Nantes à la croisée des chemins

Maintenus la saison dernière malgré un effectif en grande majorité venant de Ligue 2, Nantes a été surprenant par son envie, sa ténacité, étant même dans le top 5 au mois de décembre ! Sur le terrain les canaris se sont comportés en hommes. Ce qui n’était pas le cas en coulisses avec l’interdiction de recrutement qui est tombé sur la tête de l’octuple champion de France qui ne peut plus recruter lors de ce mercato et celui qui arrivera en janvier. Pris au dépourvu, la famille Kita a anticipé néanmoins en signant le défenseur Danois Kian Hansen en provenance d’Esbjerg  (tombeur de Saint-Etienne en Europa League) l’hiver dernier, en recrutant également le milieu défensif Rémi Gomis et s’octroyant le prêt de l’attaquant Israélien Itay Shechter (l’option d’achat a été levée récemment). Des arrivées mais aussi des départs et pas des moindres. Filip Djordjevic après six années passées sur les rives des bords de l’Erdre a quitté le navire pour les sirènes de la Lazio, un départ chaotique qui n’avait pas vraiment plus au peuple canari, et également Adrien Trebel (Standard de Liège), Fabrice Pancrate (non prolongé), Banel Nicolita (prêt non levé). Ce club de quatre qui fermera sans doute le chapitre départs des jaunes et verts, c’est en tout cas le souhait des dirigeants et de Michel Der Zakarian. Oui car quelques incertitudes planaient encore sur les cas d’Issa Cissokho, Papy Djilobodji. Mais la grande nouveauté, est à mettre à l’actif du centre de formation,  dix joueurs ont signé un contrat professionnel et auront un rôle important dans ce championnat où le FC Nantes jouera toujours le maintien, tour d’horizon d’une jeunesse dorée au sein de la maison jaune en compagnie de Matthieu Bideau (recruteur pour le centre de formation du FC Nantes) pour certains de ces jeunes talents.

Nassim Badri (gardien), l’enfant du pays

Né à Nantes, Nassim Badri est un enfant de la sixième cité de France, natif du quartier des Dervallières dans l’agglomération nantaise, le Franco-Algérien de 19 ans s’est vu offrir un contrat d’une année par le club. Il occupera le rôle de troisième gardien derrière Rémy Riou et Maxime Dupé (qui passe en numéro 2 avec le départ d’Erwin Zelazny). Le jeune portier titulaire à six reprises en CFA la saison passée sera cantonné comme il le fait depuis maintenant deux ans au banc et aux entraînements avec l’effectif professionnel. Ce qui d’ailleurs ne l’inquiète pas vraiment, comme il le déclarait récemment à Julien Soyer de Ouest France

“Maintenant mon objectif est d’être solide à l’entraînement pour, si l’occasion se présente, avoir ma chance pour quelques bancs en Ligue 1.”

Ce qui n’aurait sans doute pas été le cas si d’anciennes personnes étaient restées au club, dans l’interview il affirmait également que l’ancien entraîneur des gardiens du club (cf Fabrice Grange aujourd’hui à Saint-Etienne) lui avait dit lorsqu’il avait 14 ans

“Toi tu dégages, tu es trop petit, je ne te veux pas !”

Il est vrai que sa taille (1m81) qui est aussi sa limite minimale tolérable reste un inconvénient, mais Nassim est un bosseur acharné, travail de musculation pour le haut du corps. Ainsi, il souhaite que sa relative petite taille se voit le moins possible. Néanmoins, le numéro 3 des canaris possède des qualités de lecture de trajectoires et d’anticipation, très appréciable.

Le carré d’as, Anthony Walongwa, Léo Dubois, Aristote N’Dongala et David Alcibiade

La jeune garde nantaise est également garnie de talentueux défenseurs, tout d’abord Anthony Walongwa international U20 du Congo et défenseur central de son état. Lui est aussi né à Nantes (également du quartier des Dervallières). Il a franchi tous les paliers du centre de formation depuis 2003. Dans la même génération que Nassim Badri et Jordan Veretout ce solide gaillard d’un mètre 82 pour 81 kg rêvait il y a un an de pouvoir signer un contrat professionnel comme il l’expliquait à LeopardsfootTv :

“J’espère vraiment poursuivre à Nantes, car j’ai été formé depuis tout petit et j’habite ici, ça serait une fierté pour moi, pour ma famille que je signe un contrat professionnel.”

C’est désormais chose faite et il n’est pas le seul bien évidemment. Car des hommes de couloirs ont signé eux aussi un contrat pro, dont Aristote N’Dongala, titulaire lors de la dernière journée à Bastia. Ce gaucher polyvalent, capable de jouer tant en position de latéral que d’ailier a paraphé un bail de 3 ans avec les canaris, preuve que le club a une entière confiance en celui qui lors d’un mondial de Montaigu avait scoré un triplé face à Saint-Etienne et qui par la suite, avait terminé meilleur buteur de la compétition. Pourtant, le chemin fût long et semé d’embûches pour le natif de Kinshasa, arrivé à 16 ans en France pour suivre une formation d’électricien dans l’entreprise de son oncle ! Aucun club n’accepte de le prendre à l’essai mais peu de temps après il parvient finalement à s’ouvrir les portes de l’US Créteil-Lusitanos. Son entraîneur disait de lui à l’époque :

“Quand il a signé chez nous, je savais déjà qu’il ne ferait pas plus d’une saison au club..”

Bingo ! Par la suite il est repéré par les recruteurs nantais venus pour un autre joueur de son équipe, sa capacité à éliminer et à accélérer balle au pied a convaincu. Il signe un contrat de 2 ans et monte les échelons pour atteindre aujourd’hui l’effectif pro de la maison jaune. Preuve que Dominique Casagrande et Matthieu Bideau ne s’étaient pas trompés à son sujet. Garçon n’ayant pas d’états d’âme, exemplaire dans le sérieux et l’investissement, c’est un bosseur acharné qui ne va pas se morfondre sur tel ou tel choix de l’entraîneur. Les événements “glissent” sur lui nous raconte justement Matthieu Bideau.

Dans la même génération que N’Dongala, nous trouvons Léo Dubois, une des valeurs sûres à son poste. Ce latéral droit de vingt printemps a rallié l’octuple champion de France à l’orée de ses quatorze années, originaire de Sainte-Gemmes-d’Andigné dans le Maine-et-Loire ce fan de Daniel Alves possède une grande maîtrise technique pour son âge et malgré un tempérament offensif , il défend excessivement bien dans son couloir. Appelé pour la première fois par Michel Der Zakarian lors du voyage à Valenciennes, Léo à lui aussi signer un contrat de 3 ans et sera sans doute le troisième larron au poste de latéral droit, Issa Cissokho et Chaker Alhadur gardant une longueur d’avance. Mais nul doute qu’on entendra parler de lui.

David Alcibiade est lui le plus âgé de ce quatuor (22 ans). Passé par Lille, et arrivé à Nantes en 2011, le latéral droit a plus connu les joies de la CFA que de la Ligue 2/Ligue 1. Même si on va mettre à son actif une titularisation face au Gazélec Ajaccio il y a deux ans, une titularisation qui n’aura duré que dix minutes, puisqu’il s’était blessé rapidement. Doté d’une grosse expérience et d’une bonne technique, il ne devrait cependant pas jouer les troubles-fête cette saison, mais sait-on jamais.

Le gabarit au service de la technique, Abdoulaye Touré, Najib Gandi et Valentin Rongier

Le premier est connu surtout pour avoir été au centre de l’affaire des 3 points de Nantes-Bastia. Rentré en jeu au cours de la seconde période face au club Corse, Abdoulaye Touré n’aurait pas dû participer à la rencontre car il était suspendu ! Depuis cette histoire a connu multiples remous et des sorties devant plusieurs tribunaux pour l’avocat du FC Nantes. Associé directement à une affaire rocambolesque dans son scénario, le milieu de terrain reste avant tout un footballeur. Dur sur l’homme et solide dans l’impact physique, il a convaincu les dirigeants de le faire signer pour trois ans. Le gamin de Malakoff (quartier de Nantes) souhaite surtout qu’on parle de lui sur ses prestations sportives sur le terrain, à lui de le démontrer.

Najib Gandi est moins connu que son acolyte, mais le milieu de terrain, capable de jouer en 6 qu’en 10 reste un joueur à forte progression. Viré du centre de formation de Toulouse à 16 ans, il a retrouvé refuge en Loire-Atlantique deux mois plus tard. Ce joueur imposant (1m88 par la taille) souhaitait l’été passé faire une ou plusieurs apparitions en Ligue 1, ce qui ne fût pas le cas. Il retentera sa chance cette saison dans un secteur plutôt bien fourni (Deaux, Gomis, les deux Touré, Veretout).

Le dernier de ce milieu est sans doute un des grands espoirs de la formation nantaise, considéré comme “un crack” Valentin Rongier pourrait être le symbole d’une nouvelle génération aux dents longues. En stage à Annecy avec l’ensemble de l’effectif, le milieu relayeur a déclaré au micro d’Anthony Brulez (France 3 Pays de la Loire) qu’il espérait que de nombreux jeunes allaient pouvoir jouer cette saison pour montrer que le centre de formation du FC Nantes est encore présent. Sur le plan personnel, il prendra ce qu’on lui donne. Garçon posé, intelligent et avec un excellent état d’esprit, Valentin Rongier sur le plan footballistique est un format de poche (1m72 pour 66 kg), technique et doté d’une très bonne qualité de passe, à l’image de son aîné Jordan Veretout. Reste à améliorer sa puissance au niveau des courses et dans les duels, des points qui seront sans doute vite gommés pour celui qui est né à Maçon, ville d’un certain Antoine Griezmann…

Dans la lignée de ce qui a été fait par le passé, Amine Oudrhiri, Yacine Bammou 

(crédits photos FC Nantes)

Ils n’ont pas été formés au club mais suivent une frise chronologique débutée il y a de cela quelques années. A défaut de parfois faire passer des jeunes du centre professionnels, le club s’est envolé sur d’autres contrées. Prendre dans les divisions inférieures des joueurs qui ne sont pas passés par un centre de formation et cela a payé. Aujourd’hui Papy Djilobodji et Issa Cissokho sont des titulaires indiscutables en défense et Birama Touré est souvent titulaire à la récupération. Des hommes qui ont connu un parcours parfois chaotique et semé d’embûches. L’été dernier c’est dans cette logique sportive qu’est arrivé Yacine Bammou en provenance d’Evry. A l’époque, la CFA2 du FCN venait de monter en CFA et Loïc Amisse alors coach de l’équipe (désormais adjoint de Michel Der Zakarian) souhaitait un attaquant “solide”. Recommandé par un ami, Matthieu Bideau l’a alors pris en stage pour la dernière semaine d’entraînement. Bammou a convaincu, aisance technique, capacité à jouer juste, grosse détente, qualité du jeu de tête, en remise, gestes instinctifs, un profil “rasé”. Pris alors par le temps, Matthieu Bideau s’empresse de conclure l’affaire avec un contrat d’amateur d’une saison. Le jeune attaquant a saisi sa chance et s’est rapidement entraîné avec le groupe pro après une excellente préparation en CFA (5 pions en 6 matches). Le staff a décidé ensuite de lui proposer un contrat professionnel (qui porte sur deux années). En janvier dernier, il a été prêté six mois à Luçon (national) pour s’aguerrir encore plus. Mais le garçon a aussi une belle anecdote, il est l’ancien vendeur de la boutique du PSG ! Rien que ça. Yacine a même proposé ses services à l’époque à Leonardo qui lui avait gentiment répondu : “Tu joues au foot toi ?”

Et oui plutôt bien, car maintenant le vendeur est footballeur et son souhait le plus cher est de jouer contre Paris, face à ses stars comme Ibrahimovic qui l’ont vu et qui pourraient le croiser désormais sur le rectangle vert.

Amine Oudrhiri quant à lui est un milieu capable de jouer un rôle offensif que défensif. Longuement suivi par Bideau et le FC Nantes (depuis le Racing Club de France en CFA2) grâce Jean Robert Bourrier (recrutement Île-de-France). Le gamin d’Ermont dans le Val-d’Oise a franchi les paliers jusqu’au Red Star en championnat national. Recruté au coeur de l’hiver afin qu’il prenne ses marques afin d’attaquer la nouvelle saison sur les chapeaux de roue. Oudrihi est un monstre athlétique pour le recruteur des canaris et des tests physiques hors normes. Capable de répéter les efforts intensifs sur la durée de façon rare, il impressionne par sa polyvalence.

Dans la cours des grands, Georges-Kevin N’Koudou 

Le garçon a déjà foulé la pelouse de la Beaujoire et quelques-unes de Ligue 1. Talent précoce de 19 ans, GK comme il est surnommé par ses coéquipiers est diamant à l’état brut. Repéré par sur un match U17 Nation à l’ACBB (Boulogne-Billancourt) alors qu’il n’est seulement qu’un U16. Le weekend suivant face à Guingamp, Matthieu Bideau revenu le voir ne s’est pas posé de questions, il a “dégainé” . Ses qualités sont nombreuses : vitesse, puissance, différences faites balle au pied, perforation. Un ailier/attaquant rapide et excessivement technique, sa palette est large même s’il doit encore s’améliorer dans la dernière touche, être encore plus chirurgicale dans la passe, les centres. Toujours de bonne humeur, il respire la joie de vivre dixit Matthieu. Presque buteur contre Bastia lors de la première journée, il a scoré véritablement face à Lorient en Coupe de la Ligue. Ajouté à cela des apparitions et surtout en point d’orgue une titularisation dans le match que le peuple nantais attend avec impatience, face à Rennes. Une titularisation chaotique où GK à l’image de ses partenaires, n’a pas été dedans (défaite 3-0). On se souviendra aussi qu’il était à l’origine de l’égalisation d’Olivier Veigneau en demi-finale de la Coupe de la Ligue contre Paris. Courtisé dans le passé par de grands clubs européens, toujours avares de faire son marché en France, notamment dans les centres de formation, N’Koudou a choisi la stabilité et la progression au détriment de l’appât du gain et de l’exode rapide à l’étranger.

Des jeunes joueurs qui auront leur mot à dire durant la saison, et qui devront suivre le chemin de leurs aînés (Maxime Dupé, Chaker Alhadur, Koffi Djidji, Jordan Veretout) qui petit à petit prennent une place importante dans le dispositif de Michel Der Zakarian pour les trois premiers cités. Le dernier lui est déjà un pion quasiment indispensable sur l’échiquier du coach Arménien.

Un effectif stable”

Interdiction de recrutement oblige, l’effectif n’a pas bougé. Hormis des départs presque prévus à l’avance (Djordjevic, Trebel, Nicolita, Pancrate) et des arrivées définitives (Shechter, Audel) plus celle d’Hansen qui a posé son baluchon sur les rives des bords de l’Erdre au début du mois de juin. Terminé les transferts à outrance, les achats sur des joueurs dits “mercenaires”. Les erreurs sur ce domaine ont été effacés. Un collectif stable, sain et qui s’apprécie peut faire bien des miracles. Le football est un sport où on doit connaître son coéquipier sur le bout des doigts (et des pieds). C’est le cas à Nantes désormais, trois années que l’équipe n’est pas chamboulée et on retrouve les mêmes hommes à l’abordage de la Ligue 1. Des cadres présents et qui emmèneront dans leur sillage la jeune vague. On pense forcément à Rémy Riou, Olivier Veigneau, Papy Djilobodji, Lucas Deaux, Serge Gakpé ou encore Vincent Bessat. Les étrangers eux aussi pointeront à la barre du navire canari. Alejandro Bedoya devenu rapidement un des chouchous du public et auteur d’une bonne fin de saison, Itay Shechter qui souhaitera débloquer son compteur, rester nul et vierge à la fin de la saison. On attendra énormément du Danois Kian Hansen en concurrence avec vraisemblablement Oswaldo Vizcarrondo et Koffi Djidji. Une émulation attendue et qui se doit d’être rapidement mis en place. Le maintien étant toujours l’objectif du club, et de ce fait, un mauvais départ pourrait faire passer la joie et la bonne humeur à la sinistrose.

“Un public retrouvé”

L’importance du douzième homme dans le football, capable de t’aider à aller chercher l’égalisation ou la victoire. La Beaujoire a parfois retrouvé ses heures de gloire la saison passée. Une génération de jeunes supporters a pris le pouvoir et entraîné par la Brigade Loire (Ultras), elle ne cesse d’encourager son équipe, à domicile et à l’extérieur. Le mur jaune surnommé par différents médias a encore de belles heures devant lui et il aura son importance en cas de contre-performances sur le plan sportif. Cependant, une nouveauté dans les tribunes a chagriné les fans de la maison jaune et a même indigné certain(es) sur les réseaux sociaux. L’installation de barrières anti-vagues afin d’empêcher la descente des supporters sur les buts inscrits par le FCN. Les mouvements de foule brusque ont en effet causé des dégâts et des remous (30 blessés, dont 10 ont terminé au CHU constatait le site metronews.fr). Un système voulu par le club pour gagner en sécurité. Néanmoins la fronde a répliqué et causé un tollé sur Facebook ou Twitter. Espérons que les barrières ne seront pas l’objet de détérioration ou de nouveaux accidents. Car le public nantais s’est retrouvé l’année passée et nul doute qu’il a encore envie de fêter comme il se doit, de nombreuses victoires.

“Enfin un futur stable ? “

Les années passent et le FC Nantes espère toujours retrouver son lustre d’antan. Pour ce faire, après quelques dérapages, la famille Kita s’est cantonné à stabiliser le staff, l’équipe et redorer le blason du club. La remontée en Ligue 1, le maintien à l’issue de la saison ont été des objectifs mettant en valeur ce travail. La Jonelière est désormais bien plus sereine, le calme est revenu et il se doit de rester. La reconstruction est encore longue, mais à l’heure où nous parlons, l’ancien demi-finaliste de la Ligue des Champions (c’était en 1996, presque 20 ans) à poser de nouvelles bases solides et si l’interdiction de recrutement a freiné l’assemblage d’un nouvel édifice. Il est fort à parier que les affaires s’estompent en coulisses. Le terrain reprendra alors ses droits et nous verrons si Nantes entame enfin son renouveau, pour le bien du football hexagonal.

 

5 Comments

  1. Communiqué – De l’ équipe de BRESIL à l’attention du PARIS S. G. –
    Et UN, et DEUX, et TROIS à ZERO !
    Ce samedi 12 juillet ( encore !), les bleus ont, à nouveau, battu le BRESIL par 3 à 0 … Bravo . . . HOLLANDE ! ! !
    Suite à la réception de 19 mails, émanant deTOUTES les autres équipes de la Ligue 1, nous suppliant de vous expédier, au plus vite, Thiago SILVA, David LUIZ, MAXWELL .
    Comme convenu, sitôt la fin du match, nous avons réquisitionné un avion, en urgence, afin de vous renvoyer vos 3, pleureuses, danseuses en tutu !
    Leur avion est très fiable, aussi, nous espérons qu’il n’y aura pas de crash, (à part le score des matchs de la seleçao … ) , et, donc, qu’elles ne se casseront pas la . . . ” pipe ” !
    Au fait, pour la livraison de votre ” défense en Bois “, vous préférez: au Bois de Boulogne, ou bien, au bois de SAINT CLAUDE (où il paraît qu’ils en taillent aussi des bonnes ! ) ?
    Nous pensions pouvoir la stocker dans une fine halle, mais la place est déjà prise !
    A part ça, sur la plage de COPACABANA, il pleut, comme si le ciel brésilien déversait des torrents de larmes ! Le sable est collant, et les brésiliennes dansent sans bas !

  2. BRAVO Thomas ! Continuez comme ça ! Cela nous change des posts de bas étage dans lesquels les internautes s’insultent parce que leur intellect est incapable d’admettre un autre point de vue que le leur ! Au moins, vous élevez le niveau ! J’adhère totalement ! Amitié sportive et total respect ! ALLEZ le F.C. NANTES

    • Le débat a pour but d’avoir des échanges constructifs, nous supportons toutes et tous le même club ! Alors pourquoi s’insulter ? On souhaite que le FC Nantes regagne des titres, nous fasses rêver. :)

  3. Félicitations ! Une présentation particulièrement attractive, et quasi exhaustive, en y ajoutant la promesse d’un avenir radieux, sous la houlette d’un trio d’entraîneurs aux compétences complémentaires : DER ZAKARIAN, Loïc AMISSE et Bruno BARONCHELLI

    • Merci beaucoup Pierre, ce fut un travail de longue haleine. Et il faut également remercier Matthieu Bideau (recruteur du centre de formation du FCN) pour ses informations ! Sans lui l’article n’aurait pas connu l’effet espéré !

      Amicalement Thomas

Laisser un commentaire