Make the difference !

La demi-finale aller de Ligue Europa entre Bâle et Chelsea a démontré une fois de plus que possession n’était pas forcément synonyme de domination. Après le Bayern mardi dernier, et le Borussia Dortmund le lendemain, le Chelsea de Benitez a prouvé que le football moderne était en train d’amorcer un virage important. Avec 40% de balle durant le match, les Blues ont pourtant dominés des suisses fébriles en cadrant deux fois plus de tirs qu’eux et surtout en faisant la différence dans les moments cruciaux et notamment sur les coups de pied arrêtés puisque c’est de là que sont venus les deux buts de Chelsea.

Moses ouvre le score sur corner pour Chelsea.

À l’image de ce premier but de Chelsea, l’ensemble de la rencontre a montré qu’un match se gagnait sur les moindres détails, et que toute occasion était bonne à prendre pour marquer. Ivanovic s’engage dans l’espace et devance son vis à vis (cf : image). S’il ne reprend pas le ballon de la tête, il perturbe toute l’organisation défensive de Bâle ce qui laisse l’opportunité à Moses, libre de tout marquage, de placer une tête croisée victorieuse.

 

Stocker, seul dans la défense anglaise vient de combiner avec StrellerStocker vient de combiner avec Streller et se retrouve seul dans la défense londonienne (cf : image). L’on peut se poser la question de savoir quelle était la meilleure solution pour le milieu de terrain suisse à ce moment là. Si son coéquipier qui est le plus proche de lui semble être trop proche du défenseur adverse, le n°8 du FC Bâle semble être isolé et en position idéale pour marquer. Cependant, la frappe à ras le sol de Stocker prend totalement à contre-pied Petr Cech et aurait pu finir au fond des filets pour quelques centimètres, si elle n’avait pas frappé le poteau droit. Aussi, cette action met en lueur l’importance pour un joueur de savoir faire le geste juste et d’opter pour une prise de décision rapide. Mais cette action montre également surtout la passivité des joueurs de Rafael Benitez  qui sont presque tous à l’arrêt sur cette action.

David Luiz permet à Chelsea de remporter le match sur la dernière action du match.
Sur la dernière action du match, alors que Bâle avait égalisé quelques minutes plus tôt sur un pénalty – une fois n’est pas coutume lors des confrontations européennes – extrêmement litigieux pour ne pas dire inexistant. À l’instar du premier but, le travail sur coup de pied arrêté des londoniens s’avère payant. Oscar (cf : image), placé dans le mur, fait écran et empêche le gardien de voir le ballon au départ du tir. S’écartant au dernier moment, il empêche le mur de pouvoir intercepter le ballon et laisse le gardien impuissant sur sa ligne. Sur ses appuis, Yann Sommer semble anticiper une frappe enveloppée, et lorsque le ballon arrive, il est trop tard et il ne peut que le détourner au fond de ses filets (cf : image). Ce sont donc sur des détails et les coups de pieds arrêtés – coups de pieds arrêtés qu’ont eu en même nombre les deux équipes – que s’est gagné le match aller. Dans l’enceinte de Stamford Bridge, ce seront sur ces petits détails que la qualification se jouera.

Aidé par Oscar, David Luiz permet à Chelsea de remporter le match aller de la demi-finale de Ligue Europa sur un coup-franc très bien tiré.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire