Paul Bohec

Journaliste à l’Equipe et fondateur du site le Libéro Lyon, consacré à l’actualité du club olympien, Pierre Prugneau est revenu sur l’actualité autour du cas de Karim Benzema. Avec son œil averti de journaliste et sa passion pour le club lyonnais, il a répondu à nos questions autour  de l’ancien joueur de l’OL.

Karim Benzema, à l'Olympique Lyonnais

Bonjour Pierre, merci de bien avoir voulu répondre à nos questions. D’abord, est-ce que tu pourrais nous rappeler tes souvenirs du joueur qu’était Karim Benzema à ses débuts à l’Olympique Lyonnais ?

Je me souviens qu’il a débarqué à 17 ans tout pile. Il était déjà hallucinant et hyper à l’aise même s’il ne ressemble pas beaucoup au joueur de maintenant. Il était tellement fin et tellement agile… mais surtout très talentueux et professionnel. Il a de suite vu ce qu’il devait faire pour arriver au plus haut niveau.

Quand tu l’as vu jouer à Lyon, tu t’attendais à ce qu’il monte aussi vite ? C’est pas surprenant de le voir à un tel niveau aujourd’hui ?

C’est un gars du coin, donc on l’a toujours regardé avec les yeux de l’amour à Lyon. Mais on a toujours su qu’il avait le potentiel pour décrocher le ballon d’or un jour. Ce n’est pas une surprise. 

Le voir partir pour le Real était finalement logique donc… C’est un bon choix d’après toi ?

Au début, c’est vrai qu’on s’est demandé pourquoi il n’est pas allé dans un club comme Milan par exemple. Mais le fait est qu’il n’aurait pas forcément plus joué. Même si ça n’a pas été facile, il faut dire que le Real, ce n’est pas la même catégorie qu’ici. Ce qui est le plus surprenant finalement, c’est qu’il n’a pas connu de véritable « crise » personnelle sur le plan sportif. Il aurait pu être la star à Arsenal, mais il a décidé d’aller à Madrid. Et ce qui est sûr, c’est que cette équipe du Real ne serait pas la même chose sans lui. Il a su s’adapter : améliorer sa palette technique tout en étant toujours aussi impressionnant. 

Tu l’as connu en tant que joueur… Parle nous de l’homme.

Paradoxalement, le joueur et l’homme ne se ressemblent vraiment pas. Benzema a toujours eu une attitude sacrificielle sur le terrain, toujours à jouer pour ses coéquipiers et son équipe, à penser à eux avant lui. Je pense que sa posture quartier, hip-hop, bling-bling est déguisée. J’ai une anecdote amusante à ce sujet… Il se trouve qu’un jour, je lui ai demandé qui était son idole. Il m’a répondu « sa mère ». Cette réponse m’a toujours marqué. 

L’actualité, évidemment, c’est aussi cette affaire de la sextape. Ça t’a étonné de le voir tremper dans un tel scandale ?

Oui, forcément : il n’a aucun intérêt là-dedans. Après, Karim, il a toujours eu un rapport particulier avec son entourage et la « street », on ne se défait pas de tout ça. Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’on ne vit pas dans le même monde. Ces gars-là, ils vivent sur une autre planète, je pense qu’on a plus les mêmes frontières : celle entre le légal et l’illégal notamment. J’ai envie de dire « Karim, t’as fait de la merde ». C’est de la bêtise, mais c’est peut-être aussi parce qu’il est déconnecté de la réalité.

C’est quand même difficile à comprendre ! À quelques mois d’un Euro où il était extrêmement attendu…

Oui, il était au top de sa forme sportive ! Cette année, ça pouvait vraiment être la sienne : peut-être même l’année du ballon d’or et il va tout perdre. Tout le côté « modèle » par rapport au grand public, il n’y pense pas. Il s’en fout et d’ailleurs, c’est pas ce qu’on lui demande… On se refait pas.

Karim Benzema, indispensable pour l'Equipe de France selon Pierre Prugneau

Valbuena, Benzema, y a-t-il pour toi un choix à faire entre les deux par rapport à l’Euro de cet été ?

Benzema est dans la forme de sa vie ! Sportivement, il n’y a aucune ambiguïté entre les deux : le choix est évident. Après, je suis persuadé que les deux peuvent aller à l’Euro parce que, quoi qu’on en dise, le moteur, c’est la compétition. Ils ont tous les deux envie de participer et de gagner cet Euro. Il faut rappeler qu’en 98, Benzema avait quand même dix ans. Être le Zizou de 98, c’était ce qui pouvait lui arriver de mieux cette saison, donc je suis sûr qu’il en rêve.

Est-ce que la France peut remporter cet Euro sans Benzema ?

Franchement, j’en doute. Pour remporter les grandes compétitions, il faut de grands joueurs. Cette équipe de France a beaucoup trop de petites failles. Il y a beaucoup de joueurs qui n’ont jamais été confrontés à de telles oppositions. Après, la France organise l’Euro et est favorite, de fait. Mais sans Benzema, je nous vois passer peut-être un ou deux tours après les poules, mais pas plus.

Cette interview a été réalisée au mois de décembre dernier avant que le contrôle judiciaire de Karim Benzema soit levé. Remerciements sincères à Pierre pour sa grande disponibilité et la franchise de ses réponses. On vous invite très fortement à le suivre (ici) ainsi que le compte du Libéro Lyon (ici) sur twitter !