France – Luxembourg (0-0) : les notes

Incorrigibles, les Bleus ! Trois jours après avoir fessé les Pays-Bas (4-0), la France s’est montrée incapable de venir à bout du Luxembourg, un adversaire annoncé comme facile. A domicile, sur la pelouse du Stadium de Toulouse, elle a montré un visage inquiétant, et aurait pu se voir privée du point du nul en toute fin de partie. 34 tirs, 9 cadrés, et rien au fond. La Suède revient à un point, rien n’est gagné avant d’affronter la Bulgarie et la Biélorussie…

Les notes :

Hugo Lloris (5) : peu d’occasions à se mettre sous la dent. Une claquette réflexe en première mi-temps. Impuissant sur le poteau luxembourgeois en fin de match.

Djibril Sidibé (6) : offensivement, le Monégasque s’est démené. Essentiel pour récupérer les dégagements luxembourgeois en première mi-temps, il a été l’un des Bleus les plus opportunistes. Attention toutefois à assurer ses arrières. La grosse occasion luxembourgeoise qui aurait pu nous coûter le point du nul vient en effet de son côté…

Laurent Koscielny (4) : un gage d’assurance et de sérénité ? Raté. Pris dans les duels et de vitesse sur les rares opportunités du Luxembourg, le Gunner a été bien en peine à la relance. On mettra cette inhabituelle contre-performance sur le compte de la fatigue.

Samuel Umtiti (5) : un peu plus à l’aise que son camarade Koscielny dans ce bloc défensif haut, à la relance par exemple. Mais pas exempt de tout reproche, et parfois passif.

Layvin Kurzawa (4,5) : une grosse activité en première mi-temps, puis la lente noyade en seconde. Comme Sidibé, il a avant tout assuré l’animation offensive, sans trop surveiller ses arrières… Attention toutefois, il faudra se montrer moins brouillon pour espérer ravir une place promise au Citizen Benjamin Mendy. 0 centres réussis sur 17, on a vu mieux. En attendant, la Suède gagne… et Guidetti le salue.

Paul Pogba (5) : à l’image de Kurzawa, le Red Devil a été un élément important dans le secteur offensif en première mi-temps. A l’aise techniquement, juste et dans le tempo, il a trop souvent cherché la solution sur des frappes de loin, qui n’ont su tromper un Joubert en état de grâce. En deuxième mi-temps, il a semblé plus nerveux, averti (80e) et il aurait pu se faire expulser après un geste d’humeur… Le mental, voilà un domaine où il faudra faire des progrès pour s’installer dans la cour des très grands.

N’Golo Kanté (6) : l’homme aux trois poumons. Il était partout, à la récupération, à l’animation. Malheureusement, ses coéquipiers ne lui auront pas permis de convertir son habituelle hyperactivité au tableau d’affichage. En espérant que DD ne se serve pas du résultat pour le remplacer par Sissoko ou Matuidi.

Kylian Mbappé (6,5) : à peine majeur, il aura coûté 180 millions d’euros au PSG. Et au vu de sa performance, on comprend pourquoi Monaco a fait raquer Nasser Al-Khelaifi. Véritable poison, Mbappé a souvent cherché la solution en un contre un, dribblant systématiquement ses vis-à-vis. Vu le niveau de ses coéquipiers, il serait mal venu de lui reprocher d’être individualiste… Remplacé à la 59e par un Kingsley Coman (4) aussi fantomatique que Casper, dans le dessin animé du même nom.

Thomas Lemar (5,5) : peu en vue offensivement, le Monégasque a agi comme une rustine. En effet, positionné initialement à gauche, il s’est retrouvé dans l’axe puis à droite, au fur et à mesure des dézonages de Mbappé. Son activité défensive lui a permis de compenser les trop hautes montées de ses latéraux. Une baisse de niveau après sa performance de jeudi, mais pas de quoi lui donner des complexes par rapport à de potentiels rivaux comme Dembélé, Payet ou Martial…

Antoine Griezmann (4) : le Madrilène souffre en ce début de saison 2017-2018. Expulsé et suspendu avec son club de l’Atlético, Griezmann est apparu en manque de rythme ce soir. Deux échecs en l’espace de quelques instants alors que le but était grand ouvert (12e et 14e), puis une succession d’absences, d’empiétements sur les espaces de ses coéquipiers et de frappes ratées. Pas du tout inspiré dans son rôle d’animateur de l’attaque, il n’a pas pu porter les Bleus, qui sont peut-être un peu trop dépendants de lui. Sûrement la faute à sa coupe de cheveux. Remplacé en fin de match par un Nabil Fekir (non noté) pas au niveau de l’équipe de France.

Olivier Giroud (4) : un match qui met en lumière sa dépendance vis-à-vis des performances de Griezmann. Si son compère ne répond pas présent, Giroud n’a aucune chance de faire la décision tout seul. Dominé dans les airs, pas du tout dans le tempo sur les centres, il aura au moins fait pression sur la défense. Mais il n’aura pas fait taire les fanboys de Benzema. Remplacé à la 59e par son coéquipier d’Arsenal Alexandre Lacazette (5) inspiré, altruiste mais pas plus efficace.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire