L’Algérie, à deux doigts de l’exploit

Algérie - Corée du Sud

32 ans après sa dernière victoire en Coupe du Monde face au Chili, l’Algérie a réédité cette performance en écrasant la Corée du Sud en marge de ce mondial brésilien. Avant le dernier match face à la Russie qui aura lieu jeudi, les Fennecs ont toutes les cartes en main pour assurer leur qualification pour les huitièmes de finale ce qui serait un véritable histoire pour le football algérien.

Honteusement éliminé en 1982 à cause de l’arrangement entre la RFA et l’Autriche, l’Algérie a l’occasion de tenir sa revanche et pourrait, en cas de qualification, retrouver l’Allemagne sur sa route mais surtout rendre fier tout un peuple qui attend, depuis l’incroyable génération dorée des années 80, de vibrer de nouveau pour son équipe nationale. Exit les Dahleb, Belloumi, Assad et Madjer, place à Feghouli, Brahimi, Djabou et Slimani. Excellents face aux coréens, les trois derniers n’étaient pourtant même pas titulaires lors du premier match face à la Belgique : un match qui a suscité un agacement légitime chez les supporters de l’équipe nationale après la piètre prestation des Fennecs. Et pourtant, malgré le manque de risques pris par les joueurs de Vahid Halilhodžic, leur performance reste à souligner ; eux qui ont fait preuve d’une rigueur tactique et défensive à toute épreuve pendant 70 minutes et ont payé au prix fort la rentrée de Fellaini et Mertens. Pénalisante et surtout frustrante pour des algériens qui n’auront rien lâché, cette défaite n’en restait pas moins attendue face à des diables rouges à qui l’on promettait une victoire large et facile. Aussi, la courte défaite 2 buts à 1 était porteuse d’espoirs pour la suite de la compétition.

Djabou et Vahid Halilhodzic, Algérie - Corée du Sud

Décidé de ne pas sortir de cette Coupe du Monde sans avoir essayé d’imposer son jeu et ses idées, le sélectionneur algérien change pas moins de 5 joueurs au coup d’envoi entre les deux matchs, passant d’un 4-3-3 à un 5-4-1 qui n’en reste pas moins très joueur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le choix de Vahid a été largement récompensé. Réalistes, joueurs, techniquement supérieurs, les Fennecs ont marché sur leurs adversaires pendant 45 minutes grâce notamment à un milieu de terrain au dessus du lot. En 15 minutes, El Khadra a inscrit 3 buts grâce notamment à Djabou et Slimani, auteur chacun d’un but et d’une passe décisive, et Halliche. Le petit milieu de terrain du Club Africain, Tunisie, a d’ailleurs été l’un des grands hommes du match, justifiant pleinement la confiance que lui accorde Halilhodžic.

Après la déception du premier match où les joueurs et les choix du sélectionneur ont été fortement critiqués, c’est l’euphorie qui a gagné les supporters algériens qui pourraient chavirer jeudi soir si leur équipe nationale venait à se qualifier pour le second tour pour la première fois de leur histoire. Après l’échec de 1982, ce serait une belle revanche pour ces guerriers du désert qui ne sont pas venus faire de la figuration au Brésil.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire