France – Suède : les notes

Le match amical de mardi soir, même en l’absence de Zlatan du côté suédois, présentait, au-delà des apparences, un intérêt certain : à moins de deux ans de l’Euro 2016 en France, il allait donner l’opportunité à certains joueurs, considérés comme des seconds couteaux, de rebattre les cartes et de se faire une place au sein de l’équipe-type de Didier Deschamps. Néanmoins, on a vite été déçus, autant par le trop pauvre contenu du match que par des promesses que les remplaçants habituels et autres troisièmes choix n’ont pas su tenir…

Les notes :

Steve Mandanda (6,5) : pratiquement rien à faire avec les trop rares offensives suédoises mais du travail très propre. Deux arrêts de classe avant la mi-temps et avant l’heure de jeu, qui ne changeront sans doute rien à la hiérarchie des gardiens établie par DD mais qui montrent que le portier de l’OM peut remplacer Lloris pour le meilleur et pas forcément pour le pire.

Bacary Sagna (5,5) : à l’aise défensivement, quelques montées intéressantes, un tir raté (24′) mais rien de bien folichon en dehors. Là aussi, une alternative crédible à Debuchy, mais sans aucune espérance de lui prendre la place de titulaire.

Raphaël Varane (7) : le patron, le taulier, le héros… On pourrait trouver d’autres qualificatifs élogieux pour qualifier la prestation solide du Madrilène mais on y passerait la nuit. Des interventions de patron, où il est notamment parvenu à prendre de vitesse les attaquants suédois (fait relativement rare pour un défenseur central). Et surtout cette tête croisée à bout portant, sur un corner d’Antoine Griezmann, qui vient tuer l’ennui et confirmer au tableau d’affichage une domination française longtemps stérile… (83′)

Et il est gentil, en plus...
Et il est gentil, en plus…

Eliaquim Mangala (5,5) : correct mais le défenseur de City n’a pratiquement rien eu à se mettre sous la dent… Il y a une belle place à prendre pour lui.

Layvin Kurzawa (6,5) : dès le début du match, le Monégasque, conscient qu’il possédait là une chance inespérée de se faire pardonner ses frasques en Espoirs face à… la Suède et à John Guidetti (rentré en cours de match), a attaqué sur son côté gauche, utilisant sa vitesse et une bonne qualité de centres. Moins en vue, en seconde période, il a davantage subi, sans que cela gâche une prestation prometteuse qui devrait inquiéter Patrice Evra. Il s’est claqué au niveau de la cuisse et a été sorti en fin de match (78′) pour Lucas Digne (non noté), hué par le Vélodrome.

Joshua Guilavogui (4) : pourquoi prendre Guilavogui alors qu’on a déjà Mavuba ou Gonalons comme solutions de repli à la récupération ? Il n’avait plus été sélectionné depuis un an, et on comprend pourquoi : sa technique laisse clairement à désirer. Le joueur de Wolfsburg n’aura certainement pas de seconde chance…

Paul Pogba (5,5) : du pur Pogba dans sa façon d’aller de l’avant, et avec cette aisance technique qui lui vaut de figurer dans les 20 nominés pour le Ballon d’Or. Deux belles frappes à son actif (17′, 65′), mais beaucoup de difficultés à la récupération. Nettement en dessous de ce qu’il a déjà pu montrer.

Mathieu Valbuena (4) : vous êtes certain que c’est le même joueur qui avait porté l’équipe de France lors du Mondial au Brésil ? En tout cas, l’inspiration et les coups de patte géniaux de “Petit Vélo”, on ne les a pas retrouvées. Pourtant, le public du Vélodrome, il le connaît bien : il l’a même gratifié d’un retourné (31′) qui n’est pas passé loin du cadre. En dehors de ça, une prestation fade, sans saveur. L’effet pervers de son transfert dans le championnat russe ? Sa dynamique est inquiétante depuis le match face à l’Albanie qu’il a également traversé comme un fantôme. Remplacé à la 68′ par Alexandre Lacazette (non noté).

Dimitri Payet (4,5) : l’homme des débuts de saison. Et qui ne tient jamais ses promesses. Intermittence : le mot qui peut résumer à la fois sa carrière et sa prestation du soir. Seul point positif, de bons automatismes avec Antoine Griezmann qui devraient lui permettre d’avoir à nouveau sa chance. Remplacé à la 62′ par un Moussa Sissoko (6) qui tend à confirmer les espoirs que DD place en lui.

Antoine Griezmann (6,5) : la seule satisfaction d’un secteur offensif tricolore on ne peut plus confus et brouillon. Une incroyable capacité à accélérer le jeu offensif, et surtout ce corner pour Varane et le 1-0 (83′)… Le joueur de l’Atlético donne le sentiment de monter en puissance.

A la baguette, Griezmann, à la conclusion du corner,  Varane.
A la baguette, Griezmann, à la conclusion du corner, Varane.

André-Pierre Gignac (5) : beaucoup de pressing et peu d’occasions (il trouve Isaksson à la 48′). Remplacé par Karim Benzema (non noté) à la 68′ : le Madrilène va s’offrir le luxe, à 1-0, de rater un penalty après une main d’un défenseur adverse dans sa surface.

© Twitter – @raphaelvarane / Twitter – @AntoGriezmann

A propos de Benjamin Mondon 185 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire