Le Parc depuis le Plan Leproux : chronique d’un stade et d’un public à l’agonie.

18 mai 2010. L’OM va être champion de France dans une semaine. Ce n’est pourtant pas la pire des nouvelles pour certains supporters du PSG. Non, la vraie mauvaise nouvelle pour eux se prénomme “Plan Leproux” également connu sous le blaze ridicule de plan “Tous-PSG”. Mis en place par Robin Leproux alors président du PSG ce plan a pour but officiel d’offrir aux fans du PSG un parc plus sain. Un parc libéré de tensions jadis quasi folkloriques mais à cette heure pré-occupantes. Officieusement, il s’agit surtout de virer les Ultras. Un peu moins de 4 ans après, la situation a grandement évolué : Le Parc a changé. En bien pour certains, en mal pour d’autres. Bilan d’une Disneylandisation aujourd’hui bien avancée.

LeParcmieuxavant

L’antagonisme Boulogne-Auteuil n’est pas né cette année là, mais il a probablement atteint son paroxysme lors de cette saison 2009-2010. Le point de non retour semble avoir été atteint en ce funeste 28 février 2010, jour de la mort de Yann Lorence à la suite d’une bagarre entre supporters du PSG. Auteuil est ingérable, malgré la dissolution des Tigris quelques années avant, le virage vante sa puissance comme jamais, se permettant tout ou presque face à une direction du PSG qui n’arrive plus à communiquer avec ses Ultras. En Face, le marasme est total : bien que les Boys n’existent plus “officiellement” depuis leur dissolution, ce sont bien les mêmes personnes qui garnissent un Kop Of Boulogne laissé à sa propre existence par un PSG dépassé par les événements. Lutte de pouvoir ? Lutte idéologique ? Suprématie ? Ou simple envie de se battre ? Surement un peu de tout ça. Mais au fond, personne ne saura jamais vraiment ce qui animait les supporters présents lors de la rixe Auteuil-Boulogne ce soir là. Reste que cette “baston”  coutera la vie à un homme qui supportait le même club qu’eux.

Qui sont les fautifs ? Les pouvoirs publics le savent très bien. Cela fait des mois que certains supporters sont suivis et surveillés sans arrêt. Il s’agit d’environ 500 idiots sur les 2 virages réunis. Pourtant ce sont bel et bien 15 000 abonnés qui vont être sanctionnés avec l’arrivée du placement aléatoire et la fin des abonnements dans chacun des virage. Une sanction disproportionnée ? Pas pour les instigateurs du Plan Leproux qui pensent ces mesures nécessaires face à des groupes de supporters jugés incontrôlables. Surtout, l’Euro 2016 pointe le bout de son nez, et comme vous le savez, le tout sécuritaire revient très souvent à la mode quand les enjeux économiques prennent le pas sur le sportif. Le Parc va devenir avec ce plan de “pacification” un terrain de test : comment vont réagir les supporters Ultras face à ces nouvelles mesures liberticides ? Peut-on éteindre en peu de temps toute forme de supporterisme “Ultra” au sein d’un stade sans trop de dommages ? Comment avoir en permanence la main sur des supporters parfois dangereux ?  Le PSG va tenter d’obtenir des réponses à ses questions via ce nettoyage du Parc.

Un peu moins de 4 ans après, ou en sommes-nous ? Eh bien, beaucoup, beaucoup de choses ont changé. Tout d’abord, force est de constater que le PSG a réussi son coup : malgré l’entreprise d’une lutte animée par l’association Liberté pour les Abonnés, la désorganisation crée par le Plan Leproux a totalement réussi à annihiler tout supporterisme Ultra au Parc. Qu’on ne s’y trompe pas, les Virages sont toujours là, mais ceux qui garnissaient les tribunes auparavant ne sont plus. Soit ils ont été interdits de s’y rendre grâce aux mesures comprises dans le plan Leproux, soit ils ont essayé de contourner le Plan et se sont heurté à un PSG jamais à court d’idées lorsqu’il s’agit de prendre des décisions arbitraires et déloyales. Bien sur, certains ont quand même finit par tout lâcher et se sont fait à l’idée que plus rien ne serait jamais comme avant. Ces gars là se sont ré-abonné à un autre endroit du stade, et suivent désormais leur équipe différemment, en accord avec le nouveau parc et ses nouveaux supporters.. Fans d’un nouveau PSG. Mais est-ce vraiment la même passion qui les anime ? Probablement pas.

Si le Plan Leproux et ses aberrations sont assez peu ressorties dans les médias, c’est aussi parce que le PSG a changé profondément. Niveau timing, cela relève même de l’excellence : en 3 ans le PSG a réussi à nettoyer son stade, trouver un investisseur étranger ET fortuné, remporter le championnat, et commencer à se montrer à la face de l’Europe.

Forcément, dans une époque de réussite sportive, l’extra-sportif passe justement au second plan. C’est aussi pour cela que l’on a tendance à oublier le calvaire des supporters historiques du PSG, virés comme des malpropres de leur stade à cause d’une tripotée d’abrutis. Imaginez une seule seconde que le club que vous supportiez deviennent subitement le meilleur de France. Qu’il acquiert des joueurs stars après des années de lutte pour gagner une coupe en fin de saison et ne pas descendre en ligue 2. Imaginez maintenant que vous ne puissiez pas en profiter puisque on vous interdirait de vivre le foot comme vous aimez le vivre. Imaginez que votre club réussisse tout pendant que vous, vous seriez placardé et étiqueté comme un “indésirable” à cause d’événements extérieurs et indépendants de votre volonté. Dur dur non ? C’est pourtant ce qu’il est arrivé à une majorité des supporters “historiques” du PSG.

Qui dit départ des “historiques” dit baisse de l’ambiance du Parc ? C’était l’argument numéro 1 contre ce Plan “Tous-PSG”. Qu’en est-il aujourd’hui ? Parler de baisse d’ambiance serait simplifier un peu trop les choses. Non, ce qui est arrivé au Parc est en fait bien pire. L’ambiance a en réalité subi une énorme baisse à cause de 2 principaux facteurs qui ont signé son arrêt de mort. Premièrement, les effets du Plan Leproux : plus de groupes de supporters en virage, donc des tribunes désorganisées, sans meneurs véritables, avec un retour à 0 en terme de logistique. Résultat : impossible pour qui que ce soit d’animer une tribune avec ces contraintes.

Cette première phase aurait pu n’être qu’une mauvaise passe pour un parc qui aurait un jour finit par retrouver son ambiance d’antan. Pourtant il n’en sera rien.

La faute au PSG lui même qui en changeant d’ère avec l’arrivée de QSI a également renouveler en grande partie son public. En 3 petites années, le Parc est passé progressivement d’un public populaire, passionné, connaisseur et bouillant à un public riche, désintéressé, stupide et amorphe. L’enceinte francilienne n’est même plus l’ombre d’elle même à cause de l’arrivée de supporters beaucoup plus calmes que les précédents mais qui ne servent concrètement à rien mis à part à rapporter plus d’argent au club. En 3 petites années, le Parc est passé progressivement du rang de meilleur public de France au rang du public le plus moqué. Pas évident de constater une différence pour quelqu’un qui ne s’y rend que rarement ? Non, certains signes ne trompent pas. L’avant-après est évident, même pour des supporters d’autres équipes. Justement.

Une des conséquences risible du Plan Leproux aujourd’hui reste l’accueil réservé aux supporters visiteurs lors de leur déplacement au Parc. Même si en substance le PSG semble accueillir à bras ouverts les supporters adverses, tout est fait pour que le déplacement soit un enfer pour eux.Les conditions sont en fait si drastiques qu’elles remettent en cause l’intérêt même d’un déplacement pour les supporters visiteurs. Si vous souhaitez vous rendre au Parc supporter votre équipe vous aurez au menu : vidéo-surveillance tout le match, pointage pour certains, contrôle des identités, drapeaux de plus d’1m50 interdits, pas de mégaphones, tambours limités, et tout un tas d’autres surprises que se réserveront les CRS qui vous encadrent par exemple.. De quoi passer un bon moment donc, d’autant plus agréable si votre équipe prend une correction sur le terrain. En somme, lorsque le foot populaire, le foot passionné se déplace au Parc on l’oblige à se mettre au niveau, comprenez on l’empêche d’être bruyant et de s’organiser pour couvrir les timides chants de l’enceinte de la porte d’Auteuil.

Si ce ne sont que des constatations, elles sont renforcées par l’attitude des supporters de la France entière qui se rendent au Parc. Enfin plutôt qui ne se rendent pas au Parc. En effet, même si les médias en parle peu, le Parc est purement et simplement victime d’un Boycott massif depuis 2 ans. 70 % des groupes de supporters qu’ils soient Ultras ou non ont fait le choix de ne pas se rendre au Parc ces dernières années. Désireux de ne pas être associés à cette notion de foot business qui règne dans l’enceinte parisienne, la plupart des groupes refusent de se déplacer à cause de mesures astreignantes du déplacement. Face à un PSG qui fera tout pour limiter leur impact et les rendre invisibles et inaudibles, les supporters des autres clubs français ont fait leur choix : le Parc, censé être la vitrine d’un renouveau pour le football en France est très largement boudé par les principaux acteurs des tribunes. En résulte un stade qui ressemble désormais à s’y méprendre à un autre parc : un parc d’attraction, appelé Disneyland et situé à Marne la Vallée. Est-ce comme ça que vous aimez le football ? Morne et aseptisé.

Si la situation semble mal partie pour évoluer dans le bon sens, le PSG est le premier pénalisé par cela. Seulement il ne s’en rend pas compte. Un retour des Ultras et de l’ambiance fantastique d’hier couplé avec les bons résultats de l’équipe offrirait surement au PSG un rayonnement européen, vous savez ce fameux rayonnement que le PSG ne cesse d’essayer d’atteindre depuis 2 ans sans jamais vraiment y arriver. Un club se bâtit à base d’exploits, de grands joueurs, de faits marquants, mais aussi autour de ses supporters, de leur réputation, de leur différences, et surtout de l’ambiance qu’ils peuvent produire à domicile quand leur équipe a besoin de ce supplément d’âme lorsqu’elle se retrouve aux portes de quelque chose de grand. Prenons simplement l’exemple de Dortmund, il y a quelques années de cela. Le club de la Ruhr était au bord de la faillite mais la formation, un coup de pouce du destin et surtout les supporters en Or du Borussia ont su insuffler un second souffle fantastique au club qui s’est traduit par un retour au premier plan des Borussen aussi bien en championnant qu’en Europe. Or, ce PSG là manque cruellement de fantaisie dans tous ces domaines. L’argent et les résultats finiront forcément par élever le club de la capitale, mais imaginez une seconde combien de temps cela prendra pour ce club qui a quasiment fait le choix de repartir de 0 dans son vécu avec ses supporters les plus fidèles. En conservant et en valorisant son passé en tribune, le club aurait probablement déjà pris la dimension qu’il désire tant avoir. Mais ça, le football moderne ne veut pas et ne peut pas le comprendre. Et donc le PSG non plus.

 

(Petite vidéo pour les nostalgiques.. )