L’équipe type de la Ligue 1 – Saison 2012/2013

Alors que la saison de Ligue 1 a livré son verdict, nos rédacteurs ont décidé de livrer différentes équipes-type. Focus aujourd’hui sur les meilleurs joueurs de Ligue 1. Il est difficile tant certains joueurs de Paris ont rayonné durant la saison de dégager une équipe type de Ligue 1 un tant soit peu originale, cependant, nous nous sommes efforcés de tenter une composition à première vue assez étonnante mais pourtant terriblement efficace. Avec 4 parisiens, 2 marseillais, 2 lillois, 2 stéphanois et un lorientais, nous avons décidé d’opter pour un 4-4-2 assez élargi pour profiter notamment de la vitesse de certains joueurs. Une équipe que nous avons choisi, évidemment, très joueuse.

Dans les cages, nous avons été très tentés par un Sirigu qui a conservé ses cages inviolées 22 fois cette saison avec notamment 948 minutes consécutives sans encaisser le moindre but. Cependant, nous avons décidé de récompenser l’excellence de Stéphane Ruffier, récompensé par une place en Equipe de France.

À droite, la question a été elle aussi complexe. Entre un Rod Fanni de haut niveau, un Corchia qui a haussé son niveau de jeu à Sochaux et s’est imposé en tant que titulaire indiscutable à seulement 22 ans, un Romain Danzé qui a été l’un des seuls à surnager dans un effectif rennais à la ramasse en cette fin de saison et un Christophe Jallet, pas toujours étincelant mais qui a toujours été constant, malgré la concurrence de Grégory Van der Wiel, et a évolué au plus haut niveau avec l’équipe nationale et en Ligue des Champions. C’est finalement ce dernier que nous avons choisi de garder.

La charnière centrale a posé beaucoup moins de problèmes. Si Thiago Silva n’a été présent que lors de 22 matchs, il a tellement été impressionnant – technique, impeccable tant dans ses relances que dans ses interventions – que la question de sa présence ne se pose même pas. À ses côtés, si Aurélien Chedjou ou Loïc Perrin auraient pu avoir leur place, c’est naturellement le marseillais Nicolas N’Koulou qui a été plébiscité.

Sur le côté gauche, le choix a été également assez aisé. Si différentes possibilités s’offraient à nous comme Umtiti, Bartheleme, Ghoulam ou surtout Maxwell, c’est le jeune lillois, Lucas Digne que nous avons décidé d’aligner dans notre 11 type. En effet, l’international des -20 ans a livré une très bonne copie cette saison à seulement 19 ans et ne devrait pas tarder à pointer le bout de son nez chez les A lors des prochaines années.

Au milieu de terrain, deux petits gabarits sont ressortis du lot, pas forcément des plus complémentaires, ces deux joueurs ont tellement été au dessus tout au long de la saison, et réguliers en plus de cela, que nous n’avons eu d’autre choix que de les aligner. La « Pieuvre » a été le meilleur français de Ligue 1, intraitable au milieu de terrain, Blaise Matuidi a également rayonné avec l’équipe de France – tout le monde se rappellera son match aller contre les Espagnols – et en Ligue des Champions – c’est lui qui égalise au Parc des Princes lors des dernières minutes de la rencontre. Si Maxime Gonalons aurait pu être une alternative intéressante avec son très bon jeu de tête et sa grosse présence physique, nous avons préféré choisir un milieu de terrain à vocation plus technique pour accompagner le milieu parisien. Meilleur passeur de cette saison, Mathieu Valbuena fait figure de candidat idéal.

À droite et à gauche, une structure de jeu étonnante a été choisie. Les deux joueurs permutant beaucoup, ils peuvent en outre inverser leur côté quand bon leur semble. Décisifs, au niveau des passes comme au niveau des buts, Dimitri Payet et Pierre-Emerick Aubameyang ont été installé sur les ailes de notre 4-4-2. Si la décision de retenir ces deux joueurs semblent logique au vu de leur stats et de leur influence sur le jeu de leur équipe, c’est le positionnement de l’attaquant stéphanois qui peut surprendre. Cependant, de par sa vitesse qui est l’une de ses principales qualités, le gabonais peut parfaitement assurer en position d’ailiers et  son association avec Payet pourrait en satisfaire plus d’un.

Devant, l’une des deux places a été naturellement attribuée à Zlatan Ibrahimovic, 30 buts en une saison… La dernière fois qu’un joueur avait marqué autant, c’était… Jean-Pierre Papin. La seconde a été plus disputée. Entre un Dario Cvitanich qui a un excellent sens du but, mais qui peine un peu à faire jouer ses coéquipiers (2 passes décisives seulement), un André-Pierre Gignac retrouvé cette année, ou un Bafetimbi Gomis, aucun ne nous a semblé correspondre avec l’attaquant suédois. Si Aubameyang semblait avoir un profil adéquat, l’ayant déjà installé sur le côté droit où il nous semblait parfait, nous ne pouvions nous résoudre à le remettre dans l’axe. C’est finalement Jérémie Aliadière qui a retenu nos faveurs. Moins décisif que le gabonais, il a toutefois le mérite de jouer dans une équipe de milieu de tableau, et sait surtout faire jouer ses coéquipiers (7 passes décisives). Prenant souvent la profondeur, il fait un très bon complément de l’attaquant suédois.

Equipe-type Ligue 1

 

 

 

3 Comments

    • A part Cvitanich qui aurait peut-être pu prétendre à la place d’Alliadière, ça me paraît compliqué de faire ressortir un Niçois au-dessus de ceux qui ont été retenus …
      L’équipe de Nice s’est distingué par son collectif davantage que par les coups d’éclats individuels. Mais si on devait retenir un banc pour cette équipe type, j’y verrais personnellement bien des joueurs comme Cvitanich, Civelli (qui a réalisé une excellente saison) ou Bauthéac.

Laisser un commentaire