Justin Teste

Le championnat portugais ne reprend que ce week-end, mais le tenant du titre est déjà en crise. Entre trahison, matchs amicaux catastrophiques, et nouveau coach loin de faire l’unanimité, les portugais traversent une période très compliquée.

Le trophée Eusebio, organisé chaque année dans l’Estadio da Luz, depuis maintenant 6 ans est un évènement pour tous les socios du Benfica. Le Real, Arsenal, Tottenham sont venus le disputer. Pour cette année, c’est Monterrey qui est venu jouer le match en hommage au plus grand joueur portugais du Benfica. Monterrey, club mexicain, loin du standing des précédents adversaires fait plus office de match de préparation que de réelle opposition. Seulement, en 90 minutes, le Benfica prend 3 buts et s’incline lourdement 3-0. L’effectif a, comme chaque année, été énormément modifié, Rui Vitoria est venu remplacer Jorge Jesus parti chez l’ennemi, et ses nouvelles consignes semblent avoir du mal à passer.

Des matchs amicaux catastrophiques

A l’instar de l’Olympique Lyonnais, les matchs amicaux du Benfica n’ont pas rassuré les socios. Défaites face au PSG, New-York Red Bulls, et Monterrey donc, matchs nuls contre la Fiorentina et le Club America. Aucune victoire en 5 matchs, beaucoup de buts encaissés, et un jeu qui n’est plus autant séduisant que sous Jorge Jesus, malgré les aveux de l’ex technicien benfiquista. « Rui Vitoria n’a pas encore donné son style au Benfica, lorsque je vois son équipe, je reconnais la mienne ». Une déclaration venue juste avant la supercoupe du Portugal entre le Benfica et le Sporting qui a vu Jorge Jesus s’imposer face à son ancien club, lors d’un match sous haute tension. Rui Vitoria, ex-entraîneur du Vitoria Guimaraes, peine à satisfaire les socios pour le moment. Malgré un 11 de départ semblable à celui de l’année dernière, (seuls Lima et Maxi Pereira ont quitté le club parmi les titulaires, alors que les recrues ne sont toujours pas prêtes pour la reprise), le Benfica n’arrive pas a élever son niveau de jeu lors des grands matchs. L’année dernière, cela s’était vu en Ligue des Champions et lors de la confrontation retour avec Porto dans ce qui ressemblait à une finale pour le titre, (le match s’était disputé entre les 2 confrontations Porto – Bayern et s’était fini sur un 0-0 très décevant).

Alors que la saison s’annonce très compliquée pour le Benfica, les supporters ont décidé de ne pas être patients avec Rui Vitoria. L’entraîneur portugais, choisi un peu dans l’urgence pour pallier le départ catastrophique de Jesus vers le Sporting, ne fait clairement pas l’unanimité parmi les socios et ils l’ont fait savoir. Pour compter le temps que passera Vitoria à la tête des aigles de Lisbonne, ils ont crée un site ou le chronomètre est lancé, (oruivitoriajafoidespedido.com, ce qui veut dire « En combien de temps Rui Vitoria va se faire licencier »). En dessous du chronomètre, se trouvent les 5 trophées que Vitoria va jouer cette année, (le trophée de la Supercoupe se trouve déjà barré d’une croix rouge). Une situation qui n’augure rien de bon pour la reprise du championnat ce dimanche face à Estoril à domicile.

Un mercato pas très bien géré

Comme à son habitude, le Benfica a été l’une des cibles de ce mercato pour les clubs européens. Avec 67 millions de vente, une nouvelle fois l’été a été fructueux. Parmi les départs notables, Ivan Cavaleiro à Monaco (15 millions), Rodrigo à Valence (30 millions), Lima à Al Ahli (7 millions) et Joao Cancelo à Valence (15 millions). Seulement, hormis Lima, aucun joueur n’était présent dans l’effectif lisboète durant la saison 2014-2015. Les départs de Jorge Jesus au Sporting après 6 ans, et Maxi Pereira vers Porto après 8 ans à Benfica ont beaucoup plus gêné les socios. Surtout que le club n’a récupéré aucun argent et renforcé les rivaux. En plus des départs déjà actés, des joueurs importants comme Gaitan, Salvio ou encore Talisca sont convoités. Notamment le premier qui dispose d’un bon de sortie et qui était annoncé avec insistance à Manchester United et à l’Atletico, seulement les dirigeants du Benfica sont inflexibles et la clause libératoire fixée à 40 millions gêne les potentiels acheteurs. Heureusement que le numéro 10 des aigles dispose d’une mentalité exemplaire et reste concentré sur ses objectifs avec Benfica.

Côté arrivée, pour ne pas changer, le Benfica a voulu recruter jeune et prometteur, ainsi Ould-Chikh de Twente, Diego Lopes de Rio Ave, Jeison Murillo de Zamora, et Mehdi Carcela du Standard sont arrivés dans l’espoir de les faire progresser et réaliser un bénéfice lors de la prochaine vente. Le retour de prêt de Nelson Oliveira, de Filip Djuricic, la signature de Adel Taraabt arrivé libre et le prêt de Mitroglou sont là pour amener l’expérience de la Premier League. En espérant que le mélange entre les recrues et les joueurs en place se fassent dans les meilleurs conditions pour que le compteur de Rui Vitoria ne cesse de tourner.