Messi, Suárez, Neymar, le Barça tourne à plein régime

Suárez, Neymar et Messi au FC Barcelone

Revenus à un point des Merengues après la déroute de ces derniers face à l’Atlético, les barcelonais, qui restaient sur neuf victoires consécutives toutes compétitions confondues, ont mis fin aux critiques qui planaient au dessus de la tête de leur entraîneur, Luis Enrique. Une série à laquelle n’est pas étrangère l’association entre les trois attaquants catalans, Messi, Suárez et Neymar.

Messi, Suárez et Neymar, le trio de Barcelone

Après sa première saison sans le moindre titre depuis 2008, Barcelone se devait de renouer avec le succès et ce le plus rapidement possible. Avec le retour de Luis Enrique au club, la direction catalane s’est également donner les moyens de la réussite en dépensant pas moins de 150 millions d’€ en transferts avant une interdiction de recrutement courant jusqu’au prochain mercato hivernal. Afin de pallier le départ de Valdès dans les cages, le jeune Ter Stegen et la révélation Claudio Bravo ont rejoint Barcelone à l’instar d’Ivan Rakitić, Thomas Vermaelen, Jérémy Mathieu et surtout Luis Suárez.

Après des débuts performants, les barcelonais connaissent une première série noire durant laquelle ils perdent à trois reprises et doivent se contenter d’un match nul en huit rencontres. En l’espace d’un mois et demi, Malaga tient le FCB en échec avant que les joueurs d’Enrique ne s’inclinent au Parc des Princes en C1. Les deux défaites consécutives lors du Classico puis face au Celta Vigo, l’ancienne équipe de l’entraîneur catalan, mettent le feu aux poudres après cinq semaines très compliquées sur le plan sportif, d’autant plus que le rival madrilène enchaîne et prend ses distances en Liga.

Seulement, le retour de Luis Suárez va remobiliser ses coéquipiers. En dix rencontres, il délivre cinq passes décisives et marque à trois reprises. Si le match nul face à Getafe et la défaite contre la Real Sociedad de David Moyes ont entaché l’excellent bilan des Blaugranas, ces derniers restent sur une série de neuf victoires consécutives qui leur a permis de revenir à un petit point de madrilènes bien en peine depuis la trêve hivernale. Qualifiés pour les demi-finales de la Copa del Rey après avoir éliminé l’Atlético Madrid, Barcelone s’est ouvert la voie vers un premier probable titre en attendant mieux.

Le retour au sommet du formidable trio sud-américain que forment Lionel Messi, Neymar et Suárez est l’un des facteurs principaux de la réussite barcelonaise du moment. Auteurs respectivement de 23 et 16 buts, les deux premiers se connaissent, après une saison, aussi bien qu’ils se complètent. Empêché, du fait de sa sanction, de disputer le moindre match avec Barcelone avant la fin Octobre, l’ancien de Liverpool s’est petit à petit imposé au sein d’un collectif parfaitement calibré. Si  son indéniable talent individuel lui a permis de se montrer décisif, il lui aura fallu du temps pour réussir à trouver sa place dans une attaque autrement plus talentueuse que celle des Reds qui reposait sur ses qualités individuelles. L’association prometteuse de trois des plus grands talents du football mondial à l’heure actuelle sera sans nul doute l’un des grands atouts de l’effectif barcelonais, encore engagé dans toutes les compétitions qu’il dispute, pour cette seconde partie de saison.

Remis de sa blessure lors de la Coupe du Monde, Neymar a encore franchi un pallier. Dans l’ombre de Messi et Ronaldo, le brésilien ne s’en montre pour autant pas moins important. Bien plus décisif que la saison dernière (avec un but tous les 3,5 tirs cette année contre 7,5 tirs en 2013-2014), il a indéniablement franchi un palier et sa collaboration avec son homologue argentin semble s’être encore sensiblement améliorée. Attendu au tournant cet été, Neymar a répondu à tous ses détracteurs en s’imposant comme le leader offensif d’une sélection très critiquée et sa blessure a sonné le glas du parcours de ses coéquipiers. Malgré la déception, le sud américain a su se remobiliser et a repris le chemin des terrains avec davantage de sérénité et un rôle davantage prépondérant au sein d’un collectif parfaitement huilé et orchestré avec brio par un Lionel Messi toujours aussi formidable à regarder et décisif aussi bien devant le but qu’à la dernière passe (33 buts et 19 passes décisives en 31 matchs toutes compétitions confondues).

Derrière ce duo, Luis Suárez, à l’instar de Neymar la saison passée, n’a pas été épargné par les critiques. Pourtant, avant son transfert, nombreux étaient ceux qui s’inquiétaient de savoir si l’uruguayen saurait s’intégrer et refouler sa forte personnalité pour servir le collectif barcelonais qui fait depuis des années la force du club catalan. Aujourd’hui, son intégration n’est plus remise en doute mais c’est bien son rendement devant le but qui est en cause. Avec six buts en 19 matchs, le Suárez de Liverpool est bien loin. Seulement, avec déjà pas moins de onze passes décisives, l’uruguayen a su devenir un élément incontournable chez les blaugranas à tel point que Pedro, son substitut, n’a débuté qu’à cinq reprises en trois mois lors de rencontres secondaires (Almeria, Getafe, Cordoue, Real Sociedad et Elche).

Implacable ce week-end encore, la triplette offensive de Barcelone régale depuis plusieurs journées déjà mais il lui reste à présent à confirmer sur la scène européenne où l’attend justement Manchester City pour la revanche de la saison dernière. En attendant, Messi, Suárez et Neymar risquent encore de faire tourner la tête de plus d’un gardien en Liga.

Suárez, Neymar et Messi au FC Barcelone

© 1001 sports / Reuters (Image à la une)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire