La fin du feuilleton Bafé Gomis ?

La fin du feuilleton Bafé Gomis ?

La fin du feuilleton Bafé Gomis ?

L’OL s’est incliné ce samedi face à Evian-Thonon-Gaillard (2-1). Cette quatrième défaite d’affilée a même pris de véritables airs de déroute, Lyon n’arrivant pas à inverser la tendance de ces dernières semaines. L’impuissance offensive et les errements défensifs des coéquipiers de Clément Grenier sont flagrants depuis la double confrontation face à la Real Sociedad en Barrages de la Ligue des Champions.

De son côté, Jean-Michel Aulas n’a visiblement pas passé une très bonne nuit. Muet devant les journalistes après la rencontre, « JMA » a préféré s’exprimer sur son nouveau terrain de jeu favori : Twitter. A un horaire toutefois inhabituel : 4h30, ce dimanche matin.

Au-delà d’un message d’incompréhension face à la première mi-temps « totalement loupée » par ses joueurs, Jean-Michel Aulas s’est attardé quelques instants sur le cas de Bafétimbi Gomis (28 ans), en instance de départ depuis plusieurs mois… Pour indiquer que celui-ci, mis à l’écart du groupe professionnel depuis début juillet, devrait finalement rester à Lyon. Le club n’ayant « plus le temps de recruter », « Bafé (Gomis) sera (la) recrue » de l’OL en attaque, selon les mots du président lyonnais.

Le message semble clair, permettant à « JMA » de mettre fin jusqu’à nouvel ordre à un feuilleton qui a connu son lot d’affrontements et de rebondissements. L’occasion de revenir sur les nombreuses péripéties qui ont abouti à ce dénouement plutôt inattendu.

Des offres constamment refusées depuis un an

Jean-Michel Aulas, infatiguable utilisateur de Twitter

L’histoire commence à l’été 2012. L’OL, par la voix de son président, affiche clairement sa volonté de dégraisser. Parmi les joueurs visés ? Bafé Gomis et ses 300 000 € mensuels. S’il sort alors d’une bonne saison (25 buts toutes compétitions cofondues), l’international français (12 sélections à l’heure actuelle) n’est pas indispensable au club, aux yeux de ses dirigeants. Plusieurs offres arrivent alors sur le bureau de Jean-Michel Aulas en provenance de Russie (Rubin Kazan) et de Turquie (Galatasaray). Gomis refuse : il souhaite rester à l’OL afin de s’imposer en équipe de France.

Bafé Gomis réalise alors une excellente première partie de saison. Régulièrement titulaire en pointe de l’attaque lyonnaise, l’ex-stéphanois inscrit onze buts lors de la phase aller, ponctuée par un match exceptionnel et un triplé contre l’Olympique de Marseille. Au mercato d’hiver, pourtant, l’OL est toujours vendeur. Une offre de 17 millions d’euros est transmise en provenance de Russie. Mais le joueur, réticent à l’idée de rejoindre un championnat encore peu prestigieux, refuse encore. Jean-Michel Aulas propose alors une alternative à son joueur : s’il souhaite rester à Lyon, Bafé Gomis doit prolonger son contrat, qui arrive à échéance en juin 2014. Le président lyonnais ne veut pas courir le risque de voir son joueur quitter le club libre (et donc gratuitement), comme d’autres avant lui (Fred et Ederson notamment). Il fait également valoir le fait que le club a toujours soutenu Bafé Gomis sur le terrain et en dehors, quand celui-ci était pris en grippe par le public lyonnais… ou lorsqu’il s’est retrouvé au coeur d’une affaire de moeurs à l’été 2012. Selon « JMA », Gomis s’engage alors à prolonger.

« Une concurrence qui crée des tensions »

Bafétimbi Gomis et Lisandro Lopez

La deuxième partie de saison est plus compliquée pour le joueur. Moins décisif, il est aussi la victime collatérale des états d’âme de Lisandro Lopez. Exilé côté gauche à un poste qui ne lui convient pas, l’Argentin souhaite retrouver la pointe de l’attaque lyonnaise. Dès le mois de mars, son voeu est exaucé. Bafé Gomis se retrouve alors de plus en plus fréquemment sur le banc, et ne prolonge pas son contrat. Lisandro guère plus performant que lui, Gomis estime que la concurrence est déloyale. Rémi Garde et Jean-Michel Aulas reconnaissent la complexité de la situation : « C’est une concurrence qui crée parfois des tensions entre joueurs, et entre joueurs et coach » avoue même le président de l’OL.

Pour respecter ses objectifs sportifs et financiers, « JMA » demande une fois la saison terminée à son entraîneur d’effectuer un choix sportif entre les deux hommes. Rémi Garde privilégie Lisandro, qui clame pourtant ses envies de départ. Gomis est, lui, prié d’aller voir ailleurs. Une nouvelle fois, plusieurs offres sont transmises à l’OL : Shakhtar Donetsk, Swansea, Cardiff… Intéressantes pour le club, ces pistes sont aussi financièrement attrayantes pour le joueur, qui les rejette toutes en bloc. Alors que les choses semblaient en bonne voie, Bafé Gomis ne rejoint pas non plus Newcastle, l’OL et le joueur se renvoyant la responsabilité dans l’échec des négociations.

Quelques jours plus tard, Lisandro Lopez quitte Lyon pour Al-Gharafa, au Qatar. Néanmoins, l’OL souhaite toujours se séparer de Gomis, l’affaire virant davantage à l’opposition de principe qu’au choix rationnel pour les deux parties. Aucune piste sérieuse ne fait surface, malgré un intérêt supposé de l’Olympique de Marseille, accusé par l’OL de manipuler le joueur et son entourage…

Tout ça pour ça ?

La situation apparaît bloquée. Les deux parties sombrent dans la provocation. Alors que « JMA » flingue le comportement de son joueur dans les médias et sur Twitter, Bafé Gomis use des réseaux sociaux pour s’apitoyer sur son sort, tout en s’affichant plus que jamais comme un joueur de l’OL.

Aujourd’hui, Bafé Gomis semble parti pour honorer sa dernière année de contrat avec Lyon. Jean-Michel Aulas s’est visiblement fait à l’idée de conserver son joueur encore un an, malgré la non-prolongation de son contrat. Il devrait être réintégré au groupe professionnel lors de la reprise de l’entraînement, en milieu de semaine. Reste à savoir si le joueur sera suffisamment motivé pour être performant sous le maillot lyonnais. Si Gomis souhaite réellement retrouver l’équipe de France et rebondir l’été prochain, il n’a de toute façon pas le choix : il devra réaliser une grande saison. A Lyon.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire