-2) puis à Wolverhampton (3-1) les ont plombés. Ajoutons à cela une multitude de blessures, une équipe vieillissante et un tirage européen face au Real Madrid. Le reste de la saison de City s’annonce donc assez mal.

Une équipe vieillissante…

Manchester City semble en fin de cycle. Quatre cadres de l’équipe, et pas n’importe lesquels, ont dépassé la trentaine. Sergio Agüero (31 ans), Nicolas Otamendi (31 ans), David Silva (33 ans) et Fernandinho (34 ans) n’incarneront pas l’avenir des Citizens. Et pour le moment, ils ne semblent pas, à part Otamendi, avoir trouvé une succession à leur hauteur. Gabriel Jesus (22 ans) doit se montrer plus constant et plus décisif dans les grandes rencontres pour espérer arriver à la hauteur d’Agüero. Rodri (23 ans) est à son aise à la récupération, mais il doit encore s’affirmer pour devenir la clé de voûte du milieu qu’est Fernandinho. Quant à David Silva, il n’a pour l’instant personne pour le concurrencer, Phil Foden (19 ans) ayant encore beaucoup à prouver au plus haut niveau.

David Silva vit ses derniers mois à Manchester, et Fernandinho en dit peut-être autant. Mais les Citizens se sont montrés timides sur le mercato pour les remplacer. Exception faite de Rodri (70 M€), les dirigeants n’ont pas vraiment la tête à casser leur tirelire en ce moment. Sans doute la faute aux fortunes dépensées en défense ces dernières années. Tout ça pour un retour sur investissement pas toujours à la hauteur (Benjamin Mendy, Eliaquim Mangala, Nicolas Otamendi).

… et touchée par les blessures

Le principal problème de City sur les dernières saisons reste malgré tout son infirmerie bien remplie. Benjamin Mendy, John Stones, Ilkay Gündogan ou encore Sergio Agüero en sont devenus des pensionnaires réguliers. Actuellement, deux blessures handicapent particulièrement les Citizens : celles de Leroy Sané et Aymeric Laporte, toutes deux aux ligaments croisés et depuis août dernier.

Par son absence, l’ailier gauche allemand prive Guardiola d’une solution supplémentaire dans son secteur offensif. Raheem Sterling n’a ainsi pas réellement soufflé depuis le début de la saison.

Mais c’est surtout le forfait de Laporte qui a pénalisé Manchester City. Dans le 4-3-3 de Guardiola, la possession part du défenseur central, qui est le véritable meneur de jeu. Il oriente et sert de point d’appui sur les passes en retrait. A Barcelone, ce rôle était dévolu à Gerard Piqué. A Manchester City, il l’est donc à Laporte. Sans le Français, c’est Fernandinho qui a été obligé de reculer en défense centrale pour créer le jeu. Mais le Brésilien n’a ni la même vision du jeu ni les mêmes qualités balle au pied.

Pep Guardiola à bout de souffle ?

Moins souverains, les Skyblues se font donc souvent prendre à leur propre jeu, celui de la possession. Wolverhampton, lors de sa victoire, n’a même pas laissé 38% de possession à City : du jamais vu sous l’ère Guardiola !

Le technicien espagnol a certes tenté de réagir, en faisant évoluer son dispositif. En échec depuis la blessure de Laporte, le 4-3-3 a évolué en décembre. Il est devenu un 4-1-4-1, puis un 4-2-3-1 dans lequel David Silva a reculé pour aider Rodri à animer l’entrejeu. Le jeu des Citizens part désormais de l’entrejeu, avec un appui ponctuel de la défense centrale. Mais la charnière de City, qui a désormais tout le loisir de se consacrer à la défense, est régulièrement trahie par les errances des latéraux, Benjamin Mendy en tête.

Guardiola se retrouve confronté à un casse-tête. Lui qui a toujours privilégié les latéraux très offensifs dans son 4-3-3 est désormais obligé de les contrarier. En leur demandant de défendre plus qu’à l’accoutumée, il doit composer avec leurs erreurs. Et attendre Kevin de Bruyne comme le Messie. Le génie du Belge a souvent sauvé son équipe cette saison, mais on ne peut pourtant pas tout lui demander.

La saison actuelle pourrait être éprouvante pour Guardiola. Sous contrat jusqu’en 2021, la possibilité de quitter City cet été ou l’année prochaine est souvent revenue dans les médias. La tendance serait pourtant à une prolongation. Les Skyblues ont franchi un palier avec Guardiola, et le technicien semble bien se sentir à Manchester. Mais s’il continue, il devra repartir sur de nouvelles bases. Et avec de nouveaux joueurs : le jeune défenseur central Eric Garcia (18 ans) a été testé pendant le Boxing Day. L’Espagnol semble donner satisfaction à son coach, qui voit sûrement en lui le défenseur animateur de jeu qu’il recherche.

Les coupes nationales pour sauver la saison de City

Largué en championnat, Manchester City n’est même plus un favori pour l’édition actuelle de la Ligue des Champions. Les Citizens joueront quand même le coup à fond en Europe. Mais ils devraient se rabattre sur les coupes nationales pour sauver leur saison.

Ce soir, City reçoit Port Vale (D4) en 3ème tour de la FA Cup. Un match qui ne devrait être qu’une formalité pour les Skyblues. En Carabao Cup, ils ne sont plus qu’à deux rencontres d’un sacre. Mardi, ils iront ainsi défier le vieux rival United à Old Trafford, et affronteront Leicester ou Aston Villa en finale s’ils se qualifient. City doit donc croire en ses chances pour ne pas réaliser une saison blanche.

L’horizon si noir s’éclaircit quand même : Laporte a repris l’entraînement collectif hier. Il devrait retourner à la compétition dans les prochaines semaines. Et faire à nouveau gagner un Guardiola qui ne demande que ça.

A propos de Benjamin Mondon 227 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

1 Comment

Laisser un commentaire