Mbappé : quelles inflexions pour Emery ?

Alors que l’officialisation de son transfert n’est plus qu’une question d’heures, Kylian Mbappé arrive au PSG avec le statut de crack. Pourtant, sa place de titulaire n’apparait en rien comme une évidence au vu de la forte concurrence dans le secteur offensif parisien. Comment Emery va-t-il intégrer le prodige du football français à son onze ?

La première question que pose l’arrivée de Mbappe se résume à un proverbe : on ne change pas une équipe qui gagne. Impressionnant lors de ses premières sorties de la saison, le PSG a acquis de larges victoires grâce à un jeu offensif de qualité. Si les individualités ont brillé, hormis un Di Maria un brin en-dessous de ses coéquipiers, le dispositif tactique d’Emery semble livrer tout son potentiel. L’apport des latéraux offensifs que sont Kurzawa et Dani Alves est indéniable. La mobilité de Neymar et Di Maria rendent le PSG beaucoup moins prévisible. Ajouté à cela un milieu de terrain qui monopolise le ballon et sait contribuer au jeu offensif – à l’image d’Adrien Rabiot – et l’on obtient un onze parisien déjà plein de promesses au haut niveau. Le tout en laissant un Julian Draxler, meilleur que jamais, sur le banc… La supériorité du PSG par rapport à ses adversaires en Ligue 1 pourrait pousser Emery à aligner quatre joueurs offensifs dans un 4-2-3-1. Il l’a fait par défaut contre Saint-Étienne, suite à l’expulsion de Verratti, en alignant Javier Pastore. Problème : Neymar occupant aussi bien son aile gauche que l’axe, il a eu tendance à jouer dans la zone du numéro 10 argentin, affectant le rendement de ce dernier. Les deux cartes ci-dessous des positions effectives des joueurs lors des matchs illustrent ce problème d’occupation de la largeur du terrain.

Le 4-3-3 contre le TFC, avec Neymar (10)
Le 4-2-3-1 contre l’ASSE, avec Pastore (27)

Mbappé : un profil inédit

Au-delà de son potentiel immense et de la caution joueur local, Mbappé représente également un profil d’attaquant qui manquait au PSG. S’il peut être la doublure de Cavani, nul doute qu’Emery le voulait pour sa capacité à jouer ailier, son poste de formation. Le natif de Bondy évoluait l’an dernier dans un 4-4-2. Il devra donc trouver de nouveaux repères à la manière d’un Anthony Martial lors de son départ à Manchester United. Mais avec Mbappé, l’entraineur espagnol gagne une option tactique supplémentaire pour les joutes européennes, là où le talent de ses joueurs offensifs ne suffira pas à s’assurer des victoires. On peut ainsi imaginer une ligne d’attaque Neymar-Cavani-Mbappe capable d’apporter le danger sur toute la largeur du terrain. Le trio Neymar-Cavani-Draxler, lui, offrirait davantage de permutations. Selon les dernières informations mercato, l’attaquant faisant les frais de l’arrivée  de Mbappé serait Di Maria plutôt que Draxler. Un choix logique pour le PSG. L’Allemand a le plus beau de sa carrière devant lui, contrairement à l’ancien madrilène. Débarrassé d’un effectif surchargé devant, Emery va pouvoir faire jouer la concurrence sainement ce qui facilitera l’intégration de Mbappé. Après six mois exceptionnels avec l’AS Monaco et un mercato d’été qui l’a vu connaitre les premières difficultés de sa carrière, le jeune français doit désormais prouver qu’il est bien le plus grand espoir du football français. Pour cela, nul doute que les conseils de Neymar seront précieux…

 

1 Trackback / Pingback

  1. Tolisso et Rabiot, un fauteuil pour deux - Papinade

Laisser un commentaire