MHSC, déjà la crise ?

“Je pense qu’on l’aurait gagné”. Cette phrase de Jean Fernandez résume à elle seule la position dans laquelle se trouve le MHSC à l’heure actuelle : dans l’expectative la plus totale. Après 5 matchs nuls consécutifs, le Montpellier version Jean Fernandez ne convainc toujours pas. Pire, les supporters de la Paillade sont déjà sceptiques et n’ont pas hésité à le faire savoir lors de la réception de Rennes cette semaine.

Il faut dire qu’au delà du niveau comptable qui n’est pas si désastreux, c’est la qualité de jeu proposée par les Montpelliérains qui n’est guère satisfaisante. Adepte du beau jeu sous l’égide de René Girard, le MHSC a quelque peu perdu ce statut en ce début de saison. Intraitable à domicile lors de l’année du titre, une des meilleurs équipes à domicile la saison passée, Montpellier peine cette année à exister devant son public ne comptant ainsi qu’une unique victoire à son compteur.

Les départs de joueurs clés de l’effectif champion de France n’ont pas été remplacés qualitativement à l’image de Daniel Congré, Emmanuel Herrera, Gaëtan Charbonnier et Anthony Mounier qui n’ont jamais su faire oublier leurs prédécesseurs à savoir Mapou Yanga M’Biwa, John Utaka et Olivier Giroud. Amoindri et victime d’un début de saison difficile lié à la pression et l’enchaînement des matchs, Montpellier n’a pas su confirmer après son titre. Cet été, avec le départ de son maître à jouer, Younès Belhanda, et de Henry Bédimo, le MHSC a encore connu des chamboulements et malgré la place de plus en plus importante de Rémy Cabella au sein de l’effectif, celui-ci ne s’en retrouve pas moins perturbé.

Rémy Cabella avec Montpellier - MHSC 2013

Très largement critiqué avant même son arrivée dans l’Hérault, précédé par sa réputation d’entraîneur défensif privilégiant la solidité à toute épreuve plutôt que l’animation offensive, Jean Fernandez n’a pas déçu en ce sens où il n’a pas failli à sa réputation. Difficile pour le public de la Paillade de soutenir un entraîneur critiqué de toutes parts dont le dernier club aura été l’AS Nancy Lorraine, descendu en Ligue 2 entre temps. D’autant plus quand l’on sait que deux des recrues principales du club sont Djamel Bakar et Yassine Jebbour (eux aussi en provenance de l’ASNL), l’avenir du MHSC ne semble pas s’annoncer des plus réjouissants.

Si l’on n’est pas encore en crise du côté de Montpellier, il va rapidement falloir se poser les bonnes questions du côté de Jean Fernandez et de ses adjoints. À commencer par comprendre comment une équipe qui, entre Septembre 2011 et Juin 2013 n’avait concédé que 14 matchs nuls, peut en enchaîner 5 consécutifs. Si la situation n’est pas trop alarmante pour un club au budget de Montpellier, c’est plus la situation d’un club qui était encore champion de France il y a à peine un an qui est plus inquiétante. Aux joueurs et au staff de trouver à présent des solutions sous peine de voir les supporters montpelliérains réclamer la même chose que les supporters nancéens il y a un an : le départ d’un entraîneur qui peine à convaincre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire