La nouvelle vie de Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena sous la tunique du Dynamo Moscou.

Le dossier a été l’un des plus suivis du mercato en France. Après son Mondial très réussi au Brésil sous le maillot bleu, on aurait pourtant pensé que Mathieu Valbuena, qui voulait à tout prix quitter l’OM, ferait l’objet de davantage de convoitises. Les intérêts de Valence et de la Fiorentina n’ont pas débouché sur du concret, et les seuls clubs à s’être positionné sur le dossier Valbuena n’avaient rien de prestigieux : West Ham, Queens Park Rangers en Premier League et le Dinamo Moscou en Russie.

Le Français refusait tout d’abord une première offre du club moscovite, préférant attendre d’autres propositions, avant d’accepter la deuxième, faute de mieux, et de s’engager pour trois saisons. L’OM récupérait, pour la vente du joueur formé aux Girondins de Bordeaux, passé par le Langon FC et Libourne-Saint-Seurin, l’équivalent de 7,5 millions d’euros. Le choix de Mathieu Valbuena en a pourtant étonné plus d’un.

Mathieu Valbuena sous la tunique du Dynamo Moscou.
Mathieu Valbuena sous la tunique du Dynamo Moscou.

En effet, en allant s’engager chez le quatrième du dernier exercice de championnat russe plutôt qu’au sein de clubs de milieu voire bas de tableau en Angleterre, Valbuena privilégiait l’aspect financier (plus de 3 millions d’euros par an de salaire) et l’assurance de disputer les compétitions européennes [NDLR : le Dinamo s’est qualifié in extremis pour les poules de l’Europa League en battant les Chypriotes d’Omonia grâce à un but à la 90’+3 de Christopher Samba lors du match retour] mais le pari était risqué : en allant jouer dans un championnat beaucoup moins exposé aux projecteurs, sa place de titulaire indiscutable en équipe de France, à deux ans de l’Euro 2016, paraît désormais plus précaire.

Mais Mathieu Valbuena fait tout le nécessaire pour la garder. Rentré en jeu pour la première en fin de match lors de la défaite à domicile face au rival du Spartak (1-2), Valbuena, titularisé par la suite, a donné deux passes décisives lors du match suivant à Ufa (0-2) avant de récidiver deux fois à Tula (1-2). Muet mais convaincant pendant la victoire contre le FK Oural (2-0), il a débloqué son compteur but avec un magnifique coup-franc pour ouvrir le score à Krasnodar ce week-end (0-2).

Valbuena est donc devenu, en l’espace de quelques semaines seulement, un atout incontournable au sein du Dinamo Moscou (actuel dauphin du Zénith, leader), notamment sur coups de pied arrêtés où il a pu servir des joueurs d’expérience comme l’attaquant international allemand Kevin Kuranyi. L’ailier droit, sous le feu de la critique après une piètre saison en club à l’OM, a tout pour devenir une idole à Moscou, où “Petit Vélo” bénéficie d’un appartement dans un quartier huppé de la ville, qui est actuellement considérée comme la plus luxueuse d’Europe devant Paris, et, comme le rapporte So Foot, d’un taux d’imposition très favorable à 13%.

Il reste que, même si la Premier League russe est un championnat qui a plutôt la côte en ce moment et qui vient de devancer la Ligue 1 en termes d’indice UEFA, le niveau est relativement faible en dessous des cinq clubs qui occupent les places européennes, et on observe une fracture très nette entre le haut et le bas de tableau. Valbuena soufflant ses trente bougies à la fin du mois, il n’aura sans doute plus les jambes de ses vingt ans à l’Euro 2016, bien qu’il soit encore loin de la retraite et qu’il puisse compter sur d’autres atouts que sa vitesse (coups de pied arrêtés, qualité de passe, lecture du jeu). Pourra-t-il, grâce à ses performances en Russie, garder sa place de titulaire en sélection ? On le saura bien assez tôt.

© Facebook – Mathieu Valbuena

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire