France – Espagne : les notes

Rémy félicité par l'un des meilleurs joueurs du match, Moussa Sissoko.

La course à l’Euro 2016 est désormais lancée ! Les Bleus, après leur Mondial prometteur, ont donc renoué avec la victoire hier soir, au Stade de France, face à l’Espagne. Un but tardif inscrit par Loïc Rémy est venu mettre fin à l’ennui d’un match très fermé, à l’enjeu modeste (pour l’Espagne, renouer avec la confiance après une Coupe du monde ratée ; pour les Bleus, se tester avant l’Euro). Les enseignements à tirer de ce match ne sont pas légion…

Les notes :

Hugo Lloris (6) : une soirée très tranquille, une prise de balle impeccable sur un centre de Dani Carvajal (10′). Par contre, il va falloir que sa défense centrale lui mette les ballons sur son bon pied, le gauche. Depuis le temps…

Matthieu Debuchy (5) : rassurant en défense, mais celui qui évolue désormais à Arsenal n’a pas beaucoup été en vue. Quelques rares montées.

Raphaël Varane (6,5) : la copie rendue par le Madrilène est de grande qualité. Auteur de belles interventions pour couper les offensives espagnoles, Varane a cependant commis quelques impairs, en étant pris de vitesse par Silva (83′) et en passant au travers sur l’occasion de Paco Alcacer (87′). Sans conséquence.

Arsène Wenger ne commentera plus les matchs de l'équipe de France. Oui...
Arsène Wenger ne commentera plus les matchs de l’équipe de France. Oui…

Mamadou Sakho (5) : pas des plus rassurants, malgré ses très longs dégagements, il n’a toujours pas réussi à s’imposer comme le taulier en défense, et a frisé le ridicule lorsque lui et Varane se sont troués sur l’occasion d’Alcacer (87′). En sa faveur, un muselage réussi sur Diego Costa, qui a très vite tourné au combat de chiens. Et dire que ces deux-là vont se retrouver en Premier League… On s’en frotte déjà les mains.

Patrice Evra (4,5) : vous comprenez pourquoi on a plus vu Carvajal qu’Azpilicueta ? Azpilicueta, lui, avait un vrai défenseur dans son couloir. Et pourtant, hier soir, le nouveau joueur de la Juventus a essayé de défendre. Il a été remplacé en fin de match (68′) par Lucas Digne (non noté), qui ne s’est pas davantage mis en valeur.

Paul Pogba (5,5) : une entame où le Français a pris beaucoup de risques, perdant bêtement un ballon et permettant aux Espagnols d’amorcer un contre (14′). Il s’est quand même bien rattrapé en seconde période, amusant le public du Stade de France en allant de l’avant et en faisant l’étalage de sa technique. Au programme : un râteau, une roulette… Comme à la Play. Mais en vrai.

Blaise Matuidi (6) : avec le système à deux récupérateurs proposé par Didier Deschamps, c’était plus difficile de se mettre en valeur pour le milieu du PSG. Discrétion oblige, il s’est concentré sur les basses tâches défensives où il s’est montré appliqué. Yohan Cabaye (non noté) l’a remplacé à la 68′.

Mathieu Valbuena (7) : “Petit Vélo” a bien fait marcher le Dinamo, et visiblement, le championnat russe ne l’a pas (encore ?) trop gâté. Positionné en milieu offensif axial plutôt que sur l’aile droite, moins à l’aise sur les coups de pied arrêtés, il a su multiplier les coups de génie, comme les ouvertures pour Benzema (9′, 25′) ou ce magnifique une-deux avec Sissoko (17′). Et que dire, si ce n’est qu’il offre le but à Rémy sur un plateau (74′) alors que, face à David De Gea, il aurait pu faire le travail lui-même. Un peu comme toi quand tu prends ta star à FIFA et que, plutôt que de la faire marquer, tu préfères qu’elle offre le but à ce remplaçant un peu nul dont tu as pitié. Ovationné pour sa sortie à la 75′, remplacé par Rémy Cabella (non noté).

Moussa Sissoko (7) : son match le plus abouti en Bleu. Malgré une technique et une qualité de centre qui laissent à désirer, Sissoko s’est jeté corps et âme, comme un mort de faim, dans la bataille, à coup de très bons débordements. Il aurait pu être passeur décisif si le but de Benzema n’avait pas été refusé (50′). C’est lui qui combine avec Mathieu Valbuena sur l’action du but. Remplacé, lui aussi sur les applaudissements du Stade de France, à la 78′ par Morgan Schneiderlin (non noté), qui fêtait sa troisième sélection.

Karim Benzema (5,5) : il brille par intermittence mais sans grande réussite : plusieurs belles frappes sur De Gea (9′, 39′, 90’+1), une reprise manquée alors qu’il avait pris le meilleur sur Mikel San José (23′), et surtout ce but, en début de seconde période, qui aurait dû être validé mais qui a été refusé pour un hors-jeu inexistant (50′)… On a vu mieux de Benzema, quand même.

Rémy félicité par l'un des meilleurs joueurs du match, Moussa Sissoko.
Rémy félicité par l’un des meilleurs joueurs du match, Moussa Sissoko.

Antoine Griezmann (5) : d’habitude, il touche peu de ballons mais les fait fructifier. Là, il n’y est pas parvenu, bien qu’il ait joliment joué en pivot pour Benzema (39′) et qu’il ait ramené Dani Carvajal à ses chères études avec un beau débordement et un grand pont (23′). Remplacé (59′) par Loïc Rémy (6), qui a traduit au score la supériorité française d’une belle frappe sans contrôle, dans l’axe après une belle remise de Valbuena (74′).

© LCI / Philippe Renault

A propos de Benjamin Mondon 201 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire