Islande – France (0-1) : les notes des Bleus

Ce n’était clairement pas le match de l’année… mais l’essentiel, c’est bel et bien les trois points. Décryptage avec les notes des Bleus.

Les notes :

Steve Mandanda (5) : remplaçant Hugo Lloris après sa grave blessure, le portier marseillais a passé une soirée tranquille, et n’a eu que peu de ballons à se mettre sous la dent.

Benjamin Pavard (5) : une partie plutôt orientée vers la défense et sans grande fantaisie pour le joueur du Bayern Munich.

Raphaël Varane (5,5) : là aussi, un match relativement calme, et quelques longues passes qui ont pu amener le danger devant (notamment sur l’action du penalty).

Clément Lenglet (5) : comme pour Varane, la copie défensive est solide mais on l’attendait davantage pour aller de l’avant et aider les Bleus.

Lucas Digne (6) : très bon en première mi-temps, où il a bien animé son couloir gauche en montant. Par la suite, le joueur d’Everton s’est montré beaucoup plus discret.

Corentin Tolisso (5) : comme à son habitude, il prend peu de risque et privilégie la sécurité… Par rapport à d’autres options au milieu comme Pogba ou Kanté, c’est vraiment dommage. Son jeu reste propre malgré tout.

Moussa Sissoko (5) : du déchet technique mais aussi des lignes brisées et un bon travail défensif. C’est déjà ça.

Kingsley Coman (6) : moins chanceux que lors des précédentes rencontres, l’ailier a fait parler sa vitesse pour essayer de percer la défense islandaise, sur son côté droit. Sans pouvoir être décisif, il a permis de faire reculer le bloc islandais. Remplacé par Jonathan Ikoné (non noté) à la 87ème.

Antoine Griezmann (6) : il distille par intermittence des éclairs de génie, et c’est devenu sa marque de fabrique. Désormais au Barça, Griezmann s’est inscrit dans les combinaisons avec Coman et Giroud, sans que ce travail de sape ne se révèle fructueux. Il aura fallu qu’il obtienne un penalty, certes généreux, pour récompenser ses efforts (64′).

Blaise Matuidi (4) : le Juventino n’était pas vraiment à son aise ce soir. Aligné à gauche, il s’est contenté de jouer simple, sans casser les lignes comme à son habitude. En fin de match, il touche le poteau (77′) et ne parvient pas à convertir un cafouillage dans la surface islandaise (90’+6).

Olivier Giroud (6,5) : précieux dans le jeu, celui qui est désormais placardisé à Chelsea a rappelé qu’il n’a pas dit son dernier mot. Il fallait aller au combat : il a mené le front de l’attaque en véritable guerrier, usant de sa qualité de pivot pour jouer en déviation et aller dans les duels aériens. Sa passe de la tête est à l’origine du penalty sur Griezmann. Il ne s’est pas fait prier pour venger son coéquipier et inscrire un 37ème but avec les Bleus (66′). Remplacé à la 77ème par Wissam Ben Yedder (non noté).

A propos de Benjamin Mondon 200 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire