France – Croatie (4-2) : les notes des Bleus

CHAMPIONS DU MONDE !

ILS L’ONT FAIT !

Vous voulez les notes ? Pas de problème.

Les notes :

Hugo Lloris (5) : que retenir ? Sa parade face à Rebic (47′), ou son cafouillage face à Mandzukic qui amène le 4-2 (69′) ? Il faut être conscient que sans Lloris, nous aurions fait nos valises bien plus tôt. Alors tout est oublié.

Benjamin Pavard (5) : aucun match n’aura été évident pour Pavard dans cette compétition. Mais cette tendance fâcheuse à se faire prendre dans le dos ne fera l’objet d’aucune ligne dans les livres d’histoire-géographie. Au contraire, sa générosité, son abnégation sont autant de qualités qui resteront gravées à jamais dans le livre d’or du football français. Oui, Benjamin Pavard a sa chanson. Oui, le joueur de Stuttgart vient de gagner une Coupe du Monde.

Raphaël Varane (6) : en difficultés dans le domaine aérien en première période, il ne faut pas oublier que c’est lui qui pousse Mario Mandzukic à marquer contre son camp et concéder l’ouverture du score. Et que sa Coupe du Monde aura été titanesque.

Samuel Umtiti (6,5) : un poil plus tranchant que Varane, Umtiti aura été un homme capital dans le navire bleu. Et grâce à lui, la France ramène une deuxième étoile à la maison.

Lucas Hernandez (7) : après des années de Patrice Evra, de Layvin Kurzawa et autres Lucas Digne… Que ça fait du bien d’avoir un tel arrière gauche. Jamais avare de replacements, de montées, d’efforts. Son match a été récompensé d’une passe décisive pour le but de Kylian Mbappé. Dire que le garçon hésitait encore entre la France et l’Espagne il y a quelques mois…

N’Golo Kanté (3,5) : passer à côté de sa finale, ça arrive, même aux meilleurs. Certes, il a perdu la bataille du milieu face à un autre infatigable travailleur, Luka Modric. Certes, il s’est fait dévorer, il a pris un jaune qui a agi comme une épée de Damoclès, mais ce n’est pas ça que l’on retiendra de lui. Remplacé à la 54e par un énorme Steven Nzonzi (7). Dès sa rentrée, le Sévillan a permis aux Bleus d’assurer leur avantage en récupérant des ballons essentiels. Une petite pensée pour Adrien Rabiot, devant sa télé.

Paul Pogba (6,5) : une première période faible et discrète, une seconde de haute volée, récompensée par un but sur une belle frappe à l’entrée de la surface (59′). Un Mondial plus qu’abouti pour un joueur qui n’aura jamais été épargné par la critique. Vous vous souvenez quand certains se demandaient s’il devait être titulaire en équipe de France ?

Kylian Mbappé (7,5) : énorme devant, le gamin de Bondy est champion du monde. A 19 ans. Et on l’a encore avec nous pour longtemps. Sur chaque accélération, il a fait mal à la défense croate. Essentiel sur le but de Pogba, il inscrit lui-même le but du 4-1 d’une frappe lointaine. Qui n’est pas sans rappeler celle d’Eder, qui avait coûté le titre aux Bleus il y a deux ans. Merci Kylian, l’honneur est sauf.

Antoine Griezmann (9) : jusqu’à présent, il réalisait une Coupe du Monde fantomatique. Et puis “Grizou” s’est réveillé, au moment où la France avait besoin de lui. Son coup-franc, dévié par Mandzukic, permet aux Bleus d’ouvrir le score (18′). Son corner atterrit sur la main de Perisic, et il ne se prive pas pour transformer le penalty qui s’ensuit, sans trembler (38′). Enfin, il est passeur décisif pour Pogba (59′). Le héros qu’on attendait tous a frappé au moment où on l’attendait le moins. Pour l’éternité.

Blaise Matuidi (5) : un match difficile pour lui, mais son mental de guerrier lui a permis de bien s’en tirer. Il est à côté de la main de Perisic et prompt à aller voir l’arbitre pour réclamer le penalty. “Blaisou”, présent dans les heures les plus sombres de l’équipe de France, est champion du monde. Remplacé par Corentin Tolisso (non noté) à la 73e.

Olivier Giroud (6) : dire qu’il n’a pas marqué de but dans cette Coupe du Monde sans faire mention de ses efforts défensifs, de pressing, de replacement ne serait pas lui rendre justice, tant Giroud a été essentiel au triomphe des Bleus. Moins en vue dans cette finale, son jeu de pivot a permis aux Français de décrocher le ciel. Merci Olivier. Karim qui ? Giroud a été remplacé par Nabil Fekir (non noté) à la 82e. Nabil est champion du monde, comme Thauvin.

Le collectif français (10) : vous avez fait taire les mauvaises langues et les sceptiques. Vous nous avez fait vibrer. Vous n’avez pas eu besoin d’être étincelants pour cela. Vous avez juste eu besoin d’être vous-mêmes, différents les uns des autres, mais généreux. Le patchwork constitué par vos qualités et talents individuels a pris la forme d’une Coupe du Monde. Et c’est mérité. Alors, merci les Bleus. Oubliez tout, les critiques, les embrouilles du passé. Et savourez cette deuxième étoile. Vous avez votre place à côté de France 98. Dans quelques années, on parlera de France 2018.

A propos de Benjamin Mondon 182 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire