La formation lyonnaise : une stratégie par défaut ?

000000033791

Depuis plusieurs saisons déjà, l’Olympique Lyonnais mise beaucoup sur les jeunes joueurs issus de son centre de formation. Est-ce un choix par défaut ou une réelle stratégie voulue par Jean-Michel Aulas ? En manque de liquidités depuis quelques années maintenant puisque l’OL injecte beaucoup d’argent dans son projet de stade, les têtes pensantes du club rhodanien ont dû trouver une stratégie qui aiderait le club à conserver son niveau durant cette période de rigueur financière. Jean-Michel Aulas a une nouvelle fois prouvé qu’il est un grand président.

La formation, une décision pérenne

Depuis 2006, l’Olympique Lyonnais investit entre 8 et 10 millions d’euros par an dans son centre de formation ! Cette somme représente le double de ce qu’investit le FC Nantes, deuxième club français le plus dépensier au niveau de la formation. Si l’OL possède le meilleur centre de formation de France, ce n’est pas un hasard. Structures médicales de haut niveau, kinésithérapeutes spécialement dédiés aux jeunes, terrains d’entrainement flambant neufs… Bref, le centre de formation lyonnais est un modèle du genre !

Ce qu’il faut noter c’est que le président Aulas a décidé de se consacrer pleinement aux jeunes en 2006, c’est-à-dire lors de la période où l’Olympique Lyonnais écrasait la Ligue 1 et commençait à se faire un nom en Europe. Ce n’est donc pas une décision prise sur un coup de tête à cause du manque d’argent du club. En réalité, l’OL a de l’argent mais décide d’investir énormément dans OL Land et son Stade des Lumières. C’est un projet pharaonique qui devrait faire entrer les Gones dans le gotha européen. L’Olympique Lyonnais ne peut plus se permettre de dépenser de grosses sommes sur le marché des transferts comme cela a été fait pendant de nombreuses saisons avec plus ou moins de succès (Jean II Makoun, Lisandro Lopez, Michel Bastos…). La solution d’intégrer des jeunes joueurs au groupe professionnel s’est imposé de lui-même et la qualité des infrastructures et du staff ont permis à l’OL d’avoir tout de même un groupe compétitif en Ligue 1 et en Europa League. Ces dernières années, la plupart des jeunes qui ont signés un contrat professionnel ont trouvé un rôle à jouer dans l’équipe, certains se sont même imposés comme titulaires indiscutables à l’image de Samuel Umtiti, Anthony Lopes ou Alexandre Lacazette. Mais la formation a été un choix dicté par le projet de nouveau stade.

parc-ol-600

OL Land, un projet unique

58000 places, c’est la future capacité du Stade des Lumières. Repoussé de nombreuses fois à cause de recours en justice incessants qui n’ont jamais abouti, le complexe OL Land devrait être inauguré le 8 décembre 2015. Mais qu’est-ce qu’OL Land ? Plus qu’un stade, c’est une “mini-ville” qu’a imaginé Jean-Michel Aulas. Centre d’entraînement, centre de loisirs, 58 restaurants et autres buvettes, deux hôtels, espace de convention, immeubles de bureaux et tout un tas d’autres activités. Le président du club lyonnais veut que ce soit un espace où les gens passent leur temps et dépensent leur argent. Les bénéfices estimés sont de 70 à 100 millions d’euros par an. Bien sûr, ce ne sont que des estimations mais on peut d’ores et déjà dire que ce sera une réussite. Le Stade des Lumières ne sera qu’une partie du complexe OL Land.

L’Olympique Lyonnais vu par Jean-Michel Aulas est un grand club européen dans un stade ultra-moderne. Sa vision est un OL avec de grands joueurs, peut-être issus du centre de formation, soutenus par quelques très bons jeunes. Il veut que son club ressemble au Bayern Munich, qui associe parfaitement grands noms et jeunes joueurs du centre de formation. A l’image du club bavarois, le président Aulas a installé d’anciennes gloires du club à tous les postes importants. S’inspirant énormément du Bayern Munich, la tête pensante du club lyonnais espère avoir les mêmes résultats ! Le complexe OL Land est unique en Europe et sera le seul stade privé en France, donnant un avantage certain face à ses concurrents ! Alors que l’Olympique de Marseille se bat avec la mairie sur le montant du loyer et une part des recettes à reverser à la ville, l’OL n’aura pas besoin de payer de loyer et jouira de l’intégralité des recettes générées par le stade. Alors bien sûr, il y aura un crédit à rembourser sur 50 ans et la somme devrait se situer aux alentours de 5 ou 6 millions d’euros par an. Si l’OL décide de faire du naming (un sponsor donne une grosse somme d’argent pour que le stade soit au nom de son entreprise), cela devrait couvrir le crédit.

Alors, l’Olympique Lyonnais va-t-il inspirer d’autres clubs français comme l’a fait le Bayern Munich en Allemagne ou Arsenal en Angleterre ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire