Nicolas Anelka au Brésil : les 5 scénarios possibles

Nicolas Anelka sous le maillot de West Bromwich Albion, en 2013.

Le président de l’Atlético Mineiro, Alexandre Kalil, l’a annoncé ce matin sur son compte Twitter : Nicolas Anelka est désormais un Galo, un membre du club brésilien. Sans club et libre depuis son départ de West Bromwich Albion le 14 mars dernier, après l’affaire dite “de la quenelle”, l’ex-Bleu devrait donc découvrir le championnat du Brésil.

Nous avons donc imaginé cinq scénarios que pourrait entraîner la signature d’Anelka (35 ans) dans le club de son ancien partenaire au PSG Ronaldinho. Du plus au moins optimiste, du plus réaliste au plus loufoque, avec une pointe d’humour, voici ce que pourrait vivre l’avant-centre controversé au Brésil.

1. Le scénario le plus probable : une extinction à petit feu

Anelka arrive au club de Belo Horizonte dans le courant du mois d’avril. Dès le premier match de championnat, le 19 avril, face aux Corinthians, il trouve la faille sur un caviar délivré par Ronaldinho. Néanmoins, au fil des matchs, Anelka ne parvient pas à s’imposer sur le front d’une attaque où figurent les internationaux brésiliens Jô (ex-Manchester City) et Diego Tardelli (ex-PSV et Anzhi Makhatchkala). A la fin de la saison de Serie A brésilienne 2014, en décembre, il quitte l’Atlético Mineiro avec lequel il n’a joué que dix matchs, pour un seul but. Destination : le FC Bunyodkor, en Ouzbékistan. “Pour le challenge sportif”.

Ronaldinho et Nicolas Anelka.
Ronaldinho et Nicolas Anelka.

2. Le scénario le plus pessimiste : une brutale fin de carrière

Premier match de la saison de Serie A pour l’Atletico Mineiro. Au front de l’attaque, Anelka est bien en peine face à une défense des Corinthians très rugueuse. Gil, défenseur passé par Valenciennes, fait voir du pays à l’international tricolore. Bilan : au bout de cinq minutes de jeu, Anelka est victime d’une rupture des ligaments croisés et doit mettre un terme à sa carrière. Mais, plutôt que de rentrer en France, Nico profite de sa convalescence pour découvrir Rio et Copacabana. Et pour signer quelques contrats publicitaires, histoire de financer sa retraite.

Samir Nasri et Nicolas Anelka s'entraînent ensemble en équipe de France, en 2010.
Samir Nasri et Nicolas Anelka s’entraînent ensemble en équipe de France, en 2010.

3. Le scénario miracle : Anelka à la Coupe du monde 2014!

Dès ses premiers matchs à Belo Horizonte, Anelka met but sur but. Sur le front de l’attaque des Galos, il supplante Jô et Tardelli. Son association avec Ronaldinho fonctionne à merveille : l’ex-Barcelonais, meilleur passeur du championnat brésilien, fait d’Anelka le meilleur buteur. Didier Deschamps n’a pas oublié Anelka, banni de la sélection à cause de quelques insultes lancées à l’encontre de Raymond Domenech en 2010. Il appelle donc, à la surprise générale, le Martiniquais pour participer au Mondial brésilien. Anelka, qui n’a pas à traverser l’Atlantique pour jouer la Coupe du monde, devient très vite indiscutable en attaque et enquille les buts. Logiquement, c’est avec le brassard de capitaine qu’il soulève le plus prestigieux trophée du football, le 13 juillet 2014. Il est d’ailleurs élu meilleur joueur de la compétition, et signe au PSG lors du mercato estival. A 35 ans, il relègue Zlatan sur le banc.

La une de L'Equipe, en juin 2010, révélant les insultes qu'aurait proféré Anelka au grand public.
La une de L’Equipe, en juin 2010, révélant les insultes qu’aurait proféré Anelka au grand public.

4. Le scénario le plus drôle : le clash avec le coach

Anelka arrive au Brésil avec le statut de l’homme qui a insulté son sélectionneur en 2010. Son coach, Paulo Autuori, essaie de le cadrer d’entrée. Peine perdue, puisque le Français remet en cause la profession de sa mère. Mis à l’écart de l’équipe première, Nicolas Anelka ne dispute pas une minute sous les couleurs de son club. En froid avec Ronaldinho et ses coéquipiers, il fait le choix d’épargner plutôt que de se fatiguer à jouer avec la réserve. Pas bête.

Nicolas Anelka sous le maillot de West Bromwich Albion, en 2013.
Nicolas Anelka sous le maillot de West Bromwich Albion, en 2013.

5. Le scénario le plus polémique : l’exportation de la quenelle au Brésil

Pas au niveau, Anelka déçoit et ne marque qu’une demi-douzaine de buts au cours de la saison. Relégué sur le banc, il trouve un bien meilleur moyen de se faire remarquer. A chaque but, chaque entrée en jeu, il réalise la fameuse “quenelle” du controversé Dieudonné, qui lui avait valu de tomber en disgrâce à West Bromwich Albion. Les Brésiliens, prenant le geste pour une marque de bonheur et de convivialité, réalisent à leur tour la “quenelle”, qui devient un phénomène de mode outre-Atlantique. A un tel point que le 13 juillet 2014, Neymar, qui inscrit le but de la victoire pour le Brésil en finale de la Coupe du monde, salue les supporters auriverde en faisant le geste polémique. Assis devant sa télé, Dieudonné exulte, tandis que la LICRA décide de porter plainte.

© ActuSports.fr / © ActuSports.fr / © AFP / © Africa Top Sports

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire