Liga : à quoi s’attendre cette saison ?

liga titre

La Liga BBVA a entamé ce week-end sa saison 2016-2017. L’occasion de faire un point sur les forces en présence dans un championnat où la course au titre s’est rarement annoncée aussi serrée, et où certaines écuries pourraient créer la surprise.

real atletico liga

Le champion : Real Madrid

Depuis que Diego Simeone a repris en main l’Atletico Madrid, le titre de champion d’Espagne est disputé jusqu’aux ultimes journées entre l’Atlético, le FC Barcelone et le Real Madrid. Ce sera encore le cas cette année. Les Blaugranas et les Colchoneros ont renforcé leur effectif durant ce mercato avec des recrues telles que Gaitan ou Gameiro à Madrid et les arrivées de Umtiti, Denis Suarez, André Gomes et Digne à Barcelone. Zinedine Zidane a lui décidé de construire dans la continuité de son titre de champion d’Europe, en s’appuyant notamment sur des jeunes formés au club. Lucas Vasquez, Marco Asensio ou Alvaro Morata permettent ainsi au Real Madrid de disposer d’un banc de qualité. Cette saison Zidane impose sa patte sur son Real après des succès inscrits dans l’héritage de Rafael Benitez. La course au titre sera serrée, mais on mise sur le Real cette saison. Avec une seule Liga remportée ces sept dernières années, nul doute que le sacre ravirait les supporters de la Casa Blanca.

L’équipe surprise : FC Séville

Le départ d’Unai Emery marque la fin d’un cycle à Séville. Mais après les trois titres européens consécutifs remportés par l’entraîneur espagnol, une nouvelle période faste s’annonce peut être avec l’arrivée de Jorge Sampaoli. Possédant une belle côte suite à son succès avec le Chili à la Copa America 2015, celui qu’on considère comme un disciple de Bielsa a déjà marqué le FC Séville de sa patte tactique. Suite à un recrutement offensif impressionnant constitué de Vietto, Vasquez, Ben Yedder, Ganzo, Correa et Kranevitter, le coach argentin a livré une première journée de championnat incroyable face à l’Espagnol Barcelone conclue sur le score de 6-4 ! Sur le papier seul N’zonzi apparaît comme un joueur à vocation défensive devant la défense sévillane. Au-delà de cet aspect spectaculaire du jeu de Sampaoli, on croit fermement à l’arrivée de résultats malgré les départs de Krychowiak et Ever Banega. Pourquoi pas une place parmi les quatre premiers en fin de saison ?

L’équipe déception : Villarreal CF

Le début de saison de Villarreal aurait difficilement pu être pire. À une semaine d’un barrage de Ligue des Champions face à l’AS Monaco, le sous-marin jaune a vu son entraîneur Marcelino démissionner. Les conséquences sur les résultats ont été immédiates avec une défaite 2-1 à domicile face aux Monégasques ainsi qu’un décevant nul 1-1 sur la pelouse de Grenade. Ajoutez à cela les départs du patron de la défense Eric Bailly, du jeune prodige Denis Suarez ainsi que la grave blessure de Roberto Soldado, et vous obtenez une saison qui s’annonce très compliquée pour Villarreal. Dommage pour un club qui pouvait capitaliser sur la quatrième place de la saison passée pour s’inscrire durablement en haut de tableau.

Le meilleur joueur : Gareth Bale

Libéré du poids de Cristiano Ronaldo sur l’attaque madrilène, Gareth Bale semble avoir la confiance de Zidane pour être le leader offensif de l’équipe. Ses performances dans le dernier carré de la Ligue des Champions laissait déjà présager de cette montée en puissance, son Euro l’a confirmé : le Gallois est bel et bien l’un des tout meilleurs joueurs au monde actuellement. La preuve en est de sa nomination sur le podium du meilleur joueur de l’année UEFA. Entre Messi, Suarez, Neymar, Bale et Ronaldo la course au titre de meilleur joueur de Liga s’annonce de très haute volée.

Le bide : Andrés Iniesta

Ecrire ces lignes nous fait un mal fou mais il se pourrait bien que cette saison marque le début du déclin pour Andrés Iniesta. Apparu en difficulté physiquement durant l’Euro, il devrait bénéficier d’un temps de jeu adapté au FC Barcelone suite aux arrivées de André Gomes et Denis Suarez. Toutefois Iniesta devrait être titulaire lors des plus grosses confrontations et le choix de Luis Enrique de positionner le talentueux Sergi Roberto en tant que latéral droit devrait également rassurer Don Andres. Pourtant on ne peut s’empêcher de penser que sa performance lors du 4-0 face au Real Madrid l’an dernier était l’un de ses derniers récitals en Liga.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire