France – Pays-Bas (2-1) : les notes des Bleus

Olivier Giroud donne l'avantage aux Bleus face aux Pays-Bas

Pour cette deuxième journée de la Ligue des Nations, les Bleus recevaient les Pays-Bas au stade de France. La victoire à domicile était impérative, pour prendre la première place du groupe mais aussi pour célébrer la Coupe du Monde après le match. Les Français ont pris l’avantage au terme d’un premier acte maîtrisé, avant de concéder l’égalisation et de reprendre la main dans le second. Mission accomplie, donc, et voici les notes des Bleus !

Les notes :

Alphonse Areola (5) : peu de boulot à effectuer. Le Parisien a répondu présent sur les sorties. Seul bémol : il réalise une belle faute de mains sur l’égalisation de Ryan Babel (67′). Areola doit encore progresser.

Benjamin Pavard (3,5) : l’euphorie de son but exceptionnel face à l’Argentine avait caché une réalité moins reluisante. Le poste de latéral droit est le maillon faible de l’équipe de France et Pavard, défenseur central de métier, est loin d’y proposer une solution optimale. Régulièrement pris sur les montées de Babel, il est coupable d’un marquage trop lâche quand ce dernier marque, et aurait pu pénaliser l’équipe de France en première période. Pavard avait pris Georginio Wijnaldum dans la surface, mais pas le ballon (33′)…

Raphaël Varane (6,5) : le meilleur homme de la ligne arrière face aux Pays-Bas. C’était son deuxième match en tant que capitaine, et le Madrilène montre toujours autant d’autorité dans les airs, en coupant les trajectoires. Tranquille et serein, comme d’habitude.

Samuel Umtiti (5) : une première mi-temps sans encombres, une seconde plus difficile à négocier, où l’ancien Lyonnais a multiplié les approximations et les erreurs. Attention à ne pas retomber dans les travers d’avant le Mondial.

Lucas Hernandez (5,5) : un apport offensif indéniable, de l’agressivité, même si c’est souvent brouillon. Remplacé par Benjamin Mendy (5) à la 62ème. Pour Mendy, ce fut un match étrange. L’arrière-gauche français est facilement débordé par Kenny Tete sur le but néerlandais, mettant en lumière ses trop nombreuses absences sur le terrain. Mais sur un centre millimétré, c’est lui qui offre l’égalisation à Giroud (75′).

N’Golo Kanté (6) : propre, correct, maîtrisé. Si on avait trois mots pour le match de Kanté, ce serait ceux-ci. Ainsi, les Pays-Bas n’étaient qu’une proie facile de plus pour le joueur de Chelsea qui, sans être flamboyant, n’a jamais été inquiété au milieu.

Paul Pogba (6) : très visible en première mi-temps, un peu moins lorsque les Pays-Bas ont repris du poil de la bête. “La Pioche” a été l’architecte de la construction française, et s’est montré plus à son avantage qu’en Allemagne.

Kylian Mbappé (6) : des débordements, des coups de rein, des dribbles, et surtout une présence à la réception d’un caviar de Matuidi pour ouvrir le score (14′). Derrière, on peut regretter qu’il n’ait pas la même application à défendre que le Juventino, sur un côté droit où la France a été à la peine. Mais, s’il marque plus de buts que les Bleus n’en encaissent, cela restera évidemment secondaire.

Antoine Griezmann (6) : cette capacité à rester dans l’ombre et à rentrer d’un coup dans la lumière, grâce à une justesse de mouvement et une passe bien sentie, est absolument fascinante. Sans réaliser un match exceptionnel, le joueur de l’Atlético a montré par moments l’étendue de son talent. Remplacé à la 80ème par Steven Nzonzi (non noté) pour tenir le score.

Blaise Matuidi (6) : une passe décisive pour Mbappé (14′), une activité importante pour aller de l’avant sur le côté gauche, et une complicité évidente avec Lucas Hernandez pour se partager les tâches. Jadis critiqué, aujourd’hui encensé, Matuidi est indiscutable dans le 4-2-3-1 de Didier Deschamps.

Olivier Giroud (6) : utile dans le jeu mais sevré de bons ballons, il a dû patienter jusqu’à la 75ème pour reprendre de volée un superbe centre de Mendy. Un but qui a mis fin à une disette qui durait depuis dix matchs. “Wola c’est plus le jour J, c’est le jour Giroud” (Mohamed Henni). Remplacé par Ousmane Dembélé (non noté) à la 89ème.

Bonus :

Magic System et Vegedream (7) : si la qualité musicale des interprètes invités peut être sujette à débat, on doit reconnaître leur science du placement pour débouler d’un coup sur la pelouse du stade de France. Et également leur capacité à coordonner le jeu des Bleus pendant le tour d’honneur. Rien que pour un match, on aimerait les essayer à la place de Pogba ou Griezmann.

Cet article a été réalisé avec l’aide précieuse de Jean-Baptiste… Merci à lui !

A propos de Benjamin Mondon 183 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire