Marcal mathers

Fernando Marcal devant Sakai lors de Guingamp - OM.

Il est arrivé en prêt à Guingamp le jeudi 18 août, 10 jours plus tard il a conquis la Bretagne. Fernando Marcal, latéral gauche brésilien, appartient toujours au Benfica, mais faute de temps de jeu, il est venu fouler la pelouse du Roudourou. En deux matchs, il s’est mis le public de Guingamp dans la poche et a marqué les esprits dans notre championnat. 

Les débuts de Fernando Marçal avec son nouveau club de Guingamp ressemblent fortement à un conte de fée. Une première prestation à domicile contre l’OM où il a martyrisé le pauvre Sakai sur son côté droit. Puis, il a transmis deux passes décisives contre Nancy ce week-end. Résultats des courses, Guingamp est en tête de la Ligue 1 devant Monaco, Nice, Lyon et le PSG, les quatre premiers de la saison dernière. Alors, après avoir été la révélation de la Liga Portugaise sous les couleurs du Nacional Funchal (4 saisons : 97 matchs de championnat, 2 buts), le latéral gauche pourrait bien se retrouver dans un environnement proche de celui qu’il a connu au Portugal. Après tout à 27 ans, ce n’est pas trop tard pour se donner une deuxième jeunesse.

Love story entre le public et Marcal

L’amour dure 3 ans selon les dires, en réalité celle entre Marcal et le Kop rouge n’aura mis que 3 minutes à se révéler. Alors qu’il est arrivé trois jours plutôt en Bretagne, le latéral brésilien est titulaire face à l’OM. Loin d’être timide et sur de ses forces, il déboule sur son côté gauche, centre et obtient un corner. Alors qu’il pouvait se replacer, il demande aux supporters présents (16056 tout de même) de faire plus de bruit. Une scène surréaliste pour un joueur qui vient juste d’arriver.

Son match face à l’OM sera de très bonne facture et il sortira sous les acclamations du stade après avoir eu de multiples crampes. Après le match, il a répondu aux questions des médias présents sur place, avec Romain Salin comme traducteur, “Je suis très heureux d’avoir rejoint Guingamp. C’est un groupe d’amis avec qui je m’entends vraiment bien. Guingamp a des grands supporteurs, ce sont d’ailleurs eux qui m’ont aidé à finir le match. Je me suis beaucoup entraîné, mais ça fait longtemps que je n’ai pas joué, c’est pour cela que j’ai eu des crampes”, relate le nouveau breton d’adoption.

Au-delà du public, c’est le coach et les joueurs qui ont adopté Marcal. Antoine Kombouaré qui a forcé pour précipiter son arrivé et sa titularisation contre l’OM ne regrette pas son choix : “On sent que c’est un joueur de talent, de qualité. C’est une chance d’avoir un tel joueur à Guingamp. J’espère qu’il va être capable de rééditer ce genre de performance. C’est ce que j’attends de lui”, a déclaré le technicien français après la victoire contre Nancy. Nul doute que Fernando Marcal n’a pas fini de faire parler de lui dans les mois qui arrivent.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire