On n’a pas le même maillot, mais on a le même chéquier : Episode 2

Dmitry Rybolovlev et Albert de Monaco

Plus violent que la guerre en Syrie, plus captivant que la dernière saison de Breaking Bad, plus électrifiant qu’un bain de Claude François, c’est le retour de ma rubrique sur Papinade. C’est parti !

Christian Jeanpierre, et c'est signé Frédéric Callenge

et c’est signé Frédéric Callenge

Je ne pouvais raisonnablement pas commencer l’épisode 2 de cette fabuleuse rubrique sans mentionner les deux prestations de l’Equipe de France face à la Géorgie et la Biélorussie, deux monstres du football mondial qui ont donné du fil à retordre à nos Bleus. Jamais cette équipe ne m’avait paru aussi peu entraînante et excitante et il est clair que nous sommes dans un creux générationnel, tel qu’on a pu l’être durant la période séparant les ères Platini et Zidane. Quand on voit qu’on se tape des mecs style Guilavogui ou Sagna et que notre meilleur joueur aligne pas trois mots sans baver, je ne veux pas m’avancer, mais je suis prêt à parier que pas grande monde ne se sent représenté par cette équipe aujourd’hui. Il y a urgence pour l’Equipe de France, et il y a surtout urgence capillaire pour Karim Benzema. Benzema, c’est plus de 1200 minutes sans marquer, et plus de deux mois sans consulter un coiffeur de qualité. Et ça commence à faire beaucoup.

Page service public terminé, revenons à nos moutons (dorés). Et ohhh qu’il y en a des choses à dire sur le PSG et Monaco cette semaine… Tout d’abord, Thiago Silva. Le défenseur brésilien a donné une interview au très sérieux journal anglais The Guardian et y a expliqué pourquoi il était resté à Paris malgré les sollicitations barcelonaises de cet été. Et ben le mec y va franco et explique carrément qu’il est resté pour le projet spor…, euh non, le fric : «Dire deux fois non à Barcelone, c’est une décision difficile. Tout le monde sait que j’admire ce club depuis que je suis tout petit. Mais la vie est faite de décisions difficiles qui vont parfois à l’encontre de vos rêves. J’ai entendu des gens dire que je ne pensais qu’à l’argent. Mais ils oublient que nous avons des familles à nourrir. Pourquoi accepterais-je de gagner moins d’argent à Barcelone ? Pourquoi les joueurs devraient être ceux qui font des sacrifices ». Le type est quand même magnifique. Comprenez : il a une famille à nourrir !! Imaginez le bouleversement si son salaire passait de 10 millions à 8 millions d’euros annuels ! J’imagine bien le dilemme du mec quand il doit faire manger ses gosses : « Hé fiston, Papa a des problèmes financiers en ce moment, donc ce soir, c’est soit tu finis le caviar d’hier, soit c’est des raviolis petit casino». Remercions des gens comme Thiago Silva qui ont l’humilité de se serrer la ceinture en ces temps si difficiles ! PSG et PSA, même combat. Surtout change rien mec, on t’adore.

Sinon, Paris jouait contre Bordeaux et Dieu que ce fut dur pour les Bordelais. Plus de 600 passes du côté PSG (ndlr : 612 exactement) contre environ 300 pour des Girondins dépassés et battus sur le net score de 2 à 0. Lucas a été très bon et a même marqué son premier but depuis son arrivée à Paris. Champion mon frère ! Sans déconner, il était plus que temps. Paris a mieux joué sans Pastore et Verratti a été efficace, ce qui relance le débat sur l’utilisation de l’argentin dans le dispositif parisien. Après avoir vu le match contre Bordeaux, un nouveau dispositif semble toutefois convenir parfaitement à Pastore : le banc de touche.

Aimé Jacquet, entraîneur de l'Equipe de France 1998

Muscle ton jeu, Javier !

Bordeaux stagne dans les tréfonds du classement et semble parti pour vivre une saison galère, mais comme dirait Henri Saivet, les Girondins ont « plus d’un arc à son flèche », prix Victor Hugo (Montano) de la plus belle phrase de footballeur de merde de l’année 2013. En tout cas, mon conseil : si Triaud cherche un milieu de terrain, y a Pienaar qui est disponible, il est pas mal, et en plus on pourra faire plein de jeux de mots sur sa signature. Sinon, le PSG ça fait mal quand même, rien que de voir que Cavani et Lavezzi étaient sur le banc à Bordeaux, et que Ménez est en phase de reprise. Cette saison risque d’être kafkaienne pour les futurs adversaires du PSG…

Jérémy Ménez au Paris Saint Germain

Kafka… quoi ?

Du côté de Monaco, ça a été le calme plat cette semaine, même si Rodriguez et Falcao ont brillé avec leur équipe nationale (pour les fâchés avec la géographie, c’est la Colombie). D’ailleurs, le premier cité a été l’objet d’un article SAIGNANT de la part de ces diables de chez Footmercato.net qui s’interrogent sur le «malaise James Rodriguez». Hé oui, ça n’a pas pu vous échapper, James Rodriguez a pris place sur le banc pour le match face à Marseille, ainsi que pour le match face à Lorient (nous y reviendrons dans un instant). 45 millions, ça fait cher le remplaçant, même pour un oligarque russe du poids de M. Rybolovlev. Mais je vous demande tout de suite de vous arrêter, Ranieri a répondu à ces folles rumeurs, et Claudio n’a pas fait dans la dentelle, il nous a expliqué clairement qu’  «aujourd’hui, Carrasco et Ocampos sont meilleurs que James Rodriguez» !! Mais que «dans un mois, James sera parfait». Il sait mettre de l’eau dans son vin ce petit malin… Non, sans déconner, y a pas de « malaise » James Rodriguez !! Si vous voulez voir un vrai malaise, tapez « Marc-Vivien Foé » sur YouTube.

Monaco-Lorient, que dire ? 1-0 pour des Monégasques qui auront livré une première mi-temps de très bonne facture (j’ai pas vu la seconde donc je peux pas en dire plus). Un but de Falcao qui est décidément l’attaquant le plus stylé du monde, même quand il marque sur penalty, et surtout, une maîtrise collective impressionnante pour une équipe faite de bric et de broc après sa montée en Ligue 1. Pour l’instant, ça tient, mais sur le banc c’est pas la joie non plus, respect à Jessy Pi, Marcel Tisserand (qui a quand même eu le droit de jouer 10 minutes) et autre Andrea Raggi, mais il suffit d’en envoyer quelqu’uns à l’infirmerie pour se retrouver avec ces gars-là sur le terrain, et même si je ne doute pas que ce sont des bons joueurs, le Paris Saint-Germain semble tout de même posséder la densité d’effectif suffisante pour pouvoir tenir la durée face au nouvel ogre monégasque.

Allez salut, et rappelez-vous : l’argent fait le bonheur !

2 Comments

Laisser un commentaire