France – Belgique : les notes

La défense française à la peine à l'image de Sagna bousculé par Lombaerts.

“Pourquoi les footballeurs belges vont-ils souvent chez le coiffeur ?
Pour avoir une coupe.”

Finies les blagues de Belges, les gars. FI-NIES. A force de se voir trop beaux, de continuer à surfer sur l’euphorie de la Coupe du monde, la France prend des fessées. On pensait que le 3-1 concédé face au Brésil aurait provoqué une remise en question, il n’en était rien. Le score de 4-3 en faveur des Belges, dans NOTRE stade de France, est relativement flatteur pour les Bleus, lorsqu’on sait qu’on a été à deux reprises menés de trois buts.

Au-delà de la suffisance et du manque cruel d’envie, c’est le conservatisme de Didier Deschamps qui inquiète. Le souffle du Mondial brésilien disparaît peu à peu. Il est temps de donner une nouvelle impulsion à cette équipe de France, plutôt que d’être figé dans des considérations tactiques devenues obsolètes.

Les notes :

Hugo Lloris (4) : Pas d’erreur majeure. Mais quatre buts encaissés. Et une absence de leadership qui inquiète de la part du capitaine des Bleus.

Bacary Sagna (3) : Pourquoi s’obstiner à convoquer un gars qui n’est plus titulaire en club ? Autant mettre Bernard Mendy, on aura le même résultat.

La défense française à la peine à l'image de Sagna bousculé par Lombaerts.
La défense française à la peine, à l’image de Sagna bousculé par Lombaerts.

Raphael Varane (3) : Inamovible au vu de ses performances précédentes en Bleu et de la confiance que lui accorde DD. Mais ce statut de titulaire indiscutable pourrait bien jouer sur sa motivation et ses performances. Contre les Belges, par exemple sur le deuxième but de Marouane Fellaini (42′), il a montré son manque d’assurance dans le domaine aérien.

Laurent Koscielny (3) : Beaucoup trop d’erreurs. A la ramasse sur le deuxième but de Fellaini, où il est au marquage de… son coéquipier, Varane, il a également concédé un penalty stupidement en deuxième période (53′).

Benoît Trémoulinas (4,5) : Mis à mal par Mertens, il aurait pu se faire exclure à cause d’un tacle non maîtrisé en fin de première mi-temps. Mais il a montré une volonté d’aller de l’avant et d’apporter offensivement. Patrice Evra ne tient pas son remplaçant, mais il faudra donner une deuxième chance à Trémoulinas.

Yohan Cabaye (3) : Une faute de dernier défenseur sur Eden Hazard qui lui aurait valu un rouge dans d’autres circonstances (42′). Le deuxième but de Fellaini vient d’ailleurs du coup-franc consécutif à cette faute. Impuissant, Cabaye reste dans la lignée d’une saison ratée au PSG et a montré que Deschamps devait envisager probablement sans lui une ère post-Mondial. Remplacé par Dimitri Payet (6) à la mi-temps. Positionné meneur, Payet a montré de l’envie. Il a été récompensé en toute fin de match par un joli but (90’+1).

Moussa Sissoko (4) : Imprécis, brouillon, en dépit d’un mental de guerrier. Un des seuls à montrer de l’agressivité. Mais ça n’en fait pas pour autant une solution satisfaisante de substitution à Paul Pogba. Avec la rentrée de Payet, il a été repositionné devant la défense.

Blaise Matuidi (4) : Une prestation fantomatique que l’on peut excuser par son activité incessante tout au long de la saison. Vivement les vacances pour Blaise.

Mathieu Valbuena (4,5) : Sa saison en Russie lui a fait perdre en compétitivité, et cela se ressent dans ses performances en Bleu. Remuant et tranchant en début de match, il a essayé sans succès d’exister dans la suite de la rencontre. Il a su prendre ses responsabilités en transformant un penalty (52′). Remplacé à la 72′ par Nabil Fekir (non noté), qui a sonné la révolte en ramenant la marque à 2-4, avec un premier but en sélection à la clé.

Olivier Giroud (3,5) : Un penalty obtenu dans un duel avec Lombaerts. Et c’est à peu près tout. Karim Benzema peut dormir tranquille. Remplacé tardivement, à la 78′, par le virevoltant Paul-Georges N’Tep (non noté), qui a tout de suite mis la machine offensive en route en se montrant très incisif, pour sa première sélection. On espère que DD lui redonnera très vite sa chance.

Antoine Griezmann (3,5) : Inexistant et limité sur tous les plans. Remplacé à la pause par Alexandre Lacazette (5), qui n’a pas réalisé une grosse deuxième période mais qui a réussi à surclasser ses coéquipiers. C’est dire la faiblesse du niveau des Bleus.

© Capture d’écran Téléfoot

A propos de Benjamin Mondon 185 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire