France – Australie (2-1) : les notes

Pour son entrée dans le mondial, l’Equipe de France a livré une prestation très inquiétante face aux Australiens. Le problème est désormais connu depuis plusieurs mois : une incapacité à créer du jeu face aux blocs bas. Avec un système de jeu qui aura laissé un grand vide au coeur du jeu, cette contre-performance oblige Deschamps à faire preuve d’audace tactiquement si les Bleus veulent sortir de cette phase de poules sans encombre.

Les notes :

Hugo Lloris (6) : critiqué après sa saison à Tottenham ponctuée d’erreurs, et des dernières sorties en bleu du même acabit, il a semblé solide durant ce match. Auteur d’une parade décisive en première-temps, il n’aura pour le reste pas grandement été mis à contribution par les attaquants australiens. Il ne peut pas grand chose sur le penalty.

Benjamin Pavard (4) : il dégage l’aura d’un premier de la classe et l’a montré sur son côté droit. Sérieux, il préfère proposer du soutien offensif par un placement intelligent plutôt que de percuter dans son couloir. Contre un adversaire comme l’Australie, on est en droit d’en attendre toutefois plus, surtout au vu de sa qualité de passe. Défensivement, il aura réalisé quelques fautes évitables offrant des coup-francs dangereux aux Socceroos.

Lucas Hernandez (4) : à la manière de son partenaire de l’aile droite, sa rigueur n’a pas suffi dans ce match fermé. On sent clairement l’influence de Diego Simeone dans sa manière d’obtenir des coup-francs dans le camp adverse, mais ce vice déséquilibre bien moins l’adversaire que pourrait le faire les percées de Benjamin Mendy.

Raphaël Varane (5) : le plus propre des défenseurs français aujourd’hui. Ses interventions ont été propres bien que le travail offert par les australiens était modeste. A la relance il a été juste, on pourra toutefois regretter qu’il n’a pas assez usé de la conducion, les percées balle au pied pouvant déséquilibrer le milieu adverse face à un bloc bas.

Samuel Umtiti (3) : pas forcément mauvais défensivement, mais le penalty qu’il concède est tellement improbable que son match en devient raté. Il nous a rappelé les plus belles heures de Thiago Silva avec cette main aérienne. Le fait qu’il en rigole quelques heures après sur Instagram n’arrange pas son cas.

N’golo Kante (6) : ce rôle de sentinelle dans un milieu à trois n’est pas celui qu’il préfère, mais il a été parmi les meilleurs français aujourd’hui. Son gros volume de jeu à la récupération a permis d’éteindre plusieurs contre-attaques, bien qu’il peut encore mieux faire. Dommage que le schéma tactique ne lui permette pas de se projeter plus.

Corentin Tolisso (4) : son intelligence jeu et sa qualité de passe font de lui un joueur potentiellement essentiel au milieu français. Il ne s’est toutefois pas assez projeté aujourd’hui, ne permettant pas de combler le vide présent entre le milieu et l’attaque française. Il aura parfois souffert face au physique des australiens. Remplacé par Matuidi (non noté), dont l’utilité interroge dans ce genre de match fermé nécessitant un joueur créatif.

Paul Pogba (6) : sa médiatisation lui vaut d’être jugé plus sévèrement que les autres à chaque match en équipe de France. Alors que certains évoquaient l’idée de le sortir du onze, il a montré qu’il fait partie des seuls à pouvoir débloquer un match sur un geste. Il a de la réussite sur son but, mais aura été le seul milieu à percer les lignes avec ses passes tout au long du match.

Ousmane Dembélé (3) : positionné côté gauche il n’aura pas assez collé la ligne pour étirer le bloc australien. Ses dribbles ont été brouillons, ses accélérations trop peu suivies d’une passe judicieuse. Remplacé par Fekir (non noté). Malgré qu’il ne soit pas encore dans une position de meneur de jeu, le lyonnais marque des points dans son duel avec le joueur de Barcelone, en montrant une certaine capacité de conservation de balle en fin de match.

Antoine Griezmann (3) : positionné en numéro 9, on s’attendait à ce qu’il évolue en tant qu’électron libre. Il a finalement préféré se comparer à Giroud en restant coincé au milieu de la charnière australienne. Sans doute un choix de Deschamps, mais lorsqu’on voit le vide au coeur du jeu français il est étonnant qu’il n’ait pas pris cette initiative. Son pénalty transformé sauve un peu son match. Remplacé par Giroud (non noté), qui a participé au mouvement amenant le second but par son jeu en pivot.

Kylian Mbappe (3) : son jeu à base d’accélérations et de feintes marche toujours aussi bien. Le problème est qu’au Paris-Saint-Germain il possède des joueurs en mouvement autour de lui pour combiner facilement. Souvent isolé avec la France, il est obligé d’en faire trop pour créer un décalage, ce qui fait dire de lui qu’il “ne lache pas sa balle”. Il exprimera mieux son potentiel face à des équipes plus hautes, là où il y a de l’espace. Il obtient le pénalty tout de même.

Le coach

Didier Deschamps (2) : il a montré qu’il n’était pas forcément un conservateur en sortant Giroud et Matuidi de son onze. Il n’a toutefois pas encore prouvé qu’il est un entraîneur capable de faire du jeu face aux équipes défensives. Les lacunes comblées lors des matchs préparatoires par des exploits individuels sont apparues clairement aujourd’hui. Au niveau de son coaching, le fait qu’il maintienne ce milieu à trois alors que la France manquait d’un joueur offensif faisant le lien entre le coeur du jeu et l’attaque pose problème. On espère par ailleurs que la non-rentrée de Mendy soit liée à un manque de forme et non à un choix du coach.

 

 

 

1 Trackback / Pingback

  1. France - Islande (2-2) : Les notes des Bleus - Papinade

Laisser un commentaire